Rencontre avec Gaëtan Viaris, photographe et poète.

Autour de ses “Fragments nomades” et de son projet photographique à partir du film “143 rue du Désert” (de Hassen Farhani)

Gaëtan VIARIS est artiste photographe et membre de la Cicilm, nous l’avions rencontré au Salon de la Revue, à Paris, en octobre 2019, où il nous avait présenté son album photolittéraire “Fragments nomades”(2005-2009) en maquette papier constituée d’un ensemble de dix-neuf textes traduits en arabe littéral (fusha)et accompagnés de photographies prises lors de ses séjours dans les déserts d’Algérie, du Mali et de Sinaï .

Dans la cadre des ses études sur l’image (résidences de création et installations artistiques) Gaëtan Viaris s’est intéressé à la représentation photographique en noir et blanc en dialogue avec des œuvres des XVIe et XIXe siècles dont il propose une réinterprétation visuelle sur un “triptyque”. Avec son appareil argentique, il fait redécouvrir au public l’œuvre travaillée autrement.

À la suite de deux heures de visioconférence, Gaëtan nous a entretenu essentiellement de son inédit : Fragments  nomades, écrit en français et traduit en arabe par Abdecelem Ikhlef (Université Mentouri de Constantine). Les poèmes transposent la tradition du haïku à une expérience physique et sensuelle du désert exprimée en deux langues française et arabe.

Une lecture croisée de quelques fragments a permis de porter l’attention sur la sonorité de la graphie dans “Pierres” et “Marche”. L’esthétique de la graphie s’avère mouvante, résonnante, et répétitive. Elle suscite l’ouïe et l’œil du lecteur. trcie-regardeur.euse) comme dans un tableau d’art, en rapport à la technique que l’artiste applique en photographie sur le poème (le procédé argentique et la forme tryptique).

Après cette mise en bouche des poèmes, le problème de la traduction des métaphores dans la langue arabe littéraire dans les deux fragments a été abordé, notamment pour souligner l’importance du geste traductif en langue arabe et de la collaboration avec Abdecelem Ikhlef.

Pierres (fragment choisi)
Pierresen arabe, traduction Abdeclem Ikhlef 

Pierres pierreuses et montagnes pierreuses

sentiers périlleux et torrents pierreux

murs de pierres  et champs de pierres et tombeaux de pierres

sarcophages de pierres

tablettes de pierres

pierres millénaires

pierres vénérables

pierres vulnérables

pierres sonores

labyrinthes de pierres

sentinelles de pierres

pierres levées ou orthostates

devant toi<des pierres

derrière toi<des pierres

sous tes pas encore

d’autres pierres

pierres anonymes

pierres brûlantes du midi

pierres glacées de la nuit

pierres grisâtres ou pierres jaunâtres

pierres précipitées

pierres brisées

qui se dérobent sous toi

dans un entrechoquement pierreux

déséquilibrant ta marche à chaque pas

pierres pointues  râpeuses et raboteuses

qui deviennent autant d’arêtes coupantes

de poignards aiguisés

elles usent tes bottes tes brodequins et tes naïls jusqu’à l’usure

Fatale !

Visuel  extrait du film « 143 rue du désert » de Hassen Ferhani   photographié selon ma méthode habituelle à partir de la bande annonce  du film présenté en triptyque  que l’artiste-photographe associé  visuellement avec le texte ‘tempêtes’ extrait  de l’album ‘fragments nomades ».
Visuel en noir et blanc pour accentuer  l’impression de tempête en écho à son texte  “tempête” présenté ici en français et en arabe.

Gaëtan Viaris a évoqué, lors de cet entretien, l’intérêt qu’il porte au cinéma dans le cadre de ses recherches esthétiques, d’où son projet sur l’un des films du cinéaste Hassen Ferhani, 143 rue du désert, (sorti en salle en 2019).

Le cadre que l’artiste propose de ce désert qu’il nous donne à regarder et à écouter est un triptyque (cliché répétitif présentant le même angle de la photographie travaillé sur un extrait de la bande annonce du film avec trois points de vue différents), argentique (en noir et blanc) et asymétrique faisant écho à “tempêtes”, présenté ci-dessus de manière graphique en trois tableaux, nous conviant ainsi à une expérience sensorielle bouleversante et dynamique du monde encore infranchi dont on ne connaît que quelques fragments mouvants.

L’artiste a nombre de publications  sur le cinéma d’Alfred Hitchcock (études publiées dans la revue TK-21), ainsi que des travaux et collections  photographiques (personnels et collectifs sur divers sujets) exposés dans des lieux publics et des musées algériens, américains et européens dont Anamorphose d’un regard ( Centre culturel d’Alger,2008), Villes et valises (Université Mendès de Strasbourg, 2000), Entre-actes (Ecole des beaux-arts de Châtellerault, 1997), L’angle donne corps (Médiathèque André Malraux Tourcoing, 1997), Saisie du corps, saisie du geste (Galerie de l’ISEA Paris, 1993), La peinture française dans les musées américains (Centre culturel de l’Ambassade de France, 1990).

Nadjat Laïb

L’entretien avec G. Viaris a été réalisé durant ma résidence doctorale au Laboratoire Legs-Université Paris 8 (dans le Bâtiment de Recherche au Campus Condorcet) dans le cadre de ma recherche sur la pratique de l’espace chez Tahar Djaout depuis sa poésie. Mes travaux s’inscrivent dans le champ des études de l’espace alliant à la perspective géopoétique, l’analyse culturelle et géopolitique (des constellations) et de la figure de genre chez Sarah Haider (dans la littérature algérienne de l’extrême contemporain). Nous nous étions revu.e.s, avec G. Viaris, lors du MODEL ( Maghreb orient des livres) de Paris en février 2020) puis en visioconférence le 3 Juillet 2020 à l’issue du cycle de rencontres organisées par la CICLIM et Coup de soleil.