COMPTE RENDU DU SALON DU LIVRE DU MAGHREB ORIENT

De Jacopo Caccin et Elena Donati

La collaboration entre l’association Coup de Soleil, dirigée par Georges Morin, et iReMMO (Institut de Recherche sur la Méditerranée et le Moyen-Orient), dont le président est Jean-Paul Chagnollaud, donne naissance au Maghreb Orient des Livres, qui, depuis trois ans, accueille et promeut la production artistique du Maghreb et du Moyen Orient.
Le but ultime de ce binôme ne se limite pas à la diffusion des littératures de ces régions ; il jette aussi un éclairage critique sur leur histoire contemporaine.
Cette année, la manifestation a eu lieu de vendredi 7 à dimanche 9 février, à l’Hôtel de Ville de Paris, et a compté la présence d’environ 150 auteur.e.s participant aux débats, aux présentations des livres, aux dédicaces et aux entretiens. En outre, un vaste public et un grand nombre de médias concernés, tels que Télérama, France 24, l’Institut Français, Beur FM ont activement pris part à la couverture de l’événement. 

Immagine che contiene interni, armadietto, frigorifero

Descrizione generata automaticamente

Le site de la mairie a été organisé de façon à permettre le déroulement de plusieurs activités simultanées et à les maintenir bien distinctes logistiquement : au premier étage, deux salles principales, l’une accueillant la section librairie, dédicaces et entretiens, et l’autre rassemblant l’espace des médias, la librairie arabophone et la librairie Jeunesse, ainsi qu’un salon de restauration. En descendant au sous-sol, on accédait à l’auditorium et à la Salle Lacoste où se tenaient les tables rondes, les rencontres et les projections des films. Le programme de la manifestation, bien structuré et organisé, offrait aux visiteurs une grande variété de conférences. Chaque journée tournait autour d’une ou deux thématiques : la première était consacrée aux rapports entre les pays du Maghreb et du Moyen Orient avec la France et à la question de la langue arabe, tandis que la deuxième et la troisième abordaient des thématiques plus transversales.

 En effet, même s’il s’agit d’une manifestation dont la nature est fortement littéraire, l’attention aux enjeux socio-politiques est bien soutenue, aussi bien dans le choix des conférences que dans celui concernant les narrations et les voix auxquelles donner de l’espace. Cette inclination a été un véritable catalyseur de l’intérêt public, comme nous l’a montré, par exemple, l’incroyable participation à « Vents de révolte : Algérie, Liban, Irak » présidée par le journaliste algérien Mustapha Benfodil, la journaliste et écrivaine libanaise Joumana Haddad et Charles Thepaut, diplomate français expert de l’Irak. Lors d’une table ronde, les trois ont discuté des différentes formes de mobilisations populaires nées dans ces pays à la suite d’une insatisfaction générale porteuse de la volonté de construire des nations plus égalitaires.

Immagine che contiene parete, persona, sedendo, pavimento

Descrizione generata automaticamente

« Ces représentations constituent un portrait qui permet de développer et d’approfondir la connaissance des situations qui touchent des communautés perçues comme distantes, mais qui en fait sont toujours en communion avec nous, immigrés de deuxième et troisième génération. A l’aube du 2020, une multitude de pays est loin de se voir libre : en parler signifie ne pas en oublier l’existence » commente Fatima, une parmi les nombreux visiteurs qui chaque année prennent part à la manifestation.

Le public, également, se compose de personnes provenant du monde entier. Un coup d’œil suffit pour y reconnaitre le trait fondamental de la manifestation : il s’agit d’un vrai carrefour, d’un espace libre et ouvert où la pluralité stimule et enrichit la confrontation entre les experts et les visiteurs qui, de leur côté, ont la possibilité de participer aux débats finaux et de vivre ainsi une expérience édifiante.

Les raisons qui les y amènent ainsi que les parcours sont très variés. De son coté, Louise, qui travaille à l’Institut de langue arabe nous confie : « Je participe de manière particulièrement active aux débats, mais la raison principale qui m’attire est la possibilité d’écouter les entretiens des auteur.e.s, de connaitre de près les processus d’écriture, de découvrir ce qui les a secoués et qui leur a permis de nous secouer à notre tour […] La richesse de la programmation, la capacité de recueillir dans un seul endroit un grand nombre d’écrivain.ne.s, d’historien.nes et de spécialistes est la force de cet événement, dont la résonance est à grande échelle ». De plus, on remarque que le salon garantissait aussi une parité de genre parmi les invité.e.s, élément d’intérêt particulier aussi bien pour Coup de Soleil que pour iReMMo, les deux entes organisateurs.

Pourtant, le salon n’est pas seulement un canal de transmission pour l’ouvrage d’un.e auteur.e ou l’histoire d’un pays, mais il est porteur lui-même d’une tradition, d’un héritage partagé. A cet égard Sophie affirme – « Je crois cependant que la présence d’une zone de restauration et de petits concerts, très souvent sous-estimée, contribue à l’immersion dans la culture » – comme, d’après nous, le font aussi les ateliers en langue arabe et la lecture des contes pour les enfants.

Immagine che contiene interni

Descrizione generata automaticamente
Immagine che contiene pavimento, interni, tavolo, parete

