Charles BONN: Littérature algérienne.Itinéraire d’un lecteur. Entretiens avec Amel MAAFA

Posface de Naget KHADDA. El Kalima Editions 2019. Publié en partenariat avec le Réseau Mixte LAFAF et l’Université Rennes 2.

Recension de Jeanne FOUET-FAUVERNIER

            Il s’agit d’un ouvrage tout à la fois austère et passionnant, mêlant des réflexions méthodologiques complexes à des analyses politiques et à des portraits incisifs.

            Charles Bonn, qui a tant œuvré au cours de sa vie pour la reconnaissance de la littérature francophone maghrébine, y est finement interrogé par Amel Maafa, universitaire algérienne qui enseigne à Guelma, puis commenté en postface par Naget Khadda. Le livre présente le bilan intellectuel et humain de ce parcours en six chapitres obéissant à une chronologie temporelle rigoureuse mais qui n’exclut pas les analepses narratives,  ou les retours sur l’élaboration d’une réflexion critique au fil des décennies.

            Tout est lié, affirme l’auteur : la découverte d’un corpus littéraire ignoré a lieu par le hasard d’une mutation à Constantine, où le jeune professeur de Lettres qu’est alors Charles Bonn arrive muni d’un bagage idéologique militant hérité de Mai 1968 et de la représentation idyllique d’une Algérie récemment indépendante, qui serait le laboratoire d’un modèle de société socialiste, libre, assoiffée de justice et de création artistique sans contraintes. Les enseignants français nommés en Algérie croient aux vertus des peuples libérés de la colonisation et se mettent au travail avec enthousiasme. Il leur faut vite déchanter, devant « l’arrogance avec laquelle certains responsables administratifs compensaient leur incompétence » (page 38). Double sidération : devant celle du carcan du discours idéologique dominant qui empêche la pensée, et devant celle de l’écriture éclatée de Kateb Yacine qui empêche la lecture fluide et bloque la saisie du sens de l’œuvre.

            Face à ces opacités, Charles Bonn choisit de créer une discipline dans les deux sens du terme : une discipline universitaire, bien sûr, mais aussi une discipline personnelle nourrie de son propre rapport à la marginalité linguistique, issu de son enfance alsacienne et du partage forcé entre langue maternelle et langue officielle, entre alsacien et français, dans une contrée âprement disputée par des locuteurs tantôt germanophones, tantôt francophones. Cette expérience structure sa fascination pour la littérature francophone algérienne –et à un moindre degré marocaine-, littérature écrite dans la langue de l’oppresseur,  vécue comme un butin de guerre, mais dont le désir propre n’est pas celui de la reproduction de modèles classiques. Kateb Yacine, Nabile Farès, Mohammed Dib surtout, font l’objet d’analyses fouillées.

            Qu’est ce qui définit la littérarité de ces textes ? Qu’est-ce au juste que la francophonie ? Que signifie le comparatisme ? Autant de questions fondamentales pour le chercheur qui remet bien des fois en cause ses outils de lecture, privilégiant d’abord le rôle de la  spatialité à ses débuts, pour proposer lors des dernières années la réinvention du tragique comme clé d’interprétation. Il s’agit toujours d’arracher l’œuvre romanesque au cliché documentaire ou à la simplification idéologique dans laquelle, par exemple, la doxa du pouvoir algérien souhaitait enfermer la création esthétique en lui assignant des thématiques (la guerre glorieuse, la ruralité éternelle) dont Charles Bonn apprend très vite, par le biais d’une enquête de lecture menée auprès de ses étudiants de Constantine, à quel point elles sont rejetées par la jeunesse. Bien au contraire, ce sont l’ambigüité et l’intertextualité qu’il convient de mettre en relief ! Quant à la francophonie, machinerie officielle adoubant des serviteurs de la diplomatie internationale, elle est entièrement à repenser « comme un espace de diversité qui permet la rencontre entre cultures » (page 153), rencontre où les littératures dites francophones jouent un rôle majeur. Il est alors évident que le comparatisme s’impose comme une discipline universitaire à revivifier, loin des conservatismes qui selon l’auteur figent la recherche dans l’étude des thématiques, puisqu’en France on compare des textes traduits à des textes rédigés en français…

            Cet ouvrage exigeant est par ailleurs écrit sur un mode alerte, parfois polémique, et certaines anecdotes de la vie professionnelle de l’auteur ne manquent pas d’alacrité. La peinture de l’institution universitaire française s’avère sans complaisance. Le lecteur se trouve ainsi averti de ce qui l’attend, surtout s’il est étudiant et souhaite intégrer un jour cette institution : concurrences féroces pour les postes, plans de carrière tortueux, nominations et invitations par copinage, désintérêt fréquent pour l’enseignement et les étudiants, pauvreté scientifique de certains travaux cependant acceptés pour les motifs précédents,  le tableau est sombre…et sanglant si on y ajoute les violences exercées par les groupes d’extrême-droite à Lyon III ! Reste l’hommage rendu, à de multiples reprises, à des collègues travailleurs et bienveillants devenus des amis, et qui ont illuminé une vie de chercheur parfois rude dans ses déconvenues.

            La littérature francophone maghrébine existe, création multiforme et rigoureux objet d’étude, c’est l’essentiel. Cette discipline doit beaucoup à Charles Bonn, dont Naget Khadda souligne la qualité d’une expertise fondée sur la rencontre entre « humanisme universaliste » et « intérêt pour les marges et les minorités » (page 256). Rien n’est jamais joué d’avance, les mouvements populaires actuels le montrent à l’envie. En dépit de la bêtise ou de la terreur, l’écriture comme aspiration à exprimer l’indicible perdurera.

Entretien avec Jeanne Fouet-Fauvernier

Lisa Frankel et Léonie Soula

Écritures de la survie en milieu carcéral,
Autobiographies de prisonniers marocains des « années de plomb »
in Études littéraires maghrébines, n°23

L’autrice Jeanne Fouet-Fauvernier 

Jeanne Fouet-Fauvernier est l’ancienne Présidente de la Coordination Internationale des Chercheurs sur les Littératures Maghrébines. Elle est professeurs agrégée de Lettres Hors classe retraitée et Docteur de l’Université de Franche-Comté. A la fois titulaire d’une licence d’Histoire et d’une maîtrise de psychologie clinique, elle était enseignante en Classe Préparatoire aux Grandes Écoles à Montbéliard. Enseignant de même à l’IUFM de Franche-Comté, elle y assurait également les fonctions de Professeur associée, en pratiquant encore l’enseignement de la littérature dans des classes du secondaire et de BTS en lycée. Aujourd’hui, elle assure toujours des fonctions de jury aux Concours Communs Polytechniques. 

