L’orientalisme à la polonaise

La nouvelle étape dans les relations algéro-polonaises s’est ouverte au lendemain de l’indépendance d’Algérie. La République populaire de Pologne a noué des relations diplomatiques avec le Gouvernement provisoire de la République algérienne même avant la proclamation de la république indépendante.

 Conférence de Jędrzej Pawlicki (Université Adam Mickiewicz Poznań)/ webinaire le jeudi 29 octobre 2020 de 19H00 à 20H00 (Heure de Paris)

J. Pawlicki

Les relations entre la Pologne et l’Afrique du Nord datent du XIXe siècle. Suite à la défaite de l’insurrection polonaise contre l’occupant russe en 1831, les anciens soldats se sont réfugiés en France. Leur arrivée s’est heurtée à l’accueil mitigé de la part des autorités françaises. Le gouvernement de la Monarchie de Juillet cherchait à l’époque à mieux asseoir son pouvoir face aux puissances européennes dont la Russie et à maintenir le calme dans le pays tandis que les immigrés polonais étaient considérés comme des trublions et des révolutionnaires-nés dans une Europe secouée par des vagues de révolte successives. Créée en mars 1831, la Légion étrangère est vite devenue un moyen de garder les anciens insurgés polonais en dehors de l’Europe. Compte tenu du fait que Louis-Philippe a gagné sa couronne grâce à une révolution, le nouveau roi n’a pas renoncé à la conquête de l’Algérie, entamée déjà sous la Restauration, pour souligner ses ambitions impériales et confirmer son autorité. C’est ainsi que l’idée d’employer les soldats polonais à la guerre coloniale est née.

La nouvelle étape dans les relations algéro-polonaises s’est ouverte au lendemain de l’indépendance d’Algérie. La République populaire de Pologne a noué des relations diplomatiques avec le Gouvernement provisoire de la République algérienne même avant la proclamation de la république indépendante. Le partenariat des deux pays s’est fait dans le cadre de coopération économique, scientifique et commerciale qui a permis aux employés polonais – ingénieurs, enseignants, médecins – de partir en Algérie. À partir des années 1970 l’entreprise polonaise « Polservice » a envoyé en Algérie environ 1500 coopérants qui s’y sont installés avec leurs familles en créant toute une diaspora polonaise en Afrique du Nord. Le symbole de la coopération algéro-polonaise se trouve au centre même d’Alger : le fameux Maqam El Chahid, mémorial du Martyr, a été dessiné, entre autres, par l’artiste polonais Marian Konieczny qui a sculpté trois figures montant la garde à la base du monument (un moudjahid de l’armée de l’intérieur, un soldat de l’armée des frontières et un soldat de l’armée indépendante actuelle). Les coopérants ont quitté l’Algérie à la veille de la décennie noire qui a brusquement mis fin aux échanges entre les deux pays.

Le retour des coopérants en Pologne, la distance géographique et temporelle, ainsi que leurs départs à la retraite ont poussé maints employés à rédiger des souvenirs. Je vous propose la lecture d’un récit publié en 2007 par Michał Christian qui a travaillé à Annaba et Alger en tant qu’ingénieur et mécanicien dans les années 1986-1990. Il est parti en Algérie pour rejoindre sa femme, historienne polonaise qui a travaillé sur l’Afrique du Nord. L’analyse de son livre Les musulmans, l’islam et moi. Souvenirs d’un coopérant (1986-1990) (publié en polonais) permet de dégager des éléments du discours islamophobe contemporain, influencé surtout par les idées d’Oriana Fallaci. Ledit discours s’appuie sur la peur des populations occidentales après le 11 Septembre et véhicule une vision monolithique de la culture arabo-musulmane.


Jędrzej Pawlicki – maître de conférences à l’Institut de philologie romane à l’Université Adam Mickiewicz à Poznań. Il a travaillé, entre autres, sur Yasmina Khadra, Boualem Sansal, Assia Djebar et Driss Chraïbi. Il s’intéresse à l’histoire d’Algérie et aux motifs religieux dans les littératures maghrébines.

