Vers l’élaboration d’une langue décentrée et la réécriture des héritages à partir du Moyen Âge, pour envisager le français en tant que langue plurielle

Recension d’ouvrage par Francesca FURINI: Maxime Del Fiol, Francophonie, plurilinguisme et production littéraire transnationale en français depuis le Moyen Age, “Travaux de littérature”, n° 35, Adirel, 2023.

On ne peut nier que dans le monde scolaire, académique, la littérature française occupe un rôle central. Cependant, ce statut est aussi la conséquence d’un monolinguisme dans lequel il existe une coïncidence identitaire, supposée parfaite, entre la culture et l’État avec ses frontières. Peut-on vraiment réduire la langue française au monolinguisme du français national ? 

La couverture du volume de la série “Travaux de Littérature”

Dans le collectif qu’il a coordonné sous le titre Pour une histoire francophone, transnationale et plurilingue, des littératures de langue française[1], Maxime Del Fiol aborde le thème du dynamisme de la littérature francophone et souligne la nécessité de « dénationaliser la langue française » [2]. Selon lui, les écrivain.e.s francophon.e.s sont situé.es dans un entre-deux permanent entre les langues, les cultures, les systèmes littéraires. Pour eux, le fait d’écrire en français est le résultat d’un choix linguistique pour leur création littéraire, mais cette création découle de multiples appartenances biographiques, et élargit les perspectives en favorisant une vision dynamique de la langue et de la culture. D’où les limites d’une perspective monolingue nationale. En effet, d’une part on ne définit la francophonie que comme relation différentielle au monolinguisme, et d’autre part, cela nie l’existence d’une réalité transnationale autre que l’histoire de la littérature française et qui est restée quelque peu cachée, ou non considérée, après le Moyen Âge.

Le francocentrisme a longtemps sévi dans le monde académique, même si au cours des dernières décennies, la littérature francophone a été reconnue par les prix littéraires, il ne s’agit que d’une « minoration » qualitative et quantitative selon les mots de Philippe Blanchet. [3]

En fait, le caractère normatif de la langue française est devenu la base d’une politique d’identité nationale, et la littérature, en tant que forme d’expression de la langue, est devenue elle-même un critère de distinction entre la littérature dite française ou la littérature dite francophone. En réalité, la différence francophone ne se pose pas sur le plan littéraire, mais Del Fiol constate qu’il s’agit d’une réalité politique fondée sur le concept de frontière. De plus, concevoir les écrivain.e.s francophon.e.s dans le cadre de la littérature nationale devient limitatif et peu inclusif. Ils sont obligés de limiter une partie de leur culture et de leurs pratiques littéraires pour entrer dans ce cadre, ou à tout le moins ils sont toujours obligés de se définir avec les termes de l’altérité.

C’est ainsi que nait la nécessité de s’éloigner du francocentrisme et de concevoir une Histoire autre au sein de laquelle l’histoire française s’inscrirait dans une perspective mondiale ou transnationale. Pour cela, Del Fiol constate que non seulement la dissociation entre langue française, littérature en français et territoire français est nécessaire, mais aussi la reconnaissance du plurilinguisme en littérature depuis le Moyen Age. Del Fiol souligne que depuis le Moyen Age, on peut inscrire la littérature en langue française dans un cadre plurilingue même sur le territoire français et notamment on peut également reconnaitre que plusieurs écrivain.e.s utilisaient le français en territoire hors-Hexagone. Et le chercheur de conclure en proposant de définir comme francophone l’ensemble global des littératures « en français », « de langue française » ou « d’expression française », en vue de proposer une histoire monde des littératures francophones, dont la littérature qu’on connait comme « française » devient un sous-espace de la littérature francophone dans une dialogue inter-séculaire. Ce serait ainsi la condition pour une vision dynamique de l’histoire et de la culture.

C’est à partir de cette perspective que Mounira Chatti, dans un article intitulé  « Entre les langues : pour une esthétique de l’hétérogène », porte ses réflexions sur les langues disant qu’il est nécessaire que chaque langue apprenne à se dénationaliser ou à se vernaculariser, c’est-à-dire de concevoir une vision qui va au-delà du contexte linguistique. Pour mieux s’expliquer, elle se sert de deux exemples: Abdelwahab Meddeb et Assia Djebar.

Pour le premier, elle prend en considération l’œuvre Portrait du poète en soufi où la figure du poète représente le décentrement. Ce poète emprunte des mots anciens au monde mythique ou fictionnel arabo-musulman et il les réactualise dans sa poésie. Ainsi il est important de souligner que non seulement le métier du poète est d’utiliser la langue, mais aussi de la définir par elle-même. Si on pense aux origines du soufisme, on peut conclure que la sagesse éternelle et universelle de la religion islamique passe dans le corps du poète par le don de sa plume; plus concrètement, selon Meddeb, c’est un privilège lié à l’utilisation du langage et à la narration d’une entêtante ​​​histoire.  

