Jasmina Bolfek-Radovani, « Knitting drum machines for exiled tongues », Tears in the Fence | 2022

Compte rendu: Silvia La Bruna (U. Lyon 2/U. Bologne).

” I create musical compositions in a tongue of silent letters (…)

with harmonies of my foreign dusks “

Jasmina Bolfek-Radovani

Jasmina Bolfek-Radovani est née à Zagreb d’une mère algérienne et d’un père croate; elle s’est construit, grâce à cette filiation et à son propre parcours personnel et professionnel, un important bagage multiculturel. C’est ce qui ressort à la lecture de son dernier recueil, Knitting drum machines for exiled tongues, constitué de trente-cinq poèmes multilingues (anglais, français et croate) qui s’entrelacent en treize fragments à la fois visuels et textuels et trois calligrammes ou poèmes-dessins qui se répondent à travers l’enchâssement narratif.  Cette structure particulière crée un « shadow language »[1] permettant la mise en relief des topoi de l’écriture de l’autrice, liés au déplacement et à l’acceptation tant de ses propres origines que de la dimension identitaire qui en découle.

La citation du poète Mohammed Bennis, mise en exergue, souligne à quel point la poésie et la langue jouent un rôle primordial dans la représentation d’un destin singulier et permettent à l’individu de s’accepter et de se réaliser.

Dans son ouvrage La conquête de l’Amérique : la question de l’autre, Tzvetan Todorov avait démontré que la culture est caractérisée par sa nature sémiotique, tel le langage, et pour cette raison, elle évolue en fonction du contact qu’elle entretient avec les autres cultures en provoquant en même temps un changement et un bouleversement de l’identité de celleux qui entrent en relation avec l’autre. En effet, on peut reconnaître que tous les individus se réfèrent aux valeurs du pays où ils ont été sociabilisés et d’un autre côté se laissent traverser par chaque expérience vécue à travers les interactions et les relations humaines.

Selon Fernando Ortiz qui a conçu le terme « transculture » en tant que mouvement de médiation continue entre éléments et langues différentes, tous les migrants subissent un double processus inhérent à leur expérience. La totalité de ces évènements permet aux immigrés de transformer en force ce qu’en premier lieu pourrait apparaître comme une source de vulnérabilité.

En effet, le choix du poème multilingue est propice au dévoilement de l’évolution de la pensée de Jasmina Bolfek-Radovani, qui s’est longtemps plongée dans les nuances que chaque langue, à son échelle, peut offrir au lectorat, comme le souligne l’écrivaine elle-même :« As an art form concerned with unpacking discourses of power, multilingual poetry has the potential to make language stutter, as to make it vibrate again. How we define multilingual poetry has primarily to do with how we define language »[2].

L’interdisciplinarité est nécessaire pour aborder cette expérience artistique. Elle favorise la prise de conscience d’un paysage linguistique diversifié tel que celui d’aujourd’hui. Cela apparaît notamment à travers les nombreuses références à des symboles qui incarnent la fluidité de l’être : le rêve, la voix, le cœur – en effet, on retrouve dans le texte treize « Heart monologues » correspondant aux treize patterns dont le recueil est composé – et l’âme. Ces figures récurrentes sont modulées en fonction du message que l’autrice veut évoquer et du moment où ses réflexions se sont vérifiées. Dans « Heart monologue 5 », les termes qui signifient « cœur » en français, anglais et croate sont juxtaposés et écrits en l’italique ou en gras, afin de souligner les voix multilingues de l’affect chez la poète, alors que dans « Heart monologues 9 », on ne remarque plus de différence au niveau graphique, comme si l’altérité formelle s’était estompée.

On peut parler dans ce cas de « poèmes performatifs » puisque leur expressivité découle de l’intersection des mots, des images et des sonorités. Conjointement aux images à lectures multiples qui composent Knitting drum machines for exiled tongues, ils manifestent le désir d’agir sur la société. Si la poète et la voix de la société sont une seule entité, il n’est pas étonnant que, parmi les différents renvois intertextuels, on puisse trouver Michèle Lalonde (Speak white), représentante de la révolution tranquille qui a utilisé sa voix pour dénoncer la crise autant linguistique que politique qui a divisé le Québec. Cet intertexte permet donc de lire l’esthétique plurilingue de Jasmina Bolfek-Radovani comme un manifeste politique.