Outre l’ouvrage mentionné ci-dessus, elle est l’auteur d’autres livres : Driss Chraïbi en marges (Paris : L’Harmattan, 1999), La Mère du printemps (l’Oum-er-Bia) de Driss Chraïbi, Etude pédagogique (Paris : L’Harmattan, 2008). Elle a également rédigé un nombre important d’articles parus notamment dans L’Ecole des Lettres, Etudes littéraires maghrébines, Interculturels francophonies, Etudes Francophones et Expressions maghrébines. Elle a également participé activement à des communications et conférences internationales portant sur la littérature francophone maghrébine. 

L’ouvrage

C’est avec une approche anthropologique que Jeanne Fouet-Fauvernier a choisi d’interroger les moyens développés par les prisonniers marocains afin d’assurer leur survie. Les nombreux témoignages qu’elle étudie ouvrent un nouvel angle sur l’histoire contemporaine, d’autant plus par leur rareté. Elle questionne l’humain à travers les représentations de l’horreur, à la fois singulières et collectives, issues de l’expérience carcérale. 

« Comment ces individus, victimes d’une incarcération impitoyable et destinée à les mettre lentement à mort, sont-ils parvenus à survivre jusqu’à leur élargissement ? » ( introduction, Jeanne Fouet-Fauvernier ) 

I) Questions générales sur la littérature de témoignage et le travail préalable à l’écriture du livre 

 Comment pensez-vous l’appellation « littérature de témoignage », est-ce que c’est une bonne façon de raconter ? 

Jeanne Fouet-Fauvernier (JFF) :

J’utilise le terme de littérature au sens purement étymologique : « ce qui est écrit ». À l’exception d’un témoignage, les textes présentés n’ont pas d’ambition esthétique. 

L’un des objectifs fondamentaux du témoignage est – pour ceux qui témoignent – de parvenir à faire part de son expérience avant de mourir. Or, s’ils avaient pu le faire à l’oral (sous forme de récits faits à leurs proches, par exemple) ou se confier à des relais journalistiques, passer par l’écrit est une manière d’assurer une pérennité à leurs discours. Il y a donc une volonté de communiquer son expérience et d’en laisser une trace. 

Votre ouvrage recense plus d’une dizaine de témoignages (par exemple, les deux récits des frères Bourequat, plusieurs témoignages de militaires – Driss Chberreq, Ahmed Marzouki…). Comment vous êtes-vous retrouvée dans toute cette multiplicité d’écrits ? 

JFF :

Ce travail a demandé plusieurs années. Je me suis posé beaucoup de questions de méthodologie et ai effectué un gros travail de recensement de témoignages carcéraux, notamment écrits par des militants politiques. 

En définitive, les témoignages retenus sont ceux d’ex prisonniers qui n’avaient pas pour volonté de changer le monde, qui n’avaient pas de véritable engagement avant les évènements ayant conduits à leur incarcération, ou qui n’avaient pas songé à s’opposer à ce qui se passait sur place.

En 2013, lors d’un colloque à Beyrouth, la question de la méthodologie a été l’objet de mon exposé. Je me suis surtout demandé : comment classer et comment exploiter ce classement ? 

Par ailleurs, j’étais en contact avec certains des témoins, tels que A. Marzouki ou R. Oufkir, et j’ai cherché à exploiter le mieux possible ce qu’il m’ont transmis.  

Dans les faits, comment êtes-vous parvenue à organiser et situer ces témoignages au sein d’une histoire dont la connaissance n’est que partielle et partiale ? 

JFF :

L’approche historique a été fondamentale. J’ai d’abord procédé par recoupements et me suis basée sur de nombreuses sources aussi bien historiques que journalistiques ou littéraires. En outre, mes nombreuses lectures m’ont aidée. 

La méthodologie employée part d’une réflexion sur la méthodologie de l’historien. Cette approche historique a été facilitée par mes études dans cette discipline (licence d’histoire). Par ailleurs, j’ai toujours été fascinée par la rigueur des recherches historiques, des recherches qui se basent sur des sources et qui laissent de côté la reconstruction fictionnelle. 

La plus grosse difficulté que j’ai rencontré résidait donc dans la recherche de sources, ce qui était compliqué au vu de l’histoire officielle, parfois mensongère. J’ai beaucoup eu recours à des ouvrages. En outre, je suis assez familière du Maroc dans la mesure où j’y ai vécu (de 1954 à 1968) et où j’ai gardé des liens avec des personnes résidant là-bas. Mes discussions avec ces personnes et mes voyages au Maroc, par la suite, m’ont permis d’établir une communication directe avec les Marocains. Je souligne, à ce titre, qu’il est très important d’aller sur place pour faire une sorte « d’état des lieux ». 

Pour revenir sur l’aspect méthodologique, je dirais que je considère les domaines que j’explore comme complémentaires (anthropologie, littérature, histoire). J’ai tenté ici de faire une synthèse des différentes sciences humaines que j’avais pu côtoyer pour les mettre au service du corpus. 

Le but était multiple : réfléchir sur la condition humaine, faire connaitre au public qui l’ignore l’histoire d’un pays avec lequel la France entretient un ensemble de relations – mais avec une certaine opacité par rapport à ce qui se passe en réalité sur place. 

En outre, j’ai pour ambition de contribuer à faire de l’archive (« archives de la répression au Maroc »), dans la mesure où on ne trouve pas d’archives officielles du ministère de l’Intérieur (ou des Affaires étrangères) au Maroc ! 

Ces témoignages sont autant d’éléments qui font partie de la construction d’un récit historique qui reste à écrire. J’apporte ainsi ma pierre à l’édifice. 

II) Questions portant sur la forme spécifique du livre : la démarche entreprise pour étudier les textes 

Pourquoi avoir choisi de regrouper tous ces témoignages : cela renvoie-t-il à une volonté totalisante, ou s’agit-il davantage de rendre hommage à toutes les victimes concernées qui se sont exprimées ? 

