Master class de Kenza Sefrioui (invitée du Département des Lettres de l’Université Lyon 2)

Éditrice, journaliste culturelle indépendante, critique littéraire.

Kenza Sefrioui

Après une thèse de doctorat en littérature comparée à L’université Paris IV-Sorbonne, Kenza Sefrioui s’est lancée dans une carrière de journaliste indépendante au Maroc où elle a collaboré à de nombreux magazines et hebdomadaires. Elle fait partie des acteurs et actrices qui informent le champ culturel marocain notamment depuis qu’elle a cofondé en 2012 , avec Hicham Houdhaïfa, la maison d’édition En toutes Lettres.

Ses ouvrages et ses articles nombreux portent aussi bien sur le métier du livre au Maroc que sur les questions de société et des droits individuels.

Le 1er octobre 2019, elle viendra partager son expérience d’éditrice et de créatrice de collection avec les étudiant.e.s de Lettres appliquées de l’Université Lyon 2.

Bibliographie indicative (en rapport avec la master class)

  • SEFRIOUI, Kenza, La revue Souffles (1966-1973), espoirs de révolution culturelle au Maroc, Casablanca, Éditions du Sirocco, 2013.

L’écriture à contre-silence (s) de Maïssa Bey Conférence de Houda Hamdi

Dans les programmes scolaires, le texte littéraire de Bey n’est pas patrimonialisé. Il est sournoisement détourné et, à nouveau, les ciseaux de la censure ont réussi à réduire les voix du roman au silence.

Le mercredi 25 septembre 2019, de 10h00 à 12h00, à l’Université Lumière Lyon 2.

Compte rendu par Touriya Fili-Tullon

H. Hamdi (éd.), Maïssa Bey: deux décennies de créativité, L’Harmattan, collection « Études littéraires maghrébines », 2019.

Houda Hamdi a d’abord présenté le travail d’écriture de Maïssa Bey en l’inscrivant dans l’histoire de la littérature francophone algérienne, en rappelant les conditions de l’émergence d’une écriture « féminine » en français (même si les Algériennes avaient écrit dans d’autres langues auparavant).

aide-mémoire (mode passe: date de la conférence)

Pendant la discussion des étudiant.e.s avec la conférencière, la question de savoir quelle réception avait été réservée aux ouvrages de Maïssa Bey en Algérie a été posée. Aldjia Debbach (une étudiante en master 2 Recherche à l’Université Lyon 2) fait remarquer que des extraits de Bleu, blanc, vert (Éditions de l’Aube, 2006) avaient été mis au programme à destination des collégien.ne.s en Algérie. Cette inclusion surprenante, quand on connaît la dimension subversive des romans de l’autrice qui portent sur l’Histoire de l’Algérie, pourrait donner à penser… S’agit-il d’une forme d’institutionnalisation des écrits de Maïssa Bey?

A y regarder de plus près, le découpage des extraits destinés au programmes scolaires leur ôte toute dimension subversive en ne maintenant que la « voix de son maître » et en supprimant la voix ironique qui lui sert de pendant critique.

En arrêtant l’extrait de l’incipit de Bleu, Blanc, Vert à la phrase clausulaire: « Notre drapeau est vert et blanc, avec une étoile et un croissant rouges au milieu. », le passage se lit comme une adhésion totale aux valeurs portées par l’hymne national et par le discours d’autorité du maître. Or, une phrase répétée deux fois dans la version originale de ce passage a été supprimée/censurée par les concepteurs du manuel scolaire: « je ne sais pas qui a en a eu l’idée ». Cette phrase porteuse d’une modalisation épistémique forte encadre le discours sur l’hymne national « kassaman », comme on peut le voir dans la reproduction de l’incipit original.

version originale de l’Incipit du roman Bleu, blanc, vert.

Les modalisateurs « Je ne sais plus/je ne sais pas » interrogent l’origine de l’instrumentalisation des mots et des symboles nationalistes et posent la voix singulière du personnage (Ali)et sa subjectivité comme le pendant symétrique (et critique) du discours officiel et de l’autorité du/des maître(s).