Descrizione generata automaticamente

De l’autre côté, en ce qui concerne notre expérience, nous avons participé au Maghreb et Orient des Livres en tant que bénévoles. Parmi nos taches, nous devions nous occuper de l’accueil du public, en le renseignant sur la manifestation et sur les associations qui l’organisaient. Nous devions aussi soigner la préparation des différentes salles des rencontres et des entretiens, à savoir : vérifier les affiches à la porte, positionner les chevalets et les gobelets avant les rencontres, veiller sur le bon déroulement des conférences, faire passer le microphone parmi le public lors des débats, compter et ensuite transmettre le nombre de participant.e.s. Puisque ces taches impliquaient notre participation, nous avons pu ainsi assister à de nombreuses rencontres. Parmi les plus intéressantes, le café littéraire « Un siècle au féminin » avec les écrivaines Carine Fernandez, Yasmine Klaht et Joumana Haddad, activiste et journaliste, qui ont raconté leur vie en rapport avec les événements historiques contemporains de leurs pays d’origine (dans l’ordre : Arabie-saoudite, Egypte et Liban) et la manière dont ces derniers ont influencé leur vocation d’écrivaines.
Des films aussi ont été projetés pendant les jours du salon pour dénoncer de façon visuelle la réalité contemporaine des pays du Maghreb et du Moyen-Orient et pour insuffler, même à travers le cinéma, un message d’espoir, comme dans le cas du métrage « UTILES – Joussour : des associations au service de la population » : le film, réalisé par Bahïa Bencheick-El-Fegoun en collaboration avec Joussour, un programme de coopération franco-algérienne au service de la jeunesse, montre le travail de sensibilisation et de soins médicaux chez les jeunes en Algérie de la part des médecins faisant partie du programme, avec une attention particulière aux femmes.  

Sur le plan personnel, notre avis sur cette manifestation ne pouvait être qu’enthousiaste. Le salon Maghreb-Orient des livres nous a donné l’accès à la découverte d’un monde inconnu : en Italie, d’où nous provenons et où nous étudions, la littérature française « de la Métropole » représente le véritable focus, alors que dès notre arrivée à l’université Lumière de Lyon grâce au programme Erasmus, nous avons découvert l’horizon des littératures dites francophones. Prendre part à la manifestation cette année a été une expérience d’enrichissement culturel et personnel incroyables, car pendant deux jours, nous avons pu nous plonger dans une ambiance riche de savoir et de connaissance. Faire connaitre la réalité des pays du Maghreb et du Moyen Orient au moyen d’un échange culturel et littéraire nous paraît un excellent moyen pour déconstruire des idées reçues. La participation aux conférences, que nous avons trouvées toutes très intéressantes, nous a permis de nous confronter à des thématiques très actuelles et qui restent souvent dans l’ombre par rapport aux phares des médias, comme d’ailleurs le sont les littératures de ces pays. Ce bouleversement de perspective nous a sensibilisé.e.s à la réalité de ces nations. De plus, la présence d’experts provenant de différentes disciplines, notamment des écrivain.e.s, des journalistes et des diplomates, souvent originaires des nations en question, maintenait le caractère sérieux de la manifestation sans pourtant effacer son côté intime et convivial que permettaient des interactions libres avec les spécialistes.

La manifestation a été aussi un lieu de travail merveilleux où on pouvait respirer un fort air de collaboration et de chaleur presque familiale parmi les organisateur.ice.s. Dès la première journée de bénévolat, nous avons été accueilli.e.s et guidé.e.s avec beaucoup de bienveillance  par les organisateur.ice.s, ce qui a rendu l’expérience du bénévolat fortement agréable. Malgré nos connaissances limitées dans le champ des « littératures francophones », ce premier pas a stimulé aussi bien une prise de conscience qu’un intérêt accru pour ces régions et leurs productions littéraires et artistiques. Mettre en lumière et promouvoir un champ encore marginalisé, le plus souvent par ignorance, nous paraît être l’une des fonctions les plus remarquables de ce genre de manifestations. En cela, le Maghreb-Orient du livre remplit pleinement son rôle.

Abdellatif Laâbi : figures et fissures de l’Altérité

Les 29 et 30 mai 2020 à la Maison de la Recherche à Paris

En présence de l’auteur.

Abdellatif Laâbi apparait comme une figure singulière et incontournable de la scène littéraire marocaine : poète à vocation universelle, romancier cosmopolite, dramaturge, essayiste, interprète polyglotte par son activité de traducteur. Ancien détenu politique, il a inscrit son empreinte dans la culture marocaine et signe un itinéraire puissant et fertile dans le champ de la littérature francophone.

Dès le début de son parcours poétique, il se convainc de la nécessité  de se battre contre « les moulins à broyer la dignité », c’est dans cette perspective qu’il poursuit à l’instinct  et à l’intuition « les rêves, la beauté, l’humain aspirant à la pleine humanité » récompensé par le prix Goncourt de la poésie en 2009. A travers la revue Souffles (1966), tumultueux laboratoire de création, il participe pleinement au renouvellement de la culture du Maghreb. Abdellatif Laâbi et tous ses compagnons de route, souhaitent alors faire éclore l’extraordinaire potentiel d’un pays à l’humanité et aux idéaux en souffrance auxquels les divers poètes, écrivains, artistes, enseignants, étudiants redonnaient souffle. Aussi, cette tribune a-t-elle réussi à créer une ouverture sur les pays du Tiers-Monde en développant le dialogue des cultures. Mais la revue est interdite en 1972, et sa participation dans cette tribune subversive vaut à son auteur huit années d’emprisonnement. En 1985, il prend la décision d’un exil en France. L’épreuve du déracinement devient conséquemment un puissant moteur de création littéraire.

Dès lors, il ne cessera jamais de réaffirmer sa foi en l’autre. En effet ni l’incarcération, ni l’éloignement ne le retireront du « bain de vie » dans lequel il se tient en permanente immersion, pas plus qu’ils ne réussiront à « couper le réseau des relations » important qui lui viendra en aide pour sa libération. Écrivain embarqué dans l’histoire universelle, il a la capacité de transformer tous les événements tragiques en moteur de création littéraire. Il ne cesse de clamer que « la poésie est tout ce qu’il reste à l’homme pour proclamer sa dignité », et d’interroger cet exil paradoxal qui met à distance le pays autant qu’il le rend fécond sur le plan de l’imaginaire. L’homme poète n’écrit pas pour lui mais pour et avec les autres. L’humaniste issu de Fès et passé par la prison de Kénitra ne serait-il pas dès lors non un écrivain de « l’intranquillité » selon le mot de Pessoa, mais bien celui du tremblement ? « J’atteste qu’il n’y a d’être humain que celui dont le cœur tremble d’amour pour tous ses frères en humanité… »

Ce colloque « Abdellatif Laâbi, figures et fissures de l’Altérité » se propose d’interroger l’œuvre d’Abdellatif Laâbi dans une perspective relationnelle selon le sens qu’Edouard Glissant donne au terme « Relation ». Selon cette perspective, il est ouvert à toutes les démarches d’analyse possibles incluant des approches pluri-disciplinaires.