JFF :

Les deux ne sont pas incompatibles. Dans les faits, j’ai découvert peu à peu de nouveaux ouvrages traitant de l’expérience carcérale en me mettant à lire sur le sujet. Regrouper tous ces témoignages ne partait pas forcément d’une volonté totalisante au début, mais au fur et à mesure du travail, cette dimension est sans doute apparue.  

Pour les témoignages des militaires, celui de Marzouki était le premier connu. Mais l’un a amené l’autre, comme un fil qu’on déroule. J’ai essayé de rassembler tout ce qui était disponible dans le domaine qui m’intéressait. 

Enfin, il y a un véritable devoir de parler de tous ces ouvrages : pourquoi choisir un témoignage d’un membre de la famille Oufkir et pas celui d’un autre ? On n’a pas le droit de faire de choix. Aucune expérience n’est la même et chacun a sa façon de la vivre et d’en parler. Ne pas effectuer de sélection a trait à une certaine honnêteté intellectuelle. 

Pourquoi avoir préféré séparer les témoignages et les organiser de façon chronologique (à l’exception du premier de la dernière partie) plutôt que d’avoir recours à un plan davantage thématique ? En effet, lors de la description de l’expérience à Tazmamart, plusieurs grands thèmes ressortent : la foi et le rapport à la métaphysique, la parole, la fraternité, la dégradation physique… Les deux plans auraient peut-être fonctionné, pourquoi avoir choisi celui-ci ? 

JFF :

Dans le cas d’un ouvrage thématique, le public a déjà en tête des noms d’auteurs, des écrits nombreux et une connaissance du thème traité (c’est le cas lorsqu’on parle des témoignages des victimes d’incarcération nazie par exemple). 

Or, personne ne connait les écrits d’incarcération de Marocains. Selon moi, chaque texte devait avoir sa part. Je n’ai pas choisi de plan thématique pour que chacun de ces textes fasse l’objet d’une entrée propre et spécifique. 

Pourquoi, dans quel but, chercher une forme de littérature chez ces « non-écrivains » ? 

JFF :

Il y a peut-être un « tic » de la part de quelqu’un qui est spécialiste de l’analyse des textes !

Il faut d’abord noter que les messages auctoriaux paratextuels renseignent énormément sur les contenus. J’ai donc prêté beaucoup d’attention au choix des titres, des intertitres et des dédicaces dans la mesure où ils disent des choses sur le projet du texte.

Mais je n’attribue pas de valeur esthétique supérieure à l’un plutôt qu’à l’autre. 

L’exception parmi tous ces témoignages est sans doute celui d’Aziz Binebine, Tazmamort : j’ai personnellement été charmée par la qualité de la rédaction de son texte. Ce témoin a, en l’occurence, mis son expérience de la lecture au service de son écriture. 

Pourquoi tenez-vous à cette expression que vous avez empruntée de « boîte à outils » pour évoquer les moyens de survie des prisonniers ?

JFF :

C’est simple, je crois que cette expression condense ce qu’est l’homme : une main et un cerveau. 

III) Le rapport entre le témoignage et l’histoire

Que pensez-vous de cette réhabilitation assez contemporaine de la littérature dans l’étude historique ? 

JFF :

Les rapports entre littérature et histoire sont historiquement datés, très anciens. Ils ne formaient qu’une seule discipline, les Belles Lettres, jusqu’à la fin du XIXème siècle. Puis les deux disciplines se sont autonomisées. J’ai toujours préféré les études d’histoire : cette discipline permet, il me semble, de mieux comprendre l’humain (mais ma licence d’histoire était d’abord « pour le fun »!). Ce que je crois être le plus important est de partir du concret, une sorte de fouille archéologique, analyser les cendres… Quant à la littérature, elle est une soeur de l’histoire. Il y a toujours un cousinage et c’est bien que les disciplines soient séparées car le type d’approche diffère, mais ceci n’est nullement exclusif. 

Pensez-vous que ces témoignages sont la meilleure façon de s’approcher d’une vérité d’ordre historique ? 

JFF :

Le témoignage devient une source sur laquelle l’historien doit bâtir sa réflexion. 

On note à plusieurs reprises des échos d’un témoignage à l’autre, notamment en ce qui concerne les conditions de détention à Tazmamart : aliments contaminés, omniprésence de la saleté et des excréments dans les cellules, maladies multiples…Ne craignez-vous pas un effet anesthésiant sur le lecteur du fait de l’accumulation des détails sordides présents dans chacun des témoignages ? 

JFF :

C’est justement tout le risque! Ça n’engage que le lecteur. Psychologiquement, on a toujours tendance à essayer de nous mettre à l’abri des représentations effrayantes de ce que l’homme peut faire à l’homme. Il arrive donc que le lecteur ne veuille plus lire. C’est la même chose qu’avec les camps nazis décrits, montrés, aussi bien sur des supports historiques que littéraires : on trouve l’idée suivante « j’ai lu une fois, pourquoi continuer, pourquoi en lire plus ? Ce n’est pas la peine, j’ai ma dose ». 

Je pense que le lecteur est libre de se protéger et de ressentir de la lassitude. Mais ce qui doit être dit doit être dit et chacun de ces témoignages sur Tazmamart revient sur les conditions infamantes. Je ne vois aucune interdiction à y revenir, encore et encore. Je suis consciente des réflexes humains : il y a des choses si insoutenables qu’on ne veut ni ne peut les supporter longtemps. Mais ces gens là, qui racontent, ont vraiment vécu l’horreur, alors à nous de faire l’effort de l’appréhender, de l’approcher par la lecture. C’est important. 

Explicitation du lien avec les témoignages de la Shoah

Ici, vous parlez de « préservation de sentiment de dignité » envers et contre tout, comme résistance ultime à l’inhumanité des bourreaux. A la fin de Si c’est un homme, Primo Levi insiste justement sur le sentiment de n’être plus humain au sein des camps, et même plus : les hommes enfermés, entre eux, ne se reconnaissent plus en tant qu’ils sont des hommes. Puisque vous faîtes l’analogie, pensez-vous qu’il y ait une différence fondamentale entre cet « instinct » de survie chez Primo Levi, et ces « outils » pour survivre que vous mettez en avant tout au long de votre ouvrage ?