Cette dissonance est totalement effacée et produit un contresens total de l’écriture de Maïssa Bey. Toute forme de distance, ironique ou énonciative est gommée, et pour le dire clairement, censurée. Ce que l’on enseigne aux jeunes collégien.ne.s, c’est l’obéissance et non pas le questionnement. Dans les programmes scolaires, le texte littéraire de Bey n’est pas patrimonialisé. Il est sournoisement détourné et, à nouveau, les ciseaux de la censure ont réussi à réduire les voix du roman au silence.

La conférencière: Houda Hamdi.

Houda HAMDI est maîtresse de conférences à l’Université 8 Mai 1945 Guelma, Algérie. Elle s’intéresse, entre autres, à la littérature  algérienne, notamment en rapport avec les études de genre et aux théories postcoloniales. Dans ce cadre, elle a participé à de nombreuses conférences et a publié plusieurs articles. Elle a récemment été Fulbright Visiting Scholar à l’American University, Washington DC. Elle a dirigé un ouvrage collectif: Maïssa Bey: deux décennies de créativité, Paris, l’Harmattan, 2019.

Recension

Écritures de la survie en milieu carcéral.

Auteur de la recension: Abdellatif Chaouite

Résultat de recherche d'images pour "jeanne fouet fauvernier écriture carcérale"

Jeanne Fouet-Fauvernier, Écritures de la survie en milieu carcéral. Autobiographies de prisonniers marocains des années de plomb, Paris, L’Harmattan, 2019.

Les « années de plomb » au Maroc sont les années où s’est verrouillé le sort du Maroc, entre les luttes des forces post-indépendance et l’accaparement du pouvoir par un régime autocratique (grosso-modo entre les « événements » de 1965 et l’« ouverture » avec la désignation d’un premier ministre socialiste (Abderrahman El Youssoufi) dans le gouvernement d’alternance de 1998. Durant cette période, au Maroc comme ailleurs, l’insupportable fut à l’agenda de plusieurs « politiques » : répression féroce des opposants et des putschistes, des bannis, règlements de comptes sauvages entre les plus proches du régime de l’époque, glaciation totale de la société. Une abondante littérature (témoignages, autobiographies), dite carcérale, a été produite suite au desserrement dans les années 90.

Jeanne Fouet-Fauvernier, spécialiste de l’œuvre de Driss Chraïbi (elle a publié deux ouvrages sur cet écrivain majeur du Maroc)) est l’ancienne présidente de la Coordination Internationale des Chercheurs sur les Littératures Maghrébines. Également très proche du Maroc par son vécu, elle a revisité cette littérature comme Écritures de la survie. Une littérature aussi « insupportable » à lire que les épreuves dont elle témoigne : littérature des limites que la résistance humaine peut atteindre face à une violence radicale et à la programmation d’un mourir à petit feu. La plupart des victimes y ont perdu la vie, d’épuisement, de maladie ou de folie. Celles qui ont eu la chance de survivre le doivent à la mobilisation de « boîtes à outils » : ingéniosité et imagination, recours au surnaturel, soutiens divers et variés, etc…

L’auteur a abordé ces Écritures de la survie aussi bien du point de vue de leur contenu que de celui de leur composition (éléments paratextuels, organisation du récit, genre littéraire mobilisé…) ce qui donne au livre une rigueur  anthropologique qui va au-delà d’une simple indignation devant l’horreur.

L’auteur a abordé ces Écritures de la survie aussi bien du point de vue de leur contenu que de celui de leur composition (éléments paratextuels, organisation du récit, genre littéraire mobilisé…) ce qui donne au livre une rigueur  anthropologique qui va au-delà d’une simple indignation devant l’horreur.

Un livre à lire pour non seulement en finir et en connaissance de cause avec les « années de plomb », mais « pour que de telles abjections soient fermement dénoncées et éradiquées. Non pas par la haine, mais par le rejet absolu de pratiques politiques qui défigurent l’histoire humaine. »

Abdellatif Chaouite est anthropologue et rédacteur en chef de la revue Écarts d’identité