Traduire une autofiction arabe

Vendredi 13 mars de 10h00 à 12H00, Amphi Benveniste, Université Lyon 2 (Berges du Rhône). Accès , rue Raulin via l’entrée sur la cour Gaïa. Rencontre ouverte à tou.te.s.

Conférence suivie d’un débat avec Darouèche Hilali autour de sa traduction du récit autofictionnel de Abdelkader Chaoui – À qui le tour ? ( من قال أنا؟), publié dans la collection « Autofictions etc. » aux Presses universitaires de Lyon (PUL) en présence d’un.e représentant.e des PUL.

Le traducteur présentera son travail sur l’autofiction, fruit d’une thèse de doctorat soutenue à l’Université Lyon 2 et qui a donné lieu à une double publication aux PUL en 2019: l’essai sous le titre Des autofictions arabes, et la traduction de A qui le tour? , autofiction de l’auteur marocain, Abdelkader Chaoui.

Inscrite dans le cadre du cours sur l’histoire des théories et des pratiques de la traduction en master TLEC, la conférence reviendra sur l’intérêt et les enjeux éthiques et esthétiques de la traduction littéraire quand elle est publiée dans un cadre académique.

Vous pouvez dès à présent commander les deux ouvrages sur le site de l’éditeur

Darouèche Hilali Bacar est docteur en études arabes et spécialiste de la littérature moderne et contemporaine. Dans sa thèse doctorale soutenue en 2014 à l’Université Lumière Lyon 2, il

propose une relecture des oeuvres de Mohamed Choukri, Sonallah Ibrahim et Rachid El-Daïf à travers le concept d’autofiction. Depuis 2011, il collabore régulièrement avec le Centre international de recherches et études interculturelles (CIRSI) en Italie pour approfondir ses réflexions sur les formes d’expression et de représentation de soi dans la littérature et dans les nouveaux supports de création et de diffusion. En 2018, il a intégré l’équipe de l’Institut de coopération régionale et européenne de Mayotte (ICREM) pour mener notamment des études sur la place de la langue arabe à Mayotte et sur la littérature mahoraise.

Pour une traduction féministe et solidaire. Projet collaboratif : création-recherche-action.

Travail en cours

La métaphore n’est pas vive seulement en ce qu’elle vivifie un langage constitué. La métaphore est vive en ce qu’elle inscrit l’élan de l’imagination dans un « penser plus » sous la conduite du « principe vivifiant » qui est l’âme de l’interprétation [1]


Nous[1] proposons un retour réflexif sur un projet de traduction féministe et postcoloniale du texte Enjamber la flaque où se reflète l’enfer, de Souad Labbize traduit par Roula Sadaki sous le titre تخطي البركة حيث ينعكس الجحيم  [taxattî al birka haythou yanâkisou al jahim], dans la collection La Petite iXe, aux éd. iXe dirigées par Oristelle Bonis et paru en mars 2019.

Traduire un texte qui évoque le viol n’est pas un geste anodin. Traduire ce même texte, écrit en français dans un contexte diasporique en rejouant la scénographie des dominations et des résistances peut s’avérer encore plus improbable dans le passage du français à l’arabe.

Couverture en arabe

Nous souhaitons rendre compte de l’expérience de la lecture du récit de Souad Labbize, et du travail traductif et éditorial qui s’en est suivi. Il s’agit en effet d’une expérience singulière où la traduction féministe se double d’une solidarité autour de la transmission envisagée comme outil d’empowerment : solidarité féministe transnationale (une autrice de la diaspora maghrébine vivant en France et une éditrice française) et trans-générationnelle (jeune traductrice et relectrices). L’article présentera les dimensions traductologiques et éthiques de cette collaboration en prenant en charge les différents points de vues et en analysant cette convergence des solidarités.

Traduction et déplacement ont la même racine dans la langue arabe classique: naql. C’est pourquoi la traduction sera envisagée dans sa capacité à déplacer les enjeux poétologiques et politiques. En outre, le geste éditorial militant de iXe conçoit la publication bilingue comme une manière de promouvoir la traduction qui ne peut plus être laissée à son invisibilité traditionnelle. Il s’agit bien ici de trans-énoncer le dire traumatique du viol, sujet principal de ce récit de Labbize. Sur le plan poétique, c’est la métaphore et les intertextes, autres figures du déplacement, dont il s’agira de penser la traduction en veillant à garder le pouvoir d’évocation tissé par les co-textes. Maintenir cette échoïcité est une manière de ne pas taire la complexité postcoloniale (H. Bhabha).

En examinant, en traduisant et en valorisant ces voix féministes postcoloniales en arabe, nous voulons aider à leur circulation interculturelle et montrer comment elles se sont prêtées à l’élaboration de théories portant sur les possibilités d’émancipation du sujet à la fois féminin et (post)colonial hors du cloisonnement où les avaient maintenues les discours patriarcal et colonialiste. C’est pourquoi, l’article de présentation sera également traduit en arabe. Peu de critiques (notamment au Maghreb) se sont penchées sur les relations entre théories postcoloniales et traduction féministe.

Notre étude s’orientera selon deux grands axes d’analyse : premièrement, nous explorerons les stratégies de traduction liées au contexte diglossique (langue arabe patrimoniale/ dialectes arabes confinés à la sphère orale), deuxièmement, nous nous attacherons à présenter les soubassements épistémologiques et politiques d’une telle entreprise qui déplace et élargit l’espace littéraire.

Bibliographie sélective

  • Des Rochers Arianne, Les stratégies de résistance féministe, lost in translation : comment la prose d’Ena Lucía Portela met les éthiques de la traduction à l’épreuve, Ottawa, École de traduction et d’interprétation de l’université d’Ottawa, 2015, 145 p.
  • Godard Barbara, « Theorizing feminist discourse/translation », in BASSNETT, Susan and André LEFEVERE, (eds.), Translation, History and Culture, London/New York, Pinter, 1990
  • Malena Anne et Tarif Julie, « La traduction féministe au Canada et les théories postcoloniales : une influence réciproque ? », Diacronia.ro, 2015
  • Oster Corinne, «La traduction est-elle une femme comme les autres ? – ou à quoi servent les études de genre en traduction ?», La main de Thôt [En ligne], n° 1 – Genre et traduction, Genre et traduction, mis à jour le : 09/01/2018, URL : http://revues.univ-tlse2.fr/lamaindethot/index.php?id=127.
  • Venuti Lawrence, The Translator’s Invisibility. A History of Translation, London/New York, Routledge, 1995.

[1] Ce nous implique l’ensemble des collaboratrices dans ce projet de création-recherche-action. 

[1] Paul Ricoeur, la métaphore vive, 1975, page 384