JFF :

Primo Levi a aussi utilisé des outils : il a su ménager sa survie au sein du camp grâce à eux. Ce n’est pas parce que des humains ont subi des atteintes effroyables que les capacités de résistance psychique des uns et des autres sont les mêmes. Puisque nous parlons de Primo Levi, notons qu’il s’est suicidé : il ne s’est jamais remis de la culpabilité d’être vivant. C’est un destin tragique, une psychologie extrêmement tourmentée. Survivre n’implique pas vivre bien ensuite. 

Il y a des « recettes » mais ces dernières ne marchent pas souvent. Il suffit de voir le faible nombre de survivants : la plupart sont morts, et parmi les survivants, seule une poignée écrit quelque chose. Cela demande un effort immense. C’est très difficile comme démarche intérieure, mais aussi pour des raisons très pratiques comme trouver un éditeur, trouver des lecteurs. Trouver du soutien et avoir des proches qui soutiennent n’est pas garanti. 

Je ne crois pas qu’il y ait d’opposition entre l’instinct de survie et les « outils » en question : l’instinct de survie, c’est aussi celui qui permet d’inventer des outils nécessaires à la vie. Chacun se débrouille comme il peut, avec les moyens du bord. Il est difficile de reprendre une vie normale après, ce que montre bien le deuxième livre de Malika Oufkir. La perte de repères s’ajoute à la privation d’une structure intérieure, d’une charpente. 

Le monde change beaucoup après ces expériences d’enfermement, et il y a une différence assez importante entre les rescapés de la Shoah et les Marocains dont je parle. Les proches des derniers sont toujours vivants, toujours présents, et après l’exclusion, quand ils rentrent chez eux, les survivants les retrouvent, ils rentrent dans leur village. Quant aux rescapés du génocide, ils ne tombent que sur des ruines. 

En conclusion, les Marocains retrouvent leurs proches, sauf bien sûr tous ceux qui sont morts entretemps sans même avoir su si les disparus étaient encore de ce monde, ni où ils étaient emprisonnés. Les victimes survivantes de la Shoah se retrouvent dans des pays dévastés par la guerre et l’absence de l’immense majorité de leurs proches due au génocide. 

Conférence inaugurale de Valérie Orlando

le 21 octobre, à 18h, au Grand Amphi de l’Université Lumière-Lyon 2

Une américaine à Lyon

Dans le cadre de l’accueil de chercheur.es internationaux/ales et du partenariat avec la Chaire Tocqueville – Fulbright , Mme Valérie Orlando, titulaire de la Chaire Tocqueville – Fulbright (2019-2020) Professeure de littérature française et francophone à l’Université du Maryland (États-Unis), a été accueillie par l’Université Lumière Lyon 2 pour un semestre à partir de septembre 2019.

A propos de L’Autre prophète (Al Mutanabbi) de Mustapha Kharmoudi, Paris : Les Impliqués, 2018

Un « autre » prophète, donc. Un autre homme traversé par le divin et s’exprimant en son nom : Al-Mutanabbi, ainsi est nommé, entre parenthèses, sur la première de couverture, ce nouvel aspirant à la profération d’une parole inspirée par un être suprême.

Note de lecture de Jeanne Fouet-Fauvernier

Un « autre » prophète, donc. Un autre homme traversé par le divin et s’exprimant en son nom : Al-Mutanabbi, ainsi est nommé, entre parenthèses, sur la première de couverture, ce nouvel aspirant à la profération d’une parole inspirée par un être suprême. Ce nom est arabe, et la statue de l’impétrant reproduite sur la couverture est érigée à Bagdad. Le lecteur est donc averti : nous allons lire un « roman historique », genre clairement indiqué sur la couverture, qui concerne un personnage ayant vécu en pays musulman oriental, et dont on pourrait alors penser qu’il a souhaité concurrencer la religion dominante en cet espace géographique lointain.

               Ce n’est pourtant pas tout à fait de cela qu’il s’agit. L’autre prophète, c’est plutôt l’autre poète, dans un monde où devenir guerrier ou poète représente la plus belle des carrières professionnelles, dirions-nous aujourd’hui. C’est ce que souhaitait devenir le petit Ahmed, fils d’un porteur d’eau à Koufa, dans l’Irak du dixième siècle. Le roman de Mustapha Kharmoudi s’occupe à retracer le parcours de ce personnage, de l’enfance à l’âge de jeune adulte. Il s’agit d’un petit garçon pauvre et doué d’une mémoire prodigieuse : lire une fois un texte lui suffit pour en assurer la récitation dans les minutes qui suivent. Recueilli et instruit par un homme intrigué par ces facultés étonnantes, riche amoureux des livres, Ahmed est appelé Abou Tayeb par son protecteur Aboufadl. Il quitte les quartiers misérables de Koufa et s’adonne à la lecture, à l’apprentissage de la langue arabe, à la déclamation poétique. Plus tard, il approfondit ses connaissances dans les domaines de l’étymologie et de la grammaire sous la houlette d’un nouveau mentor, le vieux médecin Al Azhari. Divers voyages le conduisent, de bourgades en oasis à travers le désert, vers Hadjar, célèbre ville qarmate, cette fois sous l’égide du vieux sheik El Mokri qui l’a pris sous son aile et parfait son éducation. L’enfant est devenu un poète célèbre, adulé par les foules, et aimé d’Abou Taher, incarnation guerrière et idéologique de l’opposition qarmate au califat abbasside dévoyé et déclinant.

               Cette biographie romancée puise à de nombreuses sources spécialisées dont le chercheur retrouvera trace sur les sites dédiés à l’histoire politique des trois siècles qui suivent la mort de Mahomet en 632. Toutes les traductions des poèmes cités sont de l’auteur, qui a longuement travaillé sur les chroniques dressées par les contemporains et consulté thèses et ouvrages francophones ou arabophones. C’est que le trajet personnel du petit Ahmed vaut surtout par ce qu’il donne à voir et à comprendre des affrontements violents de l’époque, dans un univers gouverné par la dépendance au désert (le manque d’eau, l’obligation de transporter les marchandises par caravanes dans des contrées redoutables de sécheresse et de risques de pillages meurtriers), et par des factions hostiles qui, toutes, tentent d’asseoir leur pouvoir sur le socle coranique.