Les propositions de communication devront comporter un titre et un résumé (max. 300 mots) ainsi qu’une courte biobibliographie. Elles seront transmises par courrier électronique, au plus tard le (à déterminer) à l’adresse suivante : journeelaabi@gmail.com

Les communications, d’une durée maximale de 20 minutes seront en français.

 Ce colloque  d’études se tiendra à Paris, en présence de l’auteur.

De quelques revues francophones: instances de légitimation et renouvellement de la critique.

Il s’agira de sensibiliser les jeunes chercheur.e.s la manière dont une revue se transforme en organe de légitimation: sélection des thèmes et des corpus, choix des présupposés épistémologiques, constitution des comités scientifiques, lecture en double “aveugle”, etc. Symétriquement, on apprendra aussi comment une revue acquiert elle-même cette légitimité : classement international, autorité, diffusion, réseaux.

Journée d’études du 23 mars 2020, à l’Université Lyon 2

Axe de recherche du laboratoire Arts et Littératures : XX-XXI: Enjeux contemporains de la critique et de la théorie.

Les difficultés réelles auxquelles sont confrontées les revues n’ont d’égal que la détermination de celles et ceux qui persistent à y croire.  Ces difficultés se multiplient lorsqu’il s’agit de faire vivre une revue de type académique, qui vise un public forcément confidentiel. De plus, comme pour l’ensemble des publications en papier, les revues ont, elles aussi, été affectées par les nouveaux usages induits par les technologies numériques. Celles-ci ont même fait partie des premiers supports à être mis en ligne. Cette nouvelle façon de diffuser les contenus scientifiques a obligé les maisons d’édition, les rédacteur.ice.s en chef ainsi que les auteur.e.s, à repenser leur pratique éditoriale et à s’adapter à un nouvel environnement numérique : de nouveaux modèles économiques ont vu le jour et de nouveaux canaux de transmission ont émergé. Ces nouvelles technologies numériques ont-elles été bénéfiques aux revues ou au contraire leur ont-elles nui en les diluant dans une immense offre numérique mondiale, où seules les puissantes structures, surtout anglophones, occupent les premières places ? Comment les éditeur.ice.s de revues francophones (en particulier celles spécialisées dans les sciences humaines et sociales) se sont-illes organisé.e.s pour donner plus de visibilité à leurs publications ? Comment les auteur.e.s, qui ont vu se multiplier les offres de publication en ligne, ont-illes réagi aux nouveaux enjeux éditoriaux ? Et Enfin comment les structures éditoriales publiant des revues se sont-elles organisées pour faire face à cette nouvelle réalité?

L’intérêt de proposer une journée d’étude autour des revues académiques est double: d’abord, présenter aux étudiant.e.s l’occasion de discuter avec des responsables de publications qui peuvent rendre compte des coulisses d’un numéro de revue; ensuite réfléchir à l’importance des revues dans la structuration d’un champ littéraire, notamment quand il s’agit d’un champ aux contours aussi instables que celui de la francophonie littéraire.  

Il s’agira aussi de sensibiliser les jeunes chercheur.e.s la manière dont une revue se transforme en organe de légitimation: sélection des thèmes et des corpus, choix des présupposés épistémologiques, constitution des comités scientifiques, lecture en double “aveugle”, etc. Symétriquement, on apprendra aussi comment une revue acquiert elle-même cette légitimité : classement international, autorité, diffusion, réseaux.

Les stratégies et les procédures de reconnaissance sont multiples dans le champ littéraire «francophone » et la critique académique en représente une instance singulière: établissement d’un corpus, rapport au canon (même en adoptant parfois la posture de la marginalité).

Quels critères de légitimation sont à l’œuvre dans la critique/recherche académique ? selon quelles modalités énonciatives et théoriques aussi (chaque approche entraînant une nouvelle forme de normativité scientifique) un discours a pu se constituer comme « savoir » légitime sur cette littérature qui ne cesse pourtant de s’interroger sur la cohérence de son champ?

Par ailleurs, comment les revues se transforment également en instance médiatique? S’agit-il d’une fabrique de l’écrivain.e ? avec quelles stratégies de patrimonialisation ? quels espaces sont préservés pour accueillir l’innovation? 

En quoi est-ce que la théorie y rejoint-elle la critique ? s’agit-il d’une critique de la critique (métacritique) ? Quelles images de la francophonie littéraire ? quels rôles : transmission, médiation, déconstruction ? Se pose aussi la question de la portée internationale des revues et, de fait, des différentes postures critiques caractéristiques de chaque tradition critique dans chaque langue et contexte national au sein duquel une revue intervient. On ne juge pas de la même manière et par le truchement des mêmes expert.e.s un article provenant du monde universitaire postcolonialiste américain rédigé en anglais et un article en français. L’internationalisation de la recherche et des lectorats induit une pluralisation des approches critiques au sein de l’appareil évaluatif des revues. 

Les revues académiques qui seront présentées pendant cette journée sont: Horizons/théâtre (PUB), Expressions maghrébines (CICLIM et Université de Tulane) et Francofonia (Université de Bologne), La Vie des idées (Collège de France), L’Insensé (site collectif).

En jetant un éclairage latéral sur le fonctionnement des revues académiques, c’est aussi un retour sur la constitution des savoirs et de leur transmission qui est visé. (Le mot savoir est entendu en tant qu’ensemble de discours dont il n’est pas question de juger du fondement de manière normative). En outre, la question du discours sera articulée à celle des réseaux et à leur rôle dans l’élaboration de poétiques partagées.  