COMPTE RENDU DU SALON DU LIVRE DU MAGHREB ORIENT

De Jacopo Caccin et Elena Donati

La collaboration entre l’association Coup de Soleil, dirigée par Georges Morin, et iReMMO (Institut de Recherche sur la Méditerranée et le Moyen-Orient), dont le président est Jean-Paul Chagnollaud, donne naissance au Maghreb Orient des Livres, qui, depuis trois ans, accueille et promeut la production artistique du Maghreb et du Moyen Orient.
Le but ultime de ce binôme ne se limite pas à la diffusion des littératures de ces régions ; il jette aussi un éclairage critique sur leur histoire contemporaine.
Cette année, la manifestation a eu lieu de vendredi 7 à dimanche 9 février, à l’Hôtel de Ville de Paris, et a compté la présence d’environ 150 auteur.e.s participant aux débats, aux présentations des livres, aux dédicaces et aux entretiens. En outre, un vaste public et un grand nombre de médias concernés, tels que Télérama, France 24, l’Institut Français, Beur FM ont activement pris part à la couverture de l’événement. 

Immagine che contiene interni, armadietto, frigorifero

Descrizione generata automaticamente

Le site de la mairie a été organisé de façon à permettre le déroulement de plusieurs activités simultanées et à les maintenir bien distinctes logistiquement : au premier étage, deux salles principales, l’une accueillant la section librairie, dédicaces et entretiens, et l’autre rassemblant l’espace des médias, la librairie arabophone et la librairie Jeunesse, ainsi qu’un salon de restauration. En descendant au sous-sol, on accédait à l’auditorium et à la Salle Lacoste où se tenaient les tables rondes, les rencontres et les projections des films. Le programme de la manifestation, bien structuré et organisé, offrait aux visiteurs une grande variété de conférences. Chaque journée tournait autour d’une ou deux thématiques : la première était consacrée aux rapports entre les pays du Maghreb et du Moyen Orient avec la France et à la question de la langue arabe, tandis que la deuxième et la troisième abordaient des thématiques plus transversales.

 En effet, même s’il s’agit d’une manifestation dont la nature est fortement littéraire, l’attention aux enjeux socio-politiques est bien soutenue, aussi bien dans le choix des conférences que dans celui concernant les narrations et les voix auxquelles donner de l’espace. Cette inclination a été un véritable catalyseur de l’intérêt public, comme nous l’a montré, par exemple, l’incroyable participation à « Vents de révolte : Algérie, Liban, Irak » présidée par le journaliste algérien Mustapha Benfodil, la journaliste et écrivaine libanaise Joumana Haddad et Charles Thepaut, diplomate français expert de l’Irak. Lors d’une table ronde, les trois ont discuté des différentes formes de mobilisations populaires nées dans ces pays à la suite d’une insatisfaction générale porteuse de la volonté de construire des nations plus égalitaires.

Immagine che contiene parete, persona, sedendo, pavimento

Descrizione generata automaticamente

« Ces représentations constituent un portrait qui permet de développer et d’approfondir la connaissance des situations qui touchent des communautés perçues comme distantes, mais qui en fait sont toujours en communion avec nous, immigrés de deuxième et troisième génération. A l’aube du 2020, une multitude de pays est loin de se voir libre : en parler signifie ne pas en oublier l’existence » commente Fatima, une parmi les nombreux visiteurs qui chaque année prennent part à la manifestation.

Le public, également, se compose de personnes provenant du monde entier. Un coup d’œil suffit pour y reconnaitre le trait fondamental de la manifestation : il s’agit d’un vrai carrefour, d’un espace libre et ouvert où la pluralité stimule et enrichit la confrontation entre les experts et les visiteurs qui, de leur côté, ont la possibilité de participer aux débats finaux et de vivre ainsi une expérience édifiante.

Les raisons qui les y amènent ainsi que les parcours sont très variés. De son coté, Louise, qui travaille à l’Institut de langue arabe nous confie : « Je participe de manière particulièrement active aux débats, mais la raison principale qui m’attire est la possibilité d’écouter les entretiens des auteur.e.s, de connaitre de près les processus d’écriture, de découvrir ce qui les a secoués et qui leur a permis de nous secouer à notre tour […] La richesse de la programmation, la capacité de recueillir dans un seul endroit un grand nombre d’écrivain.ne.s, d’historien.nes et de spécialistes est la force de cet événement, dont la résonance est à grande échelle ». De plus, on remarque que le salon garantissait aussi une parité de genre parmi les invité.e.s, élément d’intérêt particulier aussi bien pour Coup de Soleil que pour iReMMo, les deux entes organisateurs.