La rébellion des qarmates, telle que la fait revivre l’écrivain, et qui accompagne toute la biographie d’Ahmed, se fonde en effet sur une critique radicale des pratiques musulmanes codifiées par les successeurs du prophète Mahomet, grâce à des interprétations contestataires du livre sacré. La ville qarmate de Hadjar, où prennent fin les voyages initiatiques d’Al-Mutanabbi, s’offre à la lecture comme la réalisation d’une nouvelle Utopie. Les femmes y vivent libres et dévoilées ; les mosquées n’y sont plus des espaces sacrés, puisque la foi doit demeurer au cœur de chacun et que les prières collectives ne peuvent donc avoir de sens ; tous les biens de tous les habitants sont mis en commun, dans un communisme primitif qui permet d’alléger les tensions sociales ; tous et toutes enfin doivent participer, chacun.e à sa mesure, à la défense et au rayonnement de la collectivité en lutte contre une autorité centrale idolâtre et rapace. Pour les qarmates, la Kaaba ne mérite pas d’être un lieu de pèlerinage musulman, c’est un morceau de caillou instrumentalisé par d’avides marchands qui en tirent d’énormes profits bâtis sur la superstition et la crédulité populaires…

               A l’inverse, l’apologie de la raison grecque soutenue par le vieux médecin Al Azhari donne beaucoup à rêver. Voilà ce qu’il en dit dans un dialogue avec son apprenti : « Mon enfant, ce sont eux (les Grecs) qui ont le plus fait pour ordonner la pensée humaine, pour lui donner des méthodes, des codes, des idées qu’ils sont allés chercher je ne sais où…Mais aux yeux des religieux aveuglés par le fanatisme, ces hommes-là ne sont rien que de vulgaires polythéistes » (page 330).

Ce long roman d’apprentissage planté en plein désert irakien, au dixième siècle, suggérerait-il au lecteur que le passé méconnu mérite revisitation aujourd’hui ? Le dépaysement géographique et historique n’interdit pas, en effet, des incursions dans le présent : le narrateur, retrouvant la maison du poète à Damas il y a quelques années, nous informe que ce lieu précieux abrite désormais…un bureau de police !

Master class de Kenza Sefrioui (invitée du Département des Lettres de l’Université Lyon 2)

Éditrice, journaliste culturelle indépendante, critique littéraire.

Kenza Sefrioui

Après une thèse de doctorat en littérature comparée à L’université Paris IV-Sorbonne, Kenza Sefrioui s’est lancée dans une carrière de journaliste indépendante au Maroc où elle a collaboré à de nombreux magazines et hebdomadaires. Elle fait partie des acteurs et actrices qui informent le champ culturel marocain notamment depuis qu’elle a cofondé en 2012 , avec Hicham Houdhaïfa, la maison d’édition En toutes Lettres.

Ses ouvrages et ses articles nombreux portent aussi bien sur le métier du livre au Maroc que sur les questions de société et des droits individuels.

Le 1er octobre 2019, elle viendra partager son expérience d’éditrice et de créatrice de collection avec les étudiant.e.s de Lettres appliquées de l’Université Lyon 2.

Bibliographie indicative (en rapport avec la master class)

  • SEFRIOUI, Kenza, La revue Souffles (1966-1973), espoirs de révolution culturelle au Maroc, Casablanca, Éditions du Sirocco, 2013.

L’écriture à contre-silence (s) de Maïssa Bey Conférence de Houda Hamdi

Dans les programmes scolaires, le texte littéraire de Bey n’est pas patrimonialisé. Il est sournoisement détourné et, à nouveau, les ciseaux de la censure ont réussi à réduire les voix du roman au silence.

Le mercredi 25 septembre 2019, de 10h00 à 12h00, à l’Université Lumière Lyon 2.

Compte rendu par Touriya Fili-Tullon

H. Hamdi (éd.), Maïssa Bey: deux décennies de créativité, L’Harmattan, collection « Études littéraires maghrébines », 2019.

Houda Hamdi a d’abord présenté le travail d’écriture de Maïssa Bey en l’inscrivant dans l’histoire de la littérature francophone algérienne, en rappelant les conditions de l’émergence d’une écriture « féminine » en français (même si les Algériennes avaient écrit dans d’autres langues auparavant).

aide-mémoire (mode passe: date de la conférence)

Pendant la discussion des étudiant.e.s avec la conférencière, la question de savoir quelle réception avait été réservée aux ouvrages de Maïssa Bey en Algérie a été posée. Aldjia Debbach (une étudiante en master 2 Recherche à l’Université Lyon 2) fait remarquer que des extraits de Bleu, blanc, vert (Éditions de l’Aube, 2006) avaient été mis au programme à destination des collégien.ne.s en Algérie. Cette inclusion surprenante, quand on connaît la dimension subversive des romans de l’autrice qui portent sur l’Histoire de l’Algérie, pourrait donner à penser… S’agit-il d’une forme d’institutionnalisation des écrits de Maïssa Bey?

A y regarder de plus près, le découpage des extraits destinés au programmes scolaires leur ôte toute dimension subversive en ne maintenant que la « voix de son maître » et en supprimant la voix ironique qui lui sert de pendant critique.

En arrêtant l’extrait de l’incipit de Bleu, Blanc, Vert à la phrase clausulaire: « Notre drapeau est vert et blanc, avec une étoile et un croissant rouges au milieu. », le passage se lit comme une adhésion totale aux valeurs portées par l’hymne national et par le discours d’autorité du maître. Or, une phrase répétée deux fois dans la version originale de ce passage a été supprimée/censurée par les concepteurs du manuel scolaire: « je ne sais pas qui a en a eu l’idée ». Cette phrase porteuse d’une modalisation épistémique forte encadre le discours sur l’hymne national « kassaman », comme on peut le voir dans la reproduction de l’incipit original.

version originale de l’Incipit du roman Bleu, blanc, vert.

Les modalisateurs « Je ne sais plus/je ne sais pas » interrogent l’origine de l’instrumentalisation des mots et des symboles nationalistes et posent la voix singulière du personnage (Ali)et sa subjectivité comme le pendant symétrique (et critique) du discours officiel et de l’autorité du/des maître(s).

Cette dissonance est totalement effacée et produit un contresens total de l’écriture de Maïssa Bey. Toute forme de distance, ironique ou énonciative est gommée, et pour le dire clairement, censurée. Ce que l’on enseigne aux jeunes collégien.ne.s, c’est l’obéissance et non pas le questionnement. Dans les programmes scolaires, le texte littéraire de Bey n’est pas patrimonialisé. Il est sournoisement détourné et, à nouveau, les ciseaux de la censure ont réussi à réduire les voix du roman au silence.