Pour ce qui concerne la deuxième, Assia Djebar, Chatti met en évidence la tension féconde entre les langues et les espaces. Dans les œuvres Femmes d’Alger dans leur appartement et La disparition de la langue française, on assite à une réflexion sur la langue. Dans le premier cas, la langue se trouve liée à une enquête sociologique sur les origines qui interroge et devient témoignage de la voix des femmes angériennes. Dans le deuxième cas, la narratrice s’interroge sur la question de la langue : est-ce que la langue de l’amour est le français, sa langue adoptive, ou l’arabe, la langue de l’enfance ? Les deux sont la réponse car chaque mot constitue une part de son identité. 

Pour conclure, en matière de littérature francophone, le paradigme « national-monolingue » est souvent mis en question. L’unité du monde ne peut pas exister car les caractéristiques de ce dernier sont le nomadisme, l’errance, le chaos et le tout-possible du langage [4]. In fine, l’originalité de ce collectif est d’argumenter en faveur d’une mondialisation culturelle contemporaine à travers une synthèse diachronique des littératures francophones.

  

Francesca Furini, Université Lumière Lyon 2/ Université de Bologne


[1] DEL FIOL, Maxime (dir.), Francophonie, plurilinguisme et production littéraire transnationale en français depuis le Moyen Age, “Travaux de littérature”, n° 35, Adirel, 2023

[2] MBEMBÉ, Achille “Dénationaliser la langue française” dans la revue Multitudes : https://www.multitudes.net/denationaliser-la-langue-francaise/

[3] BLANCHET, Philippe, Discriminations : combattre la glottophobie, Paris, Éditions Textuel, 2016. 

[4] CHAMOISEAU, Patrick, “Sur la littérature-monde” Multitudes, vol. 45, no. 2, CAIRN, Mai 2011, p. 190. https://doi.org/10.3917/mult.045.0190.

De quelques revues francophones: instances de légitimation et renouvellement de la critique.

Il s’agira de sensibiliser les jeunes chercheur.e.s la manière dont une revue se transforme en organe de légitimation: sélection des thèmes et des corpus, choix des présupposés épistémologiques, constitution des comités scientifiques, lecture en double “aveugle”, etc. Symétriquement, on apprendra aussi comment une revue acquiert elle-même cette légitimité : classement international, autorité, diffusion, réseaux.

Journée d’études du 23 mars 2020, à l’Université Lyon 2

Axe de recherche du laboratoire Arts et Littératures : XX-XXI: Enjeux contemporains de la critique et de la théorie.

Les difficultés réelles auxquelles sont confrontées les revues n’ont d’égal que la détermination de celles et ceux qui persistent à y croire.  Ces difficultés se multiplient lorsqu’il s’agit de faire vivre une revue de type académique, qui vise un public forcément confidentiel. De plus, comme pour l’ensemble des publications en papier, les revues ont, elles aussi, été affectées par les nouveaux usages induits par les technologies numériques. Celles-ci ont même fait partie des premiers supports à être mis en ligne. Cette nouvelle façon de diffuser les contenus scientifiques a obligé les maisons d’édition, les rédacteur.ice.s en chef ainsi que les auteur.e.s, à repenser leur pratique éditoriale et à s’adapter à un nouvel environnement numérique : de nouveaux modèles économiques ont vu le jour et de nouveaux canaux de transmission ont émergé. Ces nouvelles technologies numériques ont-elles été bénéfiques aux revues ou au contraire leur ont-elles nui en les diluant dans une immense offre numérique mondiale, où seules les puissantes structures, surtout anglophones, occupent les premières places ? Comment les éditeur.ice.s de revues francophones (en particulier celles spécialisées dans les sciences humaines et sociales) se sont-illes organisé.e.s pour donner plus de visibilité à leurs publications ? Comment les auteur.e.s, qui ont vu se multiplier les offres de publication en ligne, ont-illes réagi aux nouveaux enjeux éditoriaux ? Et Enfin comment les structures éditoriales publiant des revues se sont-elles organisées pour faire face à cette nouvelle réalité?

L’intérêt de proposer une journée d’étude autour des revues académiques est double: d’abord, présenter aux étudiant.e.s l’occasion de discuter avec des responsables de publications qui peuvent rendre compte des coulisses d’un numéro de revue; ensuite réfléchir à l’importance des revues dans la structuration d’un champ littéraire, notamment quand il s’agit d’un champ aux contours aussi instables que celui de la francophonie littéraire.  

Il s’agira aussi de sensibiliser les jeunes chercheur.e.s la manière dont une revue se transforme en organe de légitimation: sélection des thèmes et des corpus, choix des présupposés épistémologiques, constitution des comités scientifiques, lecture en double “aveugle”, etc. Symétriquement, on apprendra aussi comment une revue acquiert elle-même cette légitimité : classement international, autorité, diffusion, réseaux.

Les stratégies et les procédures de reconnaissance sont multiples dans le champ littéraire «francophone » et la critique académique en représente une instance singulière: établissement d’un corpus, rapport au canon (même en adoptant parfois la posture de la marginalité).

