« Oui, mes Joueurs étaient des médiums», Colette Fellous redistribuant les cartes de Cézanne : de l’ex-position au legs

La présence d’images dans les récits autobiographiques de Colette Fellous se trans-forme en critère qualifiant l’écriture de soi. Dans ses romans, notamment dans Plein été, l’autrice fait place aussi bien par les mots que par les images aux Joueurs de cartes de Cézanne au point d’en façonner un leitmotiv structurant son écriture autobiographique.



25 Septembre à l’Université Lyon 2: Rencontre avec Medrar Sallem Âati (UniversitéJean Monnet Saint-Étienne et Université de Tunis, ECLLA (ED 3LA 484) & Intersignes (LR14ES01) dans le cadre du séminaire “Récits hors cadres”

La présence d’images dans les récits autobiographiques de Colette Fellous se trans-forme en critère qualifiant l’écriture de soi. Dans ses romans, notamment dans Plein été, l’autrice fait place aussi bien par les mots que par les images aux Joueurs de cartes de Cézanne au point d’en façonner un leitmotiv structurant son écriture autobiographique.

La lecture et l’étude de cette interaction entre lisible et visible s’inscrit dans le champ des « Récits hors cadres » autour de l’autofiction et en rapport avec l’intermédialité.

Touriya Fili-Tullon (Université Lyon 2) invite Medrar Sallem-Âati à partager le regard qu’elle porte sur le corpus de Colette Fellous à travers l’examen et le questionnement des coordonnées qu’attribue l’autrice aux Joueurs de Cézanne dans Plein été.

Cette intervention permettra d’expliciter comment Colette Fellous, à l’image d’Ariane, brode son œuvre autobiographique. L’idée est de montrer comment, dans les nœuds du tissu autobiographique, elle emprunte les fils de Cézanne en les faisant siens pour découdre le tracé du dessin autobiographique classique et le trans-figurer par des points d’été suivant le tracé d’autres médiums.

Medrar Sallem-Âati

Notice bio-bibliographique

Medrar Sallem Âati étudie, depuis 2014, les textes de C. Fellous, autrice tunisienne et française de culture juive. Ses mémoires de Masters en Lettres[1], en Genre[2] et en Traduction[3] ont respectivement porté sur Plein été, Avenue de France et Le petit Foulard de Marguerite D. Elle prépare, sous la codirection d’Anolga Rodionoff et Samia Kassab-Charfi, une thèse en recherche-création intitulée Exploration de l’écriture au prisme des arts dans les récits autobiographiques de Colette Fellous.

Publications :

Medrar Sallem Âati, « “I was a slave girl”, traversées et articulations : des lectures queerféministes au manifeste d’adelphités _ Rencontre avec Marie-Pierre Harder _ », 19 juillet 2022.

_ « Sur la lisibilité, lecture de l’article d’Aurore Turbiau ” Je dis d’ailleurs que j’ai des cellules amazoniennes. Le patriarcat est une science-fiction”, Michèle Causse », Hypotheses, 19 juillet 2022.

_ « Écrire au lieu du peintre : Poétique de la parenthèse picturale chez Colette Fellous » article paru in Numéro spécial Colette Fellous (Dir. Samia Kassab-Charfi) XLIII, 1 (2018) d’ŒUVRES & CRITIQUES, Revue internationale d’étude de la réception critique des œuvres littéraires de langue française.

_ articles parus in Bulletins journaliers de la 18ème édition du festival « Cinéma de la Paix ? » du 13 au 18 mars 2018.

_ « Et pourtant ça tourne… Et que le débat continue… » in Bulletin de la 32ème édition du FIFAK, 19 août 2017.

Communications :

Nabil Djedouani et Medrar Sallem Âati, « Quelle(s) destinée(s) numérique(s) pour les archives du cinéma algérien ? » 19ème édition du festival « Cinéma de la Paix ? », Cinéma Théâtre Le Rio, 13 mars 2019.

Nora Hamdi et Medrar Sallem Âati, « Comment faire des voies narratives, à travers les adaptations cinématographiques, des échos des voix des femmes ? », 20ème édition du festival « Cinéma de la Paix ? », Cinéma Théâtre Le Rio, 11 mars 2020.