La conférencière: Houda Hamdi.

Houda HAMDI est maîtresse de conférences à l’Université 8 Mai 1945 Guelma, Algérie. Elle s’intéresse, entre autres, à la littérature  algérienne, notamment en rapport avec les études de genre et aux théories postcoloniales. Dans ce cadre, elle a participé à de nombreuses conférences et a publié plusieurs articles. Elle a récemment été Fulbright Visiting Scholar à l’American University, Washington DC. Elle a dirigé un ouvrage collectif: Maïssa Bey: deux décennies de créativité, Paris, l’Harmattan, 2019.

Recension

Écritures de la survie en milieu carcéral.

Auteur de la recension: Abdellatif Chaouite

Résultat de recherche d'images pour "jeanne fouet fauvernier écriture carcérale"

Jeanne Fouet-Fauvernier, Écritures de la survie en milieu carcéral. Autobiographies de prisonniers marocains des années de plomb, Paris, L’Harmattan, 2019.

Les « années de plomb » au Maroc sont les années où s’est verrouillé le sort du Maroc, entre les luttes des forces post-indépendance et l’accaparement du pouvoir par un régime autocratique (grosso-modo entre les « événements » de 1965 et l’« ouverture » avec la désignation d’un premier ministre socialiste (Abderrahman El Youssoufi) dans le gouvernement d’alternance de 1998. Durant cette période, au Maroc comme ailleurs, l’insupportable fut à l’agenda de plusieurs « politiques » : répression féroce des opposants et des putschistes, des bannis, règlements de comptes sauvages entre les plus proches du régime de l’époque, glaciation totale de la société. Une abondante littérature (témoignages, autobiographies), dite carcérale, a été produite suite au desserrement dans les années 90.

Jeanne Fouet-Fauvernier, spécialiste de l’œuvre de Driss Chraïbi (elle a publié deux ouvrages sur cet écrivain majeur du Maroc)) est l’ancienne présidente de la Coordination Internationale des Chercheurs sur les Littératures Maghrébines. Également très proche du Maroc par son vécu, elle a revisité cette littérature comme Écritures de la survie. Une littérature aussi « insupportable » à lire que les épreuves dont elle témoigne : littérature des limites que la résistance humaine peut atteindre face à une violence radicale et à la programmation d’un mourir à petit feu. La plupart des victimes y ont perdu la vie, d’épuisement, de maladie ou de folie. Celles qui ont eu la chance de survivre le doivent à la mobilisation de « boîtes à outils » : ingéniosité et imagination, recours au surnaturel, soutiens divers et variés, etc…

L’auteur a abordé ces Écritures de la survie aussi bien du point de vue de leur contenu que de celui de leur composition (éléments paratextuels, organisation du récit, genre littéraire mobilisé…) ce qui donne au livre une rigueur  anthropologique qui va au-delà d’une simple indignation devant l’horreur.

L’auteur a abordé ces Écritures de la survie aussi bien du point de vue de leur contenu que de celui de leur composition (éléments paratextuels, organisation du récit, genre littéraire mobilisé…) ce qui donne au livre une rigueur  anthropologique qui va au-delà d’une simple indignation devant l’horreur.

Un livre à lire pour non seulement en finir et en connaissance de cause avec les « années de plomb », mais « pour que de telles abjections soient fermement dénoncées et éradiquées. Non pas par la haine, mais par le rejet absolu de pratiques politiques qui défigurent l’histoire humaine. »

Abdellatif Chaouite est anthropologue et rédacteur en chef de la revue Écarts d’identité

Un musée pour des harkis

La Maison d’Histoire et de Mémoires d’Ongles : La Mhemo

J’ai découvert ce musée, par hasard, pendant des vacances en Provence. Ongles est un petit village très agréable, pas loin de Saint-Etienne Les Orgues, autre village tout aussi charmant.

La Mhemo consacre une exposition de photos, de films et d’archives à l’arrivée, en 1962, d’une vingtaine de familles (133 personnes) d’Algérie.

C’est à l’initiative du lieutenant Yves Durand qui, ne pouvant se résoudre à abandonner ceux qui avaient combattu à ses côtés et sous ses ordres, décide de les conduire en France, dans ce petit villages d’Ongles.

L’histoire de ce lieutenant qui dut démissionner de l’armée pour pouvoir emmener son groupe est digne d’un roman que le personnel du musée et le site qui lui est dédié racontent de manière sobre et précise, et dont la romancière Alice Zeniter propose une magnifique saga familiale dans L’art de perdre (Flammarion, 2017).

Un siècle de littérature en Tunisie.

Une histoire littéraire inclusive qui propose un large panorama des expressions tunisiennes.

KASSAB-CHARFI Samia et KHEDHER Adel, Un siècle de littérature en Tunisie. 1900-2017, Paris, Honoré Champion, Collection Poétiques et esthétiques XXe-XXIe siècles, 2019, 548 p.

Il existe de nombreuses anthologies visant les littératures francophones ; la diversité de ces dernières n’est pas seule en cause dans cette profusion de panoramas généralistes qui s’efforcent de montrer la richesse, la vitalité et la variété des francophonies du nord et du sud. Mais très peu d’anthologies ou d’histoires littéraires se sont intéressées à cette variabilité au sein d’un même pays, et encore plus rares sont les manuels qui ont tenté d’inscrire la francophonie dans un espace littéraire à la fois plurilingue et évolutif. C’est là le défi relevé par Samia Kassab-Charfi et Adel Khedher qui, en publiant aux éditions Honoré Champion Un siècle de littérature en Tunisie 1900-2017, proposent un panorama de la littérature tunisienne du début du XXe siècle jusqu’à aujourd’hui ; et l’on serait tenté de mettre « littérature » au pluriel, à considérer la diversité des critère linguistiques et communautaires que les auteurs ont pris le parti de faire jouer.

