A lire en ligne, un numéro “spécial” de la revue Apulée: Les droits humains

N°5 revue Apulée: Les droits humains

En cette période de crise sanitaire et de confinement, la revue Apulée offre gracieusement la lecture de son numéro 5: “Les droits humains”, ( du mois mars 2020).  Dans la riche matière de numéro, un dossier coordonné par Kenza Sefrioui y est consacré à Edmond Amran El Maleh.

Lire en ligne le n° 5 de la revue Apulée Les Droits humains

De quelques revues francophones: instances de légitimation et renouvellement de la critique.

Il s’agira de sensibiliser les jeunes chercheur.e.s la manière dont une revue se transforme en organe de légitimation: sélection des thèmes et des corpus, choix des présupposés épistémologiques, constitution des comités scientifiques, lecture en double “aveugle”, etc. Symétriquement, on apprendra aussi comment une revue acquiert elle-même cette légitimité : classement international, autorité, diffusion, réseaux.

Journée d’études du 23 mars 2020, à l’Université Lyon 2

Axe de recherche du laboratoire Arts et Littératures : XX-XXI: Enjeux contemporains de la critique et de la théorie.

Les difficultés réelles auxquelles sont confrontées les revues n’ont d’égal que la détermination de celles et ceux qui persistent à y croire.  Ces difficultés se multiplient lorsqu’il s’agit de faire vivre une revue de type académique, qui vise un public forcément confidentiel. De plus, comme pour l’ensemble des publications en papier, les revues ont, elles aussi, été affectées par les nouveaux usages induits par les technologies numériques. Celles-ci ont même fait partie des premiers supports à être mis en ligne. Cette nouvelle façon de diffuser les contenus scientifiques a obligé les maisons d’édition, les rédacteur.ice.s en chef ainsi que les auteur.e.s, à repenser leur pratique éditoriale et à s’adapter à un nouvel environnement numérique : de nouveaux modèles économiques ont vu le jour et de nouveaux canaux de transmission ont émergé. Ces nouvelles technologies numériques ont-elles été bénéfiques aux revues ou au contraire leur ont-elles nui en les diluant dans une immense offre numérique mondiale, où seules les puissantes structures, surtout anglophones, occupent les premières places ? Comment les éditeur.ice.s de revues francophones (en particulier celles spécialisées dans les sciences humaines et sociales) se sont-illes organisé.e.s pour donner plus de visibilité à leurs publications ? Comment les auteur.e.s, qui ont vu se multiplier les offres de publication en ligne, ont-illes réagi aux nouveaux enjeux éditoriaux ? Et Enfin comment les structures éditoriales publiant des revues se sont-elles organisées pour faire face à cette nouvelle réalité?

L’intérêt de proposer une journée d’étude autour des revues académiques est double: d’abord, présenter aux étudiant.e.s l’occasion de discuter avec des responsables de publications qui peuvent rendre compte des coulisses d’un numéro de revue; ensuite réfléchir à l’importance des revues dans la structuration d’un champ littéraire, notamment quand il s’agit d’un champ aux contours aussi instables que celui de la francophonie littéraire.  

Il s’agira aussi de sensibiliser les jeunes chercheur.e.s la manière dont une revue se transforme en organe de légitimation: sélection des thèmes et des corpus, choix des présupposés épistémologiques, constitution des comités scientifiques, lecture en double “aveugle”, etc. Symétriquement, on apprendra aussi comment une revue acquiert elle-même cette légitimité : classement international, autorité, diffusion, réseaux.

Les stratégies et les procédures de reconnaissance sont multiples dans le champ littéraire «francophone » et la critique académique en représente une instance singulière: établissement d’un corpus, rapport au canon (même en adoptant parfois la posture de la marginalité).

Quels critères de légitimation sont à l’œuvre dans la critique/recherche académique ? selon quelles modalités énonciatives et théoriques aussi (chaque approche entraînant une nouvelle forme de normativité scientifique) un discours a pu se constituer comme « savoir » légitime sur cette littérature qui ne cesse pourtant de s’interroger sur la cohérence de son champ?

Par ailleurs, comment les revues se transforment également en instance médiatique? S’agit-il d’une fabrique de l’écrivain.e ? avec quelles stratégies de patrimonialisation ? quels espaces sont préservés pour accueillir l’innovation? 