Medrar Sallem Âati, « Colette Fellous : De la mémoire juive tunisienne à la diction française », in « Dictions et fictions de l’identité », journées doctorales, FSHST (28 et 29 avril 2015).

_ « Enquêtes sur la Tunisie/En-quête de soi : Images investigatrices du paysage tunisien signées Colette Fellous » in « Les dessous des cartes : citations et images-mondes », atelier Création & Critique, FSHST (19 mai 2016).


[1]Medrar Sallem Âati, « Lieux et topographies dans Plein été de Colette Fellous », mémoire de Master en Lettres et Civilisation Françaises Modernes dirigé par Pr. Samia Kassab-Charfi à la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis, Université de Tunis, juin 2014.

[2]Medrar Sallem Âati, « Rendre le monde : écrire le désir d’écrire dans Avenue de France de Colette Fellous », mémoire de Master en Études sur le genre (Genre, Littératures, Cultures) dirigé par Marie-Jeanne Zenetti, Université Lumière Lyon 2, juin 2022.

[3]Medrar Sallem Âati, « Traduire « dans les régions claires de l’écriture » : Le petit foulard de Marguerite D.de Colette Fellous » mémoire de Master en Traduction et Édition Littéraires dirigé par Touriya Fili-Tullon, Université Lumière Lyon 2, septembre 2023.

Traduction d’extraits du récit de Fawzia Zouari (prologue),  Le Corps de ma mère, Gallimard, 2016.

Une traduction de Francesca Furini et Silvia La Bruna

« Ce bruit, dehors ! Et au-dedans de moi, ce silence que creuse sa mort, cette main fébrile qui vide mes jours de leur substance pour les remplir de sa vie, dense et secrète. Dans une cache à double fond, j’ai entassé nos souvenirs à toutes les deux. J’ai sous la main les récits glanés sur elle et je veux partager mon butin avec un lecteur. Seulement voilà. Chaque fois que je m’installe devant mon bureau, une torpeur bizarre, comme un demi-sommeil, m’engourdit l’esprit et ma mémoire se fait cambrioler. Je me lève, me dirige vers la fenêtre et me laisse distraire par le spectacle de la rue. Soudain, son corps étendu sur une civière passe juste en dessous de chez-moi et je vois les mots fondre sur lui comme des charognards. Je recule, effrayée.»

Che chiasso, là fuori! E dentro di me, questo silenzio che scava la sua morte, quella mano febbrile che svuota i giorni della loro linfa per riempirli con la sua vita, densa e nascosta. In un nascondiglio a doppio fondo, ho accumulato i ricordi che ci accomunano. Ho sotto gli occhi i racconti racimolati su di lei e voglio condividere il mio bottino con un lettore. Ecco tutto. Ogni volta che mi sistemo alla scrivania, un torpore bizzarro, come in un dormiveglia, mi anestetizza lo spirito e la mia memoria viene derubata. Mi alzo, mi dirigo verso la finestra e mi lascio distrarre dallo spettacolo della strada. D’improvviso, il suo corpo disteso su una barella passa giusto sotto casa e vedo le parole assalirlo come avvoltoi. Indietreggio, spaventata.

La couverture du récit de Fawzia Zouari, Losfeld (Joëlle) 2016.

« Et comment oser intenter un procès à celle qui m’a mise au monde, comme le font certains écrivains. Maman me battait quand j’étais petite, c’est vrai. Elle a failli me priver d’études et me vouer à la réclusion. Elle m’a greffé la culpabilité dans la peau pour être partie à l’étranger alors que les femmes de mon pays ne traversaient pas la frontière. Et quand je touche mon corps, je le découvre encore cousu de ses peurs. Mais je ne peux pas lui en vouloir. Comme s’il y avait une fatalité chez les Arabes à absoudre les mères. Bref, je me dis ceci : « Maman n’existe dans aucun livre, personne n’a vécu ce que j’ai vécu, personne ne porte comme moi l’essence de cet être pétri de toutes les époques. Personne ne me lira. À quoi bon écrire sur elle ? ». Parfois, je me demande si la difficulté ne vient pas d’un problème de langue. Peut-on vraiment mettre le français au service d’une bédouine tatouée qui n’a jamais frayé avec la « tribu » gauloise ?Et restituer une rythmique de vie arabe sur une partition latine ? Suis-je autorisée à raconter ma mère autrement que par ses propres mots ? Forcer son secret autrement que par le sésame du verbe coranique ? Ne serait-ce pas exhiber deux fois sa vie que de la donner à lire dans la langue des « Infidèles », pour recourir à ses propres termes ? »