En effet, ce recueil représente l’étape finale de tout un cheminement (le texte « Bilingual, belonging » est exemplaire à ce propos), comme en témoigne l’autrice : « écrire dans mes trois langues a été pour moi une expérience de redécouverte de mon identité. Ce fut une expérience du retour à un Moi primordial; un retour à mes racines algériennes, mais aussi, et surtout, mes racines croates que je pensais avoir perdues au cours de mon expérience migratoire »[3].

In fine, « Knitting drum machines for exiled tongues » évoque l’image d’un patchwork de langues, de bruits et de sonorités qui, dans leur entrelacement, donnent forme à la musicalité du monde entier.  Le titre nous donne la preuve du fait qu’en reconnaissant notre passé, une fois que l’on a accepté le caractère inévitable de son existence comme facteur constitutif de notre mémoire (événement exprimé par Jasmina avec la succession immédiate d’une négation après une affirmation : « what is human & what is not »), on s’affranchit de l’angoisse nous empêchant de nous éloigner de nous-mêmes dans le but d’obtenir une perspective inédite de notre sphère identitaire.  

Silvia La Bruna
Université Lumière Lyon 2/U. Bologne

Jasmina Bolfek-Radovani est née à Zagreb (père Croate, mère Algérienne francophone). Elle est multilingue (croate, français, anglais). Elle a vécu et étudié à Bruxelles entre 1977 et 1981, et à Vienne, entre 1986 et 1987. Pendant ses études de magistère (en sociolinguistique) à l’Université de Zagreb, elle a fréquenté l’Institut des Langues Nordiques de l’Université d’Uppsala, entre 1991 et 1993, en tant que chercheur invité (après avoir obtenu une bourse de l’Institut Suédois). Elle vit et travaille à Londres depuis 1995. Ses poèmes en anglais, français et croate ont été publiés en Grande Bretagne, au Canada, et en Croatie. En 2017, Jasmina met au point le projet de poésie multilingue « Unbound », financé par Language Acts et Worldmaking (en 2018 et 2019). Entre 2019 et 2022, elle (co-)dirige, à Londres et à Zagreb, ses performances de poésie, « Reveries about language: Sound, Word, Image » et « Heart monologues », en collaboration avec des musiciens, des compositeurs, des artistes de son, des spécialistes de théâtre, et des acteurs multilingues. Jasmina possède un doctorat en études francophones littéraires et culturelles (“Space, Place and Spatial Loss in North African and Canadian Writing in French”, 2013). Elle a publié plusieurs articles académiques dans les journaux britanniques, et a participé, en tant que locuteur invité, à des conférences nationales et internationales dans son domaine. En 2022, elle publie, en Grande Bretagne, son deuxième recueil de poésie, Knitting drum machines for exiled tongues (Tears in the Fence : Dorset, 2022). Elle est membre du Centre de Poésie de la Queen Mary University of London depuis 2019. Pour plus informations sur son travail et ses activités artistiques, visiter le site personnel de Jasmina Bolfek-Radovani : https://jasminabradovani.com
 

[1] Pina Antinucci, dans son analyse critique de l’écriture d’Amelia Rosselli, théorise la notion de “shadow language” pour se référer aux “unmourned lost objects” typique de sa stylistique. Les objets, en effet, donnent au lectorat différentes facettes produites par des réalités qui sont ambiguës dans leur façon d’être même. [Bolfek-Radovani, Jasmina, “Reveries about language”: challenges and opportunities of performing multilingual poetry (talk given at the Languages Future online conference, 15 April 2021)].

[2] Bolfek-Radovani, Jasmina, “Reveries about language”: challenges and opportunities of performing multilingual poetry (talk given at the Languages Future online conference, 15 April 2021)

[3] Bolfek-Radovani, Jasmina, “Mon arrivée à l’écriture: sur le (non)-sacrifice de la langue“, 2015.


BIBLIOGRAPHIE :

Bolfek-Radovani, Jasmina “Knitting drum machines for exiled tongues”, Tears in the Fence, 2022 

Bolfek-Radovani, Jasmina, “Mon arrivée à l’écriture: sur le (non)-sacrifice de la langue“, 2015. (consulté le 29/10/2022)

Bolfek-Radovani, Jasmina, “Reveries about language”: challenges and opportunities of performing multilingual poetry (talk given at the Languages Future online conference, 15 April 2021). (consulté le 01/11/2022)

Bolfek-Radovani, Jasmina, “‘Unbound’ Lines: Writing in the Space of the Multilingual”, alkan Poetry Today, February 2018. (consulté le 01/11/2022)

Lebovics, H. (1993). [Review of On Human Diversity: Nationalism, Racism, and Exoticism in French Thought, by T. Todorov]. French Politics and Society, 11(3), 66–70.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search