Quels critères de légitimation sont à l’œuvre dans la critique/recherche académique ? selon quelles modalités énonciatives et théoriques aussi (chaque approche entraînant une nouvelle forme de normativité scientifique) un discours a pu se constituer comme « savoir » légitime sur cette littérature qui ne cesse pourtant de s’interroger sur la cohérence de son champ?

Par ailleurs, comment les revues se transforment également en instance médiatique? S’agit-il d’une fabrique de l’écrivain.e ? avec quelles stratégies de patrimonialisation ? quels espaces sont préservés pour accueillir l’innovation? 

En quoi est-ce que la théorie y rejoint-elle la critique ? s’agit-il d’une critique de la critique (métacritique) ? Quelles images de la francophonie littéraire ? quels rôles : transmission, médiation, déconstruction ? Se pose aussi la question de la portée internationale des revues et, de fait, des différentes postures critiques caractéristiques de chaque tradition critique dans chaque langue et contexte national au sein duquel une revue intervient. On ne juge pas de la même manière et par le truchement des mêmes expert.e.s un article provenant du monde universitaire postcolonialiste américain rédigé en anglais et un article en français. L’internationalisation de la recherche et des lectorats induit une pluralisation des approches critiques au sein de l’appareil évaluatif des revues. 

Les revues académiques qui seront présentées pendant cette journée sont: Horizons/théâtre (PUB), Expressions maghrébines (CICLIM et Université de Tulane) et Francofonia (Université de Bologne), La Vie des idées (Collège de France), L’Insensé (site collectif).

En jetant un éclairage latéral sur le fonctionnement des revues académiques, c’est aussi un retour sur la constitution des savoirs et de leur transmission qui est visé. (Le mot savoir est entendu en tant qu’ensemble de discours dont il n’est pas question de juger du fondement de manière normative). En outre, la question du discours sera articulée à celle des réseaux et à leur rôle dans l’élaboration de poétiques partagées.  

Enfin, d’autres revues non académiques seront présentées par des chercheur.e.s et des étudiant.e.s. Cette journée, qui articule recherche et formation, implique également des étudiant.e.s ERASMUS en échange à l’U. Lyon 2 dans le cadre de la convention de la collaboration avec l’U. de Bologne. Un atelier de formation animé par les participant.e.s permettra de répondre aux questions sur la rédaction d’un article de revue.

Bibliographie indicative

Aron, Paul, « Les revues littéraires, média privilégié de l’identité culturelle ? », dans L’Identité culturelle de la Belgique et de la Suisse francophones. Actes du colloque international de Soleure (juin 1993), sous la direction de Paul Gorceix, Paris, Champion, 1997, pp. 108-120.

Bourdieu, Pierre, Les règles de l’art. Structure et genèse du champ littéraire. Paris : Seuil, 1992.

Bureau, Sylvain, Petite revue sur la revue de littérature à l’usage des candides. Le Libellio d’AEGIS, 2011, 7 (4 – Hiver), pp.65-73.

Maingueneau, Dominique, Trouver sa place dans le champ littéraire. Paratopie et création, Louvain-la-Neuve, Academia-L’Harmattan, « Au cœur des textes », 2016.

Vuelta, Nieves Ibeas et Gaspar Galán, Antonio, « Discours et légitimation », Carnets [En ligne], Deuxième série – 9 | 2017, mis en ligne le 31 janvier 2017, consulté le 21 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org.acces.bibliotheque-diderot.fr/carnets/2063


Organisateurices 

-Equipe Passages Arts et littératures : XX-XXI.

-Equipe CICLIM (Coordination internationales des chercheur.e.s sur les littératures maghrébines)

-De l’Université Lyon 2 :

Sarah Al Matary (MCF U. Lyon 2)

Touriya Fili-Tullon (MCF U. Lyon 2)

Marie-Jeanne Zenetti (MCF U. Lyon 2)

Valérie Orlando (professeure Littératures francophones)

Elena Donati (étudiante U. Lyon2/ U. Bologne)

Jacopo Caccin (étudiant U. Lyon2/ U. Bologne)

Lyna Drici (étudiante U. Lyon2)

-De l’ENS de Lyon : Noémie Cadeau (étudiante ENS Lyon)

invité.e.s: 

Maria Chiara Gnocchi <mariachiara.gnocchi@unibo.it> 

Edwige Tamalet : etamalet@tulane.edu

Omar Fetat: Omar.Fertat@univ-bordeaux.fr 

Jérémie Majorel Jeremie.Majorel@univ-lyon2.fr

Sarah Almatary Sarah.Almatary@univ-lyon2.fr

Najet Laïb: laib.najet@gmail.com

Livraison Revues (Catherine Goffaux)

Partenaires

Université Lyon

Université Bordeaux

Université de Grenoble

Coup de soleil  

Contact: ciclim.info@gmail.com

Modalités de participation: 

Frais de participation: 20 euros pour couvrir les frais du repas de midi. 

Gratuité pour les adhérent.e.s de la CICLIM. 

Transport et frais de séjour à la charge des participant.e.s. 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search