E come osare intentare un processo contro colei che mi ha generato, come fanno molti scrittori. Mamma mi picchiava da piccola, è vero. Mi ha quasi impedito di studiare e condannato alla reclusione. Mi ha inciso il senso di colpa nella pelle per essere andata all’estero, laddove le donne del mio paese non attraversano nemmeno la frontiera. E quando tocco il mio corpo, lo ritrovo ancora intessuto delle sue paure. Ma non riesco ad avercela con lei. Come se, tra gli arabi, fossimo destinati inevitabilmente a perdonare le nostre madri. Ad ogni modo, mi dico: “Mamma non esiste in nessun libro, nessuno ha passato quello che ho passato io, nessuno racchiude in sé come me questa essenza intrisa di ogni epoca. Nessuno mi leggerà. A che pro scrivere di lei?”. A volte, mi domando se questa difficoltà non nasca che da problema linguistico. Si può davvero mettere il francese al servizio di una beduina tatuata che non si è mai aperta con la “tribù” gallica? E restituire un ritmo di vita araba su una partitura latina? Sono autorizzata a raccontare di mia madre non utilizzando le sue parole? Far breccia tra i suoi segreti non utilizzando come chiave il verbo coranico? Non si tratterebbe di esibire due volte la sua vita rendendola leggibile nella lingua degli “Infedeli”, per citare le sue stesse parole?

Traduire une autofiction arabe

Vendredi 13 mars de 10h00 à 12H00, Amphi Benveniste, Université Lyon 2 (Berges du Rhône). Accès , rue Raulin via l’entrée sur la cour Gaïa. Rencontre ouverte à tou.te.s.

Conférence suivie d’un débat avec Darouèche Hilali autour de sa traduction du récit autofictionnel de Abdelkader Chaoui – À qui le tour ? ( من قال أنا؟), publié dans la collection « Autofictions etc. » aux Presses universitaires de Lyon (PUL) en présence d’un.e représentant.e des PUL.

Le traducteur présentera son travail sur l’autofiction, fruit d’une thèse de doctorat soutenue à l’Université Lyon 2 et qui a donné lieu à une double publication aux PUL en 2019: l’essai sous le titre Des autofictions arabes, et la traduction de A qui le tour? , autofiction de l’auteur marocain, Abdelkader Chaoui.

Inscrite dans le cadre du cours sur l’histoire des théories et des pratiques de la traduction en master TLEC, la conférence reviendra sur l’intérêt et les enjeux éthiques et esthétiques de la traduction littéraire quand elle est publiée dans un cadre académique.

Vous pouvez dès à présent commander les deux ouvrages sur le site de l’éditeur

Darouèche Hilali Bacar est docteur en études arabes et spécialiste de la littérature moderne et contemporaine. Dans sa thèse doctorale soutenue en 2014 à l’Université Lumière Lyon 2, il

propose une relecture des oeuvres de Mohamed Choukri, Sonallah Ibrahim et Rachid El-Daïf à travers le concept d’autofiction. Depuis 2011, il collabore régulièrement avec le Centre international de recherches et études interculturelles (CIRSI) en Italie pour approfondir ses réflexions sur les formes d’expression et de représentation de soi dans la littérature et dans les nouveaux supports de création et de diffusion. En 2018, il a intégré l’équipe de l’Institut de coopération régionale et européenne de Mayotte (ICREM) pour mener notamment des études sur la place de la langue arabe à Mayotte et sur la littérature mahoraise.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search