Le volume se présente comme un manuel d’histoire littéraire divisé en dix chapitres, en plus d’une anthologie sélective de textes littéraires francophones et arabophones (ces derniers en traduction française), le tout encadré d’un prologue et d’un épilogue. On a affaire non pas à une simple anthologie accompagnée de notices, mais à un ouvrage qui se sert des extraits littéraires en appoint, pour illustrer l’argument qui soutient ce projet : la richesse de la littérature tunisienne, la profondeur de son histoire et sa contribution à la littérature mondiale. Le choix d’une classification par genre littéraire et ordre chronologique ne s’interdit pas des incursions transgénériques et la littérature est elle-même considérée dans un sens extensif, allant jusqu’à prendre en considération, notamment dans la partie historique, des écrits exégétiques ou tout autre écrit de non-fiction. La démarche intégratrice est justifiée par une méthodologie qui se revendique comme une forme d’« archéologie » du savoir.

Une entreprise de mise en valeur

L’ouvrage ne cache pas sa vocation de légitimation. Dès la quatrième de couverture, le projet est présenté comme venant réparer un manque en rendant la créativité littéraire tunisienne à une visibilité monopolisée par d’autres littératures du Maghreb. Il est vrai qu’à part le Dictionnaire de littératures de langue arabe et maghrébine francophone, de Jamel Eddine Bencheikh1, aucun ouvrage d’histoire littéraire n’a détaillé les productions tunisiennes, hormis les ouvrages de Jean Fontaine2 à qui les auteurs reconnaissent leur dette, mais publiés en Tunisie, ces travaux restent peu accessibles en France3 . Cependant, l’intérêt de l’anthologie et de l’histoire littéraire ne s’arrête pas à leur entreprise de légitimation. Elles constituent aussi un outil de réflexion et cet ouvrage est désormais en soi une composante importante du champ littéraire. Il pourrait servir de manuel de base pour de nouveaux comparatismes en faveur desquels Samia Kassab-Charfi a déjà tracé des pistes inédites quand elle a publié Mémoires et imaginaires du Maghreb et de la Caraïbe en collaboration avec Mohamed Bahi4.


Bien que l’accent soit mis sur les littératures tunisiennes de langue arabe et de langue française, domaines de spécialité respectifs de Adel Khedher et de Samia Kassab-Charfi, les auteurs ne manquent pas de souligner que le bilinguisme, voire le plurilinguisme, n’a pas attendu la période coloniale. La littérature arabophone remonte au VIIe siècle, avec l’arrivée des conquérants arabes dans la région. Elle est plus importante que la littérature en langue française – qui suit l’implantation du Protectorat en 1881 – et paraît depuis longtemps patrimonialisée, c’est-à-dire considérée comme légitime pour des raisons à la fois idéologiques et symboliques. Toutefois, désormais arabophones et francophones travaillent ensemble et la traduction symétrique joue un rôle primordial dans les circulations entre les deux champs littéraires et linguistiques, au point que certains écrivains écrivent dans les deux langues, comme Tahar Bekri ou, avant lui, Salah Guermadi. Les auteurs de cet ouvrage eux-mêmes participent de cette circulation puisqu’ils ont traduit en français bon nombre des extraits de l’anthologie proposée.

Un manifeste éthique, esthétique et politique

Dans ce manuel l’objectivité de l’archéologue, recherchée par les auteurs à travers l’histoire littéraire, semble le disputer à la posture d’autorité qui transparaît derrière l’anthologie (forcément) sélective. L’ouvrage, est comme toute publication de ce genre, porteur d’une certaine idée de la littérature, même si les auteurs « […] ne prétend[ent] évidemment pas épuiser la problématique et les questionnements très féconds entourant cette forme de publication ». Malgré cette discrétion sur les divers enjeux d’une telle publication, ils ne manquent pas d’assumer une démarche « intégratrice » qui revendique une idée d’une Tunisie riche de sa diversité : « L’éthique qui a régi la composition de cet ouvrage, où se trouvent rassemblés auteurs de langue arabe, écrivains francophones, juifs tunisiens, Maltais fils d’émigrants, Sardes et Italiens de Tunisie, a été celle d’une attention de nature “écologique” portée aux littératures qui ont pris naissance en terre tunisienne, que ce soit dans l’enracinement ou dans la distance géographique5. »


Les métaphores liées à la terre (archéologie, écologie et géologie) marquent une volonté de spatialiser l’idée de littérature pour « offrir un éventail » large et informer sur des « strates multiples ». D’où cette volonté affichée – et qui peut sembler paradoxale – de proposer des traces traitées « sans parti pris » et sans chercher à constituer une « histoire nationale », tout en s’efforçant de rendre visible la littérature tunisienne. Comme si l’élan de patrimonialisation entrait en tension avec la volonté d’affranchir la littérature de tout ancrage national et historiciste.

De fait, le panorama proposé s’avère respectueux de la complexité du paysage linguistique et culturel. Le chapitre premier, qui s’attèle à une contextualisation historique survolant vingt-quatre siècles d’écriture, du Ve siècle avant notre ère jusqu’à aujourd’hui, est justement l’occasion de rappeler que la littérature tunisienne (c’est aussi le cas des autres littératures du Maghreb) n’a pas toujours été dans cette concurrence bilingue de l’arabe et du français, mais qu’elle a été d’abord libyque, punique, berbère, latine, grecque. Ce n’est que depuis le xixe siècle que l’arabe littéral (la fuṣḥā) est devenu l’étalon des expressions littéraires au détriment des « dialectes ». Encore que le théâtre tunisien, contrairement aux autres genres (nouvelle, roman, essai, poésie) ne connaisse pas ce dédoublement arabophone / francophone et soit majoritairement produit en dialecte tunisien. On peut apprécier à ce propos trois extraits (trop peu nombreux !) traduits en français (dont un par les auteurs [Klem ellil de Tawfik Jbali]).

En plus des 500 pages d’analyses et de présentation d’extraits ; cet ouvrage comporte un index nominum et un index rerum portant sur les lieux cités et justifiant a posteriori l’idée d’une littérature transnationale et néanmoins ancrée en Tunisie.

Ce livre important, appelé à faire référence, est en outre doté d’une bibliographie d’ensemble qui, même « sélective », montre un souci de la précision qui frôle parfois l’érudition. Il reste toutefois accessible à un public curieux de découvrir des pans cachés des expressions littéraires tunisiennes. On souhaiterait des introductions similaires aux littératures algériennes et marocaines, bien que les dictionnaires de Salim Jay (Dictionnaire des écrivains marocains, et Dictionnaire des romanciers algériens)6 permettent de se faire une première idée de la consistance et de la réception critique de ces littératures, ce qui est en soi précieux ; mais ces deux ouvrages ne relèvent pas de la même démarche « archéologique » ou « écologique » revendiquée par S. Kassab-Charfi et A. Khedher.