Pourtant, le salon n’est pas seulement un canal de transmission pour l’ouvrage d’un.e auteur.e ou l’histoire d’un pays, mais il est porteur lui-même d’une tradition, d’un héritage partagé. A cet égard Sophie affirme – « Je crois cependant que la présence d’une zone de restauration et de petits concerts, très souvent sous-estimée, contribue à l’immersion dans la culture » – comme, d’après nous, le font aussi les ateliers en langue arabe et la lecture des contes pour les enfants.

Immagine che contiene interni

Descrizione generata automaticamente
Immagine che contiene pavimento, interni, tavolo, parete

Descrizione generata automaticamente

De l’autre côté, en ce qui concerne notre expérience, nous avons participé au Maghreb et Orient des Livres en tant que bénévoles. Parmi nos taches, nous devions nous occuper de l’accueil du public, en le renseignant sur la manifestation et sur les associations qui l’organisaient. Nous devions aussi soigner la préparation des différentes salles des rencontres et des entretiens, à savoir : vérifier les affiches à la porte, positionner les chevalets et les gobelets avant les rencontres, veiller sur le bon déroulement des conférences, faire passer le microphone parmi le public lors des débats, compter et ensuite transmettre le nombre de participant.e.s. Puisque ces taches impliquaient notre participation, nous avons pu ainsi assister à de nombreuses rencontres. Parmi les plus intéressantes, le café littéraire « Un siècle au féminin » avec les écrivaines Carine Fernandez, Yasmine Klaht et Joumana Haddad, activiste et journaliste, qui ont raconté leur vie en rapport avec les événements historiques contemporains de leurs pays d’origine (dans l’ordre : Arabie-saoudite, Egypte et Liban) et la manière dont ces derniers ont influencé leur vocation d’écrivaines.
Des films aussi ont été projetés pendant les jours du salon pour dénoncer de façon visuelle la réalité contemporaine des pays du Maghreb et du Moyen-Orient et pour insuffler, même à travers le cinéma, un message d’espoir, comme dans le cas du métrage « UTILES – Joussour : des associations au service de la population » : le film, réalisé par Bahïa Bencheick-El-Fegoun en collaboration avec Joussour, un programme de coopération franco-algérienne au service de la jeunesse, montre le travail de sensibilisation et de soins médicaux chez les jeunes en Algérie de la part des médecins faisant partie du programme, avec une attention particulière aux femmes.  

Sur le plan personnel, notre avis sur cette manifestation ne pouvait être qu’enthousiaste. Le salon Maghreb-Orient des livres nous a donné l’accès à la découverte d’un monde inconnu : en Italie, d’où nous provenons et où nous étudions, la littérature française « de la Métropole » représente le véritable focus, alors que dès notre arrivée à l’université Lumière de Lyon grâce au programme Erasmus, nous avons découvert l’horizon des littératures dites francophones. Prendre part à la manifestation cette année a été une expérience d’enrichissement culturel et personnel incroyables, car pendant deux jours, nous avons pu nous plonger dans une ambiance riche de savoir et de connaissance. Faire connaitre la réalité des pays du Maghreb et du Moyen Orient au moyen d’un échange culturel et littéraire nous paraît un excellent moyen pour déconstruire des idées reçues. La participation aux conférences, que nous avons trouvées toutes très intéressantes, nous a permis de nous confronter à des thématiques très actuelles et qui restent souvent dans l’ombre par rapport aux phares des médias, comme d’ailleurs le sont les littératures de ces pays. Ce bouleversement de perspective nous a sensibilisé.e.s à la réalité de ces nations. De plus, la présence d’experts provenant de différentes disciplines, notamment des écrivain.e.s, des journalistes et des diplomates, souvent originaires des nations en question, maintenait le caractère sérieux de la manifestation sans pourtant effacer son côté intime et convivial que permettaient des interactions libres avec les spécialistes.

La manifestation a été aussi un lieu de travail merveilleux où on pouvait respirer un fort air de collaboration et de chaleur presque familiale parmi les organisateur.ice.s. Dès la première journée de bénévolat, nous avons été accueilli.e.s et guidé.e.s avec beaucoup de bienveillance  par les organisateur.ice.s, ce qui a rendu l’expérience du bénévolat fortement agréable. Malgré nos connaissances limitées dans le champ des « littératures francophones », ce premier pas a stimulé aussi bien une prise de conscience qu’un intérêt accru pour ces régions et leurs productions littéraires et artistiques. Mettre en lumière et promouvoir un champ encore marginalisé, le plus souvent par ignorance, nous paraît être l’une des fonctions les plus remarquables de ce genre de manifestations. En cela, le Maghreb-Orient du livre remplit pleinement son rôle.