Enfin, d’autres revues non académiques seront présentées par des chercheur.e.s et des étudiant.e.s. Cette journée, qui articule recherche et formation, implique également des étudiant.e.s ERASMUS en échange à l’U. Lyon 2 dans le cadre de la convention de la collaboration avec l’U. de Bologne. Un atelier de formation animé par les participant.e.s permettra de répondre aux questions sur la rédaction d’un article de revue.

Bibliographie indicative

Aron, Paul, « Les revues littéraires, média privilégié de l’identité culturelle ? », dans L’Identité culturelle de la Belgique et de la Suisse francophones. Actes du colloque international de Soleure (juin 1993), sous la direction de Paul Gorceix, Paris, Champion, 1997, pp. 108-120.

Bourdieu, Pierre, Les règles de l’art. Structure et genèse du champ littéraire. Paris : Seuil, 1992.

Bureau, Sylvain, Petite revue sur la revue de littérature à l’usage des candides. Le Libellio d’AEGIS, 2011, 7 (4 – Hiver), pp.65-73.

Maingueneau, Dominique, Trouver sa place dans le champ littéraire. Paratopie et création, Louvain-la-Neuve, Academia-L’Harmattan, « Au cœur des textes », 2016.

Vuelta, Nieves Ibeas et Gaspar Galán, Antonio, « Discours et légitimation », Carnets [En ligne], Deuxième série – 9 | 2017, mis en ligne le 31 janvier 2017, consulté le 21 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org.acces.bibliotheque-diderot.fr/carnets/2063


Organisateurices 

-Equipe Passages Arts et littératures : XX-XXI.

-Equipe CICLIM (Coordination internationales des chercheur.e.s sur les littératures maghrébines)

-De l’Université Lyon 2 :

Sarah Al Matary (MCF U. Lyon 2)

Touriya Fili-Tullon (MCF U. Lyon 2)

Marie-Jeanne Zenetti (MCF U. Lyon 2)

Valérie Orlando (professeure Littératures francophones)

Elena Donati (étudiante U. Lyon2/ U. Bologne)

Jacopo Caccin (étudiant U. Lyon2/ U. Bologne)

Lyna Drici (étudiante U. Lyon2)

-De l’ENS de Lyon : Noémie Cadeau (étudiante ENS Lyon)

invité.e.s: 

Maria Chiara Gnocchi <mariachiara.gnocchi@unibo.it> 

Edwige Tamalet : etamalet@tulane.edu

Omar Fetat: Omar.Fertat@univ-bordeaux.fr 

Jérémie Majorel Jeremie.Majorel@univ-lyon2.fr

Sarah Almatary Sarah.Almatary@univ-lyon2.fr

Najet Laïb: laib.najet@gmail.com

Livraison Revues (Catherine Goffaux)

Partenaires

Université Lyon

Université Bordeaux

Université de Grenoble

Coup de soleil  

Contact: ciclim.info@gmail.com

Modalités de participation: 

Frais de participation: 20 euros pour couvrir les frais du repas de midi. 

Gratuité pour les adhérent.e.s de la CICLIM. 

Transport et frais de séjour à la charge des participant.e.s. 

Autres quotidiens dans les littératures et cultures francophones du Maghreb et du Moyen-Orient

Université Adam Mickiewicz

Institut de philologie romane et Institut d’études culturelles

Université de Silésie à Katowice

Institut d’études littéraires

Colloque international

Autres quotidiens dans les littératures et cultures francophones du Maghreb et du Moyen-Orient

Poznań, 22-23 octobre 2020

Les années 1980 ont marqué un tournant important dans la réflexion sur le quotidien en contribuant à rompre définitivement avec une acception généralement négative que la culture européenne lui avait réservée. Si cette période peut être caractérisée comme étant « l’arrivée à maturité d’un ensemble d’idées portant sur l’importance fondamentale du quotidien »1 – avec notamment la réflexion de Michel de Certeau dans L’invention du quotidien. Arts de faire (1986), préparée par celle d’un Henri Lefebvre ou d’un Maurice Blanchot ainsi que par les avant-gardes littéraires et artistiques – elle découvre avant tout le potentiel subversif du quotidien en le considérant désormais comme « le terrain d’une authenticité potentiellement menacée »2. Pour Maurice Blanchot, l’homme des sociétés modernes est à la fois « immergé dans le quotidien et en privé » alors que le quotidien lui-même combine toujours un aspect fatigant et abominable avec une capacité de « fuir les formes et les structures ». C’est pour cela que l’attention aussi bien des théoriciens que des écrivains et artistes se concentre dans un premier temps à rechercher des moyens d’expression qui permettront, d’un côté, d’échapper à une tentative de survalorisation du quotidien, et de l’autre, de préserver son authenticité, sinon le rendre perceptible.

Si le quotidien est avant tout une expérience humaine plutôt qu’un concept théorique, il permet de nourrir des récits tant factuels que fictionnels. Il est déjà présent dans les textes en langue française écrits par les pionniers de la littérature maghrébine, comme Le Fils du pauvre de Mouloud Feraoun ou la trilogie de Mohammed Dib (La Grande Maison, L’incendie, Le Métier à tisser), à travers la peinture de la réalité coloniale vécue au quotidien (notamment celle du milieu rural, de l’entourage familial, de la misère, etc.). Aussi les générations nées après l’indépendance des pays maghrébins soulèvent-elles cette problématique dans leurs écrits et montrent que le quotidien n’est pas vécu de la même manière par différents individus ou groupes sociaux. Leïla Marouane ou Maïssa Bey ont par exemple montré, dans une perspective féministe, la manière de vivre le quotidien, respectivement par des adolescentes au seuil de l’âge adulte (Le Ravisseur, La Jeune Fille et la Mère) ou des femmes délaissées par la société (Cette fille-là). Cette sensibilité sociale semble ne pas être tout-à-fait indifférente aux écrivains maghrébins en général, pour ne citer que les héroïnes d’Ombre sultane d’Assia Djebar ou celle de La civilisation, ma mère ! de Driss Chraïbi. Ce dernier met en scène également le quotidien d’immigrés (Les Boucs), tout comme Leïla Sebbar (trilogie sur Shérazade : Shérazade, 17 ans brune, frisée, les yeux verts, Les Carnets de Shérazade, Le Fou de Shérazade) ou Azouz Begag dont les romans Le Gone du Chaâba ou Mémoires au soleil sont inspirés par le vécu de l’auteur dans la métropole lyonnaise en tant qu’émigré. Dans le contexte des cultures arabes de langue française, on ne saurait négliger les textes littéraires et non-littéraires consacrés aux pratiques d’une population livrée au huis clos de la guerre comme ce fut le cas de l’Algérie dont la « quotidienneté de l’horreur »3 est décrite notamment par Aïssa Khelladi (Peurs et mensonges, Rose d’abîme) ou Ghania Hammadou (Bab-Errih : la Porte du vent), ou encore de l’Afghanistan avec la guerre comme toile de fond pour la confession d’une jeune femme veillant sur son mari blessé dans Syngué Sabour : Pierre de patience d’Atiq Rahimi. Ce colloque interrogera donc les différentes « manières de faire » (Certeau) qui sont sans aucun doute non seulement des gestes créateurs individuels, mais aussi des actes socialement et culturellement marqués.