En quoi est-ce que la théorie y rejoint-elle la critique ? s’agit-il d’une critique de la critique (métacritique) ? Quelles images de la francophonie littéraire ? quels rôles : transmission, médiation, déconstruction ? Se pose aussi la question de la portée internationale des revues et, de fait, des différentes postures critiques caractéristiques de chaque tradition critique dans chaque langue et contexte national au sein duquel une revue intervient. On ne juge pas de la même manière et par le truchement des mêmes expert.e.s un article provenant du monde universitaire postcolonialiste américain rédigé en anglais et un article en français. L’internationalisation de la recherche et des lectorats induit une pluralisation des approches critiques au sein de l’appareil évaluatif des revues. 

Les revues académiques qui seront présentées pendant cette journée sont: Horizons/théâtre (PUB), Expressions maghrébines (CICLIM et Université de Tulane) et Francofonia (Université de Bologne), La Vie des idées (Collège de France), L’Insensé (site collectif).

En jetant un éclairage latéral sur le fonctionnement des revues académiques, c’est aussi un retour sur la constitution des savoirs et de leur transmission qui est visé. (Le mot savoir est entendu en tant qu’ensemble de discours dont il n’est pas question de juger du fondement de manière normative). En outre, la question du discours sera articulée à celle des réseaux et à leur rôle dans l’élaboration de poétiques partagées.  

Enfin, d’autres revues non académiques seront présentées par des chercheur.e.s et des étudiant.e.s. Cette journée, qui articule recherche et formation, implique également des étudiant.e.s ERASMUS en échange à l’U. Lyon 2 dans le cadre de la convention de la collaboration avec l’U. de Bologne. Un atelier de formation animé par les participant.e.s permettra de répondre aux questions sur la rédaction d’un article de revue.

Bibliographie indicative

Aron, Paul, « Les revues littéraires, média privilégié de l’identité culturelle ? », dans L’Identité culturelle de la Belgique et de la Suisse francophones. Actes du colloque international de Soleure (juin 1993), sous la direction de Paul Gorceix, Paris, Champion, 1997, pp. 108-120.

Bourdieu, Pierre, Les règles de l’art. Structure et genèse du champ littéraire. Paris : Seuil, 1992.

Bureau, Sylvain, Petite revue sur la revue de littérature à l’usage des candides. Le Libellio d’AEGIS, 2011, 7 (4 – Hiver), pp.65-73.

Maingueneau, Dominique, Trouver sa place dans le champ littéraire. Paratopie et création, Louvain-la-Neuve, Academia-L’Harmattan, « Au cœur des textes », 2016.

Vuelta, Nieves Ibeas et Gaspar Galán, Antonio, « Discours et légitimation », Carnets [En ligne], Deuxième série – 9 | 2017, mis en ligne le 31 janvier 2017, consulté le 21 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org.acces.bibliotheque-diderot.fr/carnets/2063


Organisateurices 

-Equipe Passages Arts et littératures : XX-XXI.

-Equipe CICLIM (Coordination internationales des chercheur.e.s sur les littératures maghrébines)

-De l’Université Lyon 2 :

Sarah Al Matary (MCF U. Lyon 2)

Touriya Fili-Tullon (MCF U. Lyon 2)

Marie-Jeanne Zenetti (MCF U. Lyon 2)

Valérie Orlando (professeure Littératures francophones)

Elena Donati (étudiante U. Lyon2/ U. Bologne)

Jacopo Caccin (étudiant U. Lyon2/ U. Bologne)

Lyna Drici (étudiante U. Lyon2)

-De l’ENS de Lyon : Noémie Cadeau (étudiante ENS Lyon)

invité.e.s: 

Maria Chiara Gnocchi <mariachiara.gnocchi@unibo.it> 

Edwige Tamalet : etamalet@tulane.edu

Omar Fetat: Omar.Fertat@univ-bordeaux.fr 

Jérémie Majorel Jeremie.Majorel@univ-lyon2.fr

Sarah Almatary Sarah.Almatary@univ-lyon2.fr

Najet Laïb: laib.najet@gmail.com

Livraison Revues (Catherine Goffaux)

Partenaires

Université Lyon

Université Bordeaux

Université de Grenoble

Coup de soleil  

Contact: ciclim.info@gmail.com

Modalités de participation: 

Frais de participation: 20 euros pour couvrir les frais du repas de midi. 

Gratuité pour les adhérent.e.s de la CICLIM. 

Transport et frais de séjour à la charge des participant.e.s.