  1. Bencheikh, Jamel Eddine, Dictionnaire de littératures de langue arabe et maghrébine francophone, Paris, PUF, 1994 ; rééd. : 2000. []
  2. Voir par exemple: Fontaine, Jean, Histoire de la littérature tunisienne, Tunis, Cérès Productions, 1994. []
  3. À l’exception de La Littérature tunisienne contemporaine, qui a été publié à Paris aux éditions CNRS, en 1991. []
  4. Paris, Champion, 2005. []
  5. Voir le « Prologue » de l’ouvrage. []
  6. Jay, Salim, Dictionnaire des écrivains marocains, Paris / Casablanca, Paris-Méditerranée/Eddif, 2005, et Dictionnaire des romanciers algériens, Paris, Serge Safran éditeur, 2018. []

Pour une traduction féministe et solidaire. Projet collaboratif : création-recherche-action.

Travail en cours

La métaphore n’est pas vive seulement en ce qu’elle vivifie un langage constitué. La métaphore est vive en ce qu’elle inscrit l’élan de l’imagination dans un « penser plus » sous la conduite du « principe vivifiant » qui est l’âme de l’interprétation [1]


Nous[1] proposons un retour réflexif sur un projet de traduction féministe et postcoloniale du texte Enjamber la flaque où se reflète l’enfer, de Souad Labbize traduit par Roula Sadaki sous le titre تخطي البركة حيث ينعكس الجحيم  [taxattî al birka haythou yanâkisou al jahim], dans la collection La Petite iXe, aux éd. iXe dirigées par Oristelle Bonis et paru en mars 2019.

Traduire un texte qui évoque le viol n’est pas un geste anodin. Traduire ce même texte, écrit en français dans un contexte diasporique en rejouant la scénographie des dominations et des résistances peut s’avérer encore plus improbable dans le passage du français à l’arabe.

Couverture en arabe

Nous souhaitons rendre compte de l’expérience de la lecture du récit de Souad Labbize, et du travail traductif et éditorial qui s’en est suivi. Il s’agit en effet d’une expérience singulière où la traduction féministe se double d’une solidarité autour de la transmission envisagée comme outil d’empowerment : solidarité féministe transnationale (une autrice de la diaspora maghrébine vivant en France et une éditrice française) et trans-générationnelle (jeune traductrice et relectrices). L’article présentera les dimensions traductologiques et éthiques de cette collaboration en prenant en charge les différents points de vues et en analysant cette convergence des solidarités.

Traduction et déplacement ont la même racine dans la langue arabe classique: naql. C’est pourquoi la traduction sera envisagée dans sa capacité à déplacer les enjeux poétologiques et politiques. En outre, le geste éditorial militant de iXe conçoit la publication bilingue comme une manière de promouvoir la traduction qui ne peut plus être laissée à son invisibilité traditionnelle. Il s’agit bien ici de trans-énoncer le dire traumatique du viol, sujet principal de ce récit de Labbize. Sur le plan poétique, c’est la métaphore et les intertextes, autres figures du déplacement, dont il s’agira de penser la traduction en veillant à garder le pouvoir d’évocation tissé par les co-textes. Maintenir cette échoïcité est une manière de ne pas taire la complexité postcoloniale (H. Bhabha).

En examinant, en traduisant et en valorisant ces voix féministes postcoloniales en arabe, nous voulons aider à leur circulation interculturelle et montrer comment elles se sont prêtées à l’élaboration de théories portant sur les possibilités d’émancipation du sujet à la fois féminin et (post)colonial hors du cloisonnement où les avaient maintenues les discours patriarcal et colonialiste. C’est pourquoi, l’article de présentation sera également traduit en arabe. Peu de critiques (notamment au Maghreb) se sont penchées sur les relations entre théories postcoloniales et traduction féministe.

Notre étude s’orientera selon deux grands axes d’analyse : premièrement, nous explorerons les stratégies de traduction liées au contexte diglossique (langue arabe patrimoniale/ dialectes arabes confinés à la sphère orale), deuxièmement, nous nous attacherons à présenter les soubassements épistémologiques et politiques d’une telle entreprise qui déplace et élargit l’espace littéraire.

Bibliographie sélective

  • Des Rochers Arianne, Les stratégies de résistance féministe, lost in translation : comment la prose d’Ena Lucía Portela met les éthiques de la traduction à l’épreuve, Ottawa, École de traduction et d’interprétation de l’université d’Ottawa, 2015, 145 p.
  • Godard Barbara, « Theorizing feminist discourse/translation », in BASSNETT, Susan and André LEFEVERE, (eds.), Translation, History and Culture, London/New York, Pinter, 1990
  • Malena Anne et Tarif Julie, « La traduction féministe au Canada et les théories postcoloniales : une influence réciproque ? », Diacronia.ro, 2015
  • Oster Corinne, «La traduction est-elle une femme comme les autres ? – ou à quoi servent les études de genre en traduction ?», La main de Thôt [En ligne], n° 1 – Genre et traduction, Genre et traduction, mis à jour le : 09/01/2018, URL : http://revues.univ-tlse2.fr/lamaindethot/index.php?id=127.
  • Venuti Lawrence, The Translator’s Invisibility. A History of Translation, London/New York, Routledge, 1995.

[1] Ce nous implique l’ensemble des collaboratrices dans ce projet de création-recherche-action. 

[1] Paul Ricoeur, la métaphore vive, 1975, page 384

CICLIM

La CICLIM

Ce carnet rend compte des activités de recherche de la CICLIM (coordination internationale des chercheur·e·s sur les littératures maghrébines). La CICLIM est une société savante dont l’objectif est d’assurer la coordination des travaux des chercheurs et des chercheuses sur les littératures francophones du Maghreb et les expressions voisines, d’aider à leur réalisation comme à leur diffusion. Elle constitue ainsi un observatoire privilégié des champs littéraire et artistique maghrébins au sein de l’espace méditerranéen.
La CICLIM publie, depuis plus de quinze ans, une revue semestrielle, Expressions maghrébines, et elle est partie prenante de l’organisation de colloques, de journées d’études, et apporte sa contribution à l’animation de différents programmes de recherches.