Nous proposons de réfléchir sur la présence du quotidien dans les littératures et cultures francophones du Maghreb et du Moyen-Orient. Nous cherchons à sortir du dilemme décrit par Abdelkébir Khatibi dans son essai classique sur la littérature maghrébine où il a cité les propos du poète algérien Malek Haddad concernant le rôle de l’écrivain arabe à l’époque de la décolonisation : « Nous sommes les tristes bénéficiaires d’une actualité bouleversée et bouleversante »4. Même si ledit constat date des années 1960, l’actualité des trois dernières décennies maintient les écrivains et artistes dans la position de témoins ou de spécialistes, censés expliquer le « monde arabo-musulman » au public des pays européens. Il est difficile d’échapper à cette tentation, toute réductrice qu’elle soit. Se voir rabaissé au rôle de représentant d’une culture exotique permet de jouir d’une couverture médiatique non négligeable de son œuvre.

La thématique du ‘quotidien’ permet aussi bien de s’attarder sur ce qui est propre aux contextes maghrébin et moyen-oriental que de relever des enjeux universels, capables d’intéresser les lecteurs au-delà de la dimension purement mimétique de la création artistique. Dans cette perspective nous allons chercher à redécouvrir les auteurs et artistes francophones du Maghreb et du Moyen-Orient pour envisager le quotidien comme une pratique créatrice, comme une « réserve d’anarchie » (Blanchot) ou comme une tactique développée par le plus faible face au pouvoir, qu’il soit de l’ordre politique, économique, commercial ou religieux5.

Nous proposons des axes de réflexion suivants :

  • Le statut du quotidien dans les littératures et cultures arabes.
  • Dans une perspective comparatiste, la pertinence des concepts théoriques et esthétiques sur le quotidien élaborés dans les sciences humaines françaises et occidentales dans le contexte littéraire et artistique maghrébin et arabe.
  • Les « manières de faire » quotidiennes comme formes de constitution d’une identité arabe et / ou musulmane.
  • Les manières d’approcher l’expérience du quotidien dans l’art et dans les lettres arabes francophones.
  • Les pratiques quotidiennes de différents groupes sociaux dans l’espace arabe francophone (femmes, enfants, jeunes, personnes handicapées, personnes LGBT, migrants noirs au Maghreb, militants politiques et prisonniers, membres des groupes islamistes etc.).
  • Le quotidien comme expérience communautaire (p. ex. le quotidien des émigrés maghrébins en France.
  • La mémoire du quotidien colonial et révolutionnaire.
  • Et autres.

*

Les propositions de communication d’une longueur de 300 à 500 mots, ainsi qu’une courte bio-bibliographie sont à envoyer à l’adresse autresquotidiens2020@gmail.com et ce avant le 1er mai 2020. Les notifications d’acceptation seront envoyées aux participants début juin.

Les frais d’inscription (500 PLN / 125 €) couvrent les coûts de deux déjeuners, d’un dîner de gala, des pauses-café et de la publication. Les frais de transport et d’hébergement sont à la charge des participants. Les détails du paiement seront fournis ultérieurement.

*

Le comité scientifique :

Amina Bekkat, Université de Blida, Algérie

Faouzia Bendjelid, Université d’Oran 2, Algérie

Mounira Chatti, Université Bordeaux Montaigne, France

Touriya Fili-Tullon, Université Lumière Lyon 2, France

Krzysztof Jarosz, Université de Silésie à Katowice, Pologne

Benaouda Lebdai, Le Mans Université, France

*

Le comité d’organisation :

Julia Brzózka

Joanna Koswenda

Artur Łuksza

Magdalena Malinowska

Jędrzej Pawlicki

Katarzyna Thiel-Jańczuk

1 M. Sheringham, Traversées du quotidien, PUF, Paris, 2013, p. 10.

2 Ibid., p. 19.

3 Ch. Bonn, « Paysages littéraires algériens des années 90 et post-modernisme littéraire maghrébin », in : Ch. Bonn, F. Boualit (dir.), Paysages littéraires algériens des années 90 : témoigner d’une tragédie ? Éditions L’Harmattan, Paris, 1999, p. 8.

4 A. Khatibi, Le roman maghrébin, SMER, Rabat, 1979 [Ed. F. Maspero, Paris, 1968], p. 10.

5 M. de Certeau, L’Invention du quotidien, 1. : Arts de faire et 2. : Habiter, cuisiner, Gallimard, Paris, 1980.

Entretien avec Jeanne Fouet-Fauvernier

Lisa Frankel et Léonie Soula

Écritures de la survie en milieu carcéral,
Autobiographies de prisonniers marocains des « années de plomb »
in Études littéraires maghrébines, n°23

L’autrice Jeanne Fouet-Fauvernier 

Jeanne Fouet-Fauvernier est l’ancienne Présidente de la Coordination Internationale des Chercheurs sur les Littératures Maghrébines. Elle est professeurs agrégée de Lettres Hors classe retraitée et Docteur de l’Université de Franche-Comté. A la fois titulaire d’une licence d’Histoire et d’une maîtrise de psychologie clinique, elle était enseignante en Classe Préparatoire aux Grandes Écoles à Montbéliard. Enseignant de même à l’IUFM de Franche-Comté, elle y assurait également les fonctions de Professeur associée, en pratiquant encore l’enseignement de la littérature dans des classes du secondaire et de BTS en lycée. Aujourd’hui, elle assure toujours des fonctions de jury aux Concours Communs Polytechniques. 

Outre l’ouvrage mentionné ci-dessus, elle est l’auteur d’autres livres : Driss Chraïbi en marges (Paris : L’Harmattan, 1999), La Mère du printemps (l’Oum-er-Bia) de Driss Chraïbi, Etude pédagogique (Paris : L’Harmattan, 2008). Elle a également rédigé un nombre important d’articles parus notamment dans L’Ecole des Lettres, Etudes littéraires maghrébines, Interculturels francophonies, Etudes Francophones et Expressions maghrébines. Elle a également participé activement à des communications et conférences internationales portant sur la littérature francophone maghrébine. 

L’ouvrage

C’est avec une approche anthropologique que Jeanne Fouet-Fauvernier a choisi d’interroger les moyens développés par les prisonniers marocains afin d’assurer leur survie. Les nombreux témoignages qu’elle étudie ouvrent un nouvel angle sur l’histoire contemporaine, d’autant plus par leur rareté. Elle questionne l’humain à travers les représentations de l’horreur, à la fois singulières et collectives, issues de l’expérience carcérale. 

« Comment ces individus, victimes d’une incarcération impitoyable et destinée à les mettre lentement à mort, sont-ils parvenus à survivre jusqu’à leur élargissement ? » ( introduction, Jeanne Fouet-Fauvernier ) 

I) Questions générales sur la littérature de témoignage et le travail préalable à l’écriture du livre 

 Comment pensez-vous l’appellation « littérature de témoignage », est-ce que c’est une bonne façon de raconter ? 

Jeanne Fouet-Fauvernier (JFF) :

J’utilise le terme de littérature au sens purement étymologique : « ce qui est écrit ». À l’exception d’un témoignage, les textes présentés n’ont pas d’ambition esthétique. 

L’un des objectifs fondamentaux du témoignage est – pour ceux qui témoignent – de parvenir à faire part de son expérience avant de mourir. Or, s’ils avaient pu le faire à l’oral (sous forme de récits faits à leurs proches, par exemple) ou se confier à des relais journalistiques, passer par l’écrit est une manière d’assurer une pérennité à leurs discours. Il y a donc une volonté de communiquer son expérience et d’en laisser une trace. 

Votre ouvrage recense plus d’une dizaine de témoignages (par exemple, les deux récits des frères Bourequat, plusieurs témoignages de militaires – Driss Chberreq, Ahmed Marzouki…). Comment vous êtes-vous retrouvée dans toute cette multiplicité d’écrits ? 

JFF :

Ce travail a demandé plusieurs années. Je me suis posé beaucoup de questions de méthodologie et ai effectué un gros travail de recensement de témoignages carcéraux, notamment écrits par des militants politiques. 

En définitive, les témoignages retenus sont ceux d’ex prisonniers qui n’avaient pas pour volonté de changer le monde, qui n’avaient pas de véritable engagement avant les évènements ayant conduits à leur incarcération, ou qui n’avaient pas songé à s’opposer à ce qui se passait sur place.

En 2013, lors d’un colloque à Beyrouth, la question de la méthodologie a été l’objet de mon exposé. Je me suis surtout demandé : comment classer et comment exploiter ce classement ? 

Par ailleurs, j’étais en contact avec certains des témoins, tels que A. Marzouki ou R. Oufkir, et j’ai cherché à exploiter le mieux possible ce qu’il m’ont transmis.  

Dans les faits, comment êtes-vous parvenue à organiser et situer ces témoignages au sein d’une histoire dont la connaissance n’est que partielle et partiale ? 

JFF :

L’approche historique a été fondamentale. J’ai d’abord procédé par recoupements et me suis basée sur de nombreuses sources aussi bien historiques que journalistiques ou littéraires. En outre, mes nombreuses lectures m’ont aidée. 

La méthodologie employée part d’une réflexion sur la méthodologie de l’historien. Cette approche historique a été facilitée par mes études dans cette discipline (licence d’histoire). Par ailleurs, j’ai toujours été fascinée par la rigueur des recherches historiques, des recherches qui se basent sur des sources et qui laissent de côté la reconstruction fictionnelle. 

La plus grosse difficulté que j’ai rencontré résidait donc dans la recherche de sources, ce qui était compliqué au vu de l’histoire officielle, parfois mensongère. J’ai beaucoup eu recours à des ouvrages. En outre, je suis assez familière du Maroc dans la mesure où j’y ai vécu (de 1954 à 1968) et où j’ai gardé des liens avec des personnes résidant là-bas. Mes discussions avec ces personnes et mes voyages au Maroc, par la suite, m’ont permis d’établir une communication directe avec les Marocains. Je souligne, à ce titre, qu’il est très important d’aller sur place pour faire une sorte « d’état des lieux ». 

Pour revenir sur l’aspect méthodologique, je dirais que je considère les domaines que j’explore comme complémentaires (anthropologie, littérature, histoire). J’ai tenté ici de faire une synthèse des différentes sciences humaines que j’avais pu côtoyer pour les mettre au service du corpus. 

Le but était multiple : réfléchir sur la condition humaine, faire connaitre au public qui l’ignore l’histoire d’un pays avec lequel la France entretient un ensemble de relations – mais avec une certaine opacité par rapport à ce qui se passe en réalité sur place. 

En outre, j’ai pour ambition de contribuer à faire de l’archive (« archives de la répression au Maroc »), dans la mesure où on ne trouve pas d’archives officielles du ministère de l’Intérieur (ou des Affaires étrangères) au Maroc ! 

Ces témoignages sont autant d’éléments qui font partie de la construction d’un récit historique qui reste à écrire. J’apporte ainsi ma pierre à l’édifice. 

II) Questions portant sur la forme spécifique du livre : la démarche entreprise pour étudier les textes 

Pourquoi avoir choisi de regrouper tous ces témoignages : cela renvoie-t-il à une volonté totalisante, ou s’agit-il davantage de rendre hommage à toutes les victimes concernées qui se sont exprimées ? 

JFF :

Les deux ne sont pas incompatibles. Dans les faits, j’ai découvert peu à peu de nouveaux ouvrages traitant de l’expérience carcérale en me mettant à lire sur le sujet. Regrouper tous ces témoignages ne partait pas forcément d’une volonté totalisante au début, mais au fur et à mesure du travail, cette dimension est sans doute apparue.  

Pour les témoignages des militaires, celui de Marzouki était le premier connu. Mais l’un a amené l’autre, comme un fil qu’on déroule. J’ai essayé de rassembler tout ce qui était disponible dans le domaine qui m’intéressait. 

Enfin, il y a un véritable devoir de parler de tous ces ouvrages : pourquoi choisir un témoignage d’un membre de la famille Oufkir et pas celui d’un autre ? On n’a pas le droit de faire de choix. Aucune expérience n’est la même et chacun a sa façon de la vivre et d’en parler. Ne pas effectuer de sélection a trait à une certaine honnêteté intellectuelle. 

Pourquoi avoir préféré séparer les témoignages et les organiser de façon chronologique (à l’exception du premier de la dernière partie) plutôt que d’avoir recours à un plan davantage thématique ? En effet, lors de la description de l’expérience à Tazmamart, plusieurs grands thèmes ressortent : la foi et le rapport à la métaphysique, la parole, la fraternité, la dégradation physique… Les deux plans auraient peut-être fonctionné, pourquoi avoir choisi celui-ci ? 

JFF :

Dans le cas d’un ouvrage thématique, le public a déjà en tête des noms d’auteurs, des écrits nombreux et une connaissance du thème traité (c’est le cas lorsqu’on parle des témoignages des victimes d’incarcération nazie par exemple). 

Or, personne ne connait les écrits d’incarcération de Marocains. Selon moi, chaque texte devait avoir sa part. Je n’ai pas choisi de plan thématique pour que chacun de ces textes fasse l’objet d’une entrée propre et spécifique. 

Pourquoi, dans quel but, chercher une forme de littérature chez ces « non-écrivains » ? 

JFF :

Il y a peut-être un « tic » de la part de quelqu’un qui est spécialiste de l’analyse des textes !

Il faut d’abord noter que les messages auctoriaux paratextuels renseignent énormément sur les contenus. J’ai donc prêté beaucoup d’attention au choix des titres, des intertitres et des dédicaces dans la mesure où ils disent des choses sur le projet du texte.

Mais je n’attribue pas de valeur esthétique supérieure à l’un plutôt qu’à l’autre. 

L’exception parmi tous ces témoignages est sans doute celui d’Aziz Binebine, Tazmamort : j’ai personnellement été charmée par la qualité de la rédaction de son texte. Ce témoin a, en l’occurence, mis son expérience de la lecture au service de son écriture. 

Pourquoi tenez-vous à cette expression que vous avez empruntée de « boîte à outils » pour évoquer les moyens de survie des prisonniers ?

JFF :

C’est simple, je crois que cette expression condense ce qu’est l’homme : une main et un cerveau. 

III) Le rapport entre le témoignage et l’histoire

Que pensez-vous de cette réhabilitation assez contemporaine de la littérature dans l’étude historique ? 

JFF :

Les rapports entre littérature et histoire sont historiquement datés, très anciens. Ils ne formaient qu’une seule discipline, les Belles Lettres, jusqu’à la fin du XIXème siècle. Puis les deux disciplines se sont autonomisées. J’ai toujours préféré les études d’histoire : cette discipline permet, il me semble, de mieux comprendre l’humain (mais ma licence d’histoire était d’abord « pour le fun »!). Ce que je crois être le plus important est de partir du concret, une sorte de fouille archéologique, analyser les cendres… Quant à la littérature, elle est une soeur de l’histoire. Il y a toujours un cousinage et c’est bien que les disciplines soient séparées car le type d’approche diffère, mais ceci n’est nullement exclusif. 

Pensez-vous que ces témoignages sont la meilleure façon de s’approcher d’une vérité d’ordre historique ? 

JFF :

Le témoignage devient une source sur laquelle l’historien doit bâtir sa réflexion. 

On note à plusieurs reprises des échos d’un témoignage à l’autre, notamment en ce qui concerne les conditions de détention à Tazmamart : aliments contaminés, omniprésence de la saleté et des excréments dans les cellules, maladies multiples…Ne craignez-vous pas un effet anesthésiant sur le lecteur du fait de l’accumulation des détails sordides présents dans chacun des témoignages ? 

JFF :

C’est justement tout le risque! Ça n’engage que le lecteur. Psychologiquement, on a toujours tendance à essayer de nous mettre à l’abri des représentations effrayantes de ce que l’homme peut faire à l’homme. Il arrive donc que le lecteur ne veuille plus lire. C’est la même chose qu’avec les camps nazis décrits, montrés, aussi bien sur des supports historiques que littéraires : on trouve l’idée suivante « j’ai lu une fois, pourquoi continuer, pourquoi en lire plus ? Ce n’est pas la peine, j’ai ma dose ». 

Je pense que le lecteur est libre de se protéger et de ressentir de la lassitude. Mais ce qui doit être dit doit être dit et chacun de ces témoignages sur Tazmamart revient sur les conditions infamantes. Je ne vois aucune interdiction à y revenir, encore et encore. Je suis consciente des réflexes humains : il y a des choses si insoutenables qu’on ne veut ni ne peut les supporter longtemps. Mais ces gens là, qui racontent, ont vraiment vécu l’horreur, alors à nous de faire l’effort de l’appréhender, de l’approcher par la lecture. C’est important. 

Explicitation du lien avec les témoignages de la Shoah

Ici, vous parlez de « préservation de sentiment de dignité » envers et contre tout, comme résistance ultime à l’inhumanité des bourreaux. A la fin de Si c’est un homme, Primo Levi insiste justement sur le sentiment de n’être plus humain au sein des camps, et même plus : les hommes enfermés, entre eux, ne se reconnaissent plus en tant qu’ils sont des hommes. Puisque vous faîtes l’analogie, pensez-vous qu’il y ait une différence fondamentale entre cet « instinct » de survie chez Primo Levi, et ces « outils » pour survivre que vous mettez en avant tout au long de votre ouvrage ?

JFF :

Primo Levi a aussi utilisé des outils : il a su ménager sa survie au sein du camp grâce à eux. Ce n’est pas parce que des humains ont subi des atteintes effroyables que les capacités de résistance psychique des uns et des autres sont les mêmes. Puisque nous parlons de Primo Levi, notons qu’il s’est suicidé : il ne s’est jamais remis de la culpabilité d’être vivant. C’est un destin tragique, une psychologie extrêmement tourmentée. Survivre n’implique pas vivre bien ensuite. 

Il y a des « recettes » mais ces dernières ne marchent pas souvent. Il suffit de voir le faible nombre de survivants : la plupart sont morts, et parmi les survivants, seule une poignée écrit quelque chose. Cela demande un effort immense. C’est très difficile comme démarche intérieure, mais aussi pour des raisons très pratiques comme trouver un éditeur, trouver des lecteurs. Trouver du soutien et avoir des proches qui soutiennent n’est pas garanti. 

Je ne crois pas qu’il y ait d’opposition entre l’instinct de survie et les « outils » en question : l’instinct de survie, c’est aussi celui qui permet d’inventer des outils nécessaires à la vie. Chacun se débrouille comme il peut, avec les moyens du bord. Il est difficile de reprendre une vie normale après, ce que montre bien le deuxième livre de Malika Oufkir. La perte de repères s’ajoute à la privation d’une structure intérieure, d’une charpente. 

Le monde change beaucoup après ces expériences d’enfermement, et il y a une différence assez importante entre les rescapés de la Shoah et les Marocains dont je parle. Les proches des derniers sont toujours vivants, toujours présents, et après l’exclusion, quand ils rentrent chez eux, les survivants les retrouvent, ils rentrent dans leur village. Quant aux rescapés du génocide, ils ne tombent que sur des ruines. 

En conclusion, les Marocains retrouvent leurs proches, sauf bien sûr tous ceux qui sont morts entretemps sans même avoir su si les disparus étaient encore de ce monde, ni où ils étaient emprisonnés. Les victimes survivantes de la Shoah se retrouvent dans des pays dévastés par la guerre et l’absence de l’immense majorité de leurs proches due au génocide. 

Conférence inaugurale de Valérie Orlando

le 21 octobre, à 18h, au Grand Amphi de l’Université Lumière-Lyon 2

Une américaine à Lyon

Dans le cadre de l’accueil de chercheur.es internationaux/ales et du partenariat avec la Chaire Tocqueville – Fulbright , Mme Valérie Orlando, titulaire de la Chaire Tocqueville – Fulbright (2019-2020) Professeure de littérature française et francophone à l’Université du Maryland (États-Unis), a été accueillie par l’Université Lumière Lyon 2 pour un semestre à partir de septembre 2019.

L’écriture à contre-silence (s) de Maïssa Bey Conférence de Houda Hamdi

Dans les programmes scolaires, le texte littéraire de Bey n’est pas patrimonialisé. Il est sournoisement détourné et, à nouveau, les ciseaux de la censure ont réussi à réduire les voix du roman au silence.

Le mercredi 25 septembre 2019, de 10h00 à 12h00, à l’Université Lumière Lyon 2.

Compte rendu par Touriya Fili-Tullon

H. Hamdi (éd.), Maïssa Bey: deux décennies de créativité, L’Harmattan, collection « Études littéraires maghrébines », 2019.

Houda Hamdi a d’abord présenté le travail d’écriture de Maïssa Bey en l’inscrivant dans l’histoire de la littérature francophone algérienne, en rappelant les conditions de l’émergence d’une écriture « féminine » en français (même si les Algériennes avaient écrit dans d’autres langues auparavant).

aide-mémoire (mode passe: date de la conférence)

Pendant la discussion des étudiant.e.s avec la conférencière, la question de savoir quelle réception avait été réservée aux ouvrages de Maïssa Bey en Algérie a été posée. Aldjia Debbach (une étudiante en master 2 Recherche à l’Université Lyon 2) fait remarquer que des extraits de Bleu, blanc, vert (Éditions de l’Aube, 2006) avaient été mis au programme à destination des collégien.ne.s en Algérie. Cette inclusion surprenante, quand on connaît la dimension subversive des romans de l’autrice qui portent sur l’Histoire de l’Algérie, pourrait donner à penser… S’agit-il d’une forme d’institutionnalisation des écrits de Maïssa Bey?

A y regarder de plus près, le découpage des extraits destinés au programmes scolaires leur ôte toute dimension subversive en ne maintenant que la « voix de son maître » et en supprimant la voix ironique qui lui sert de pendant critique.

En arrêtant l’extrait de l’incipit de Bleu, Blanc, Vert à la phrase clausulaire: « Notre drapeau est vert et blanc, avec une étoile et un croissant rouges au milieu. », le passage se lit comme une adhésion totale aux valeurs portées par l’hymne national et par le discours d’autorité du maître. Or, une phrase répétée deux fois dans la version originale de ce passage a été supprimée/censurée par les concepteurs du manuel scolaire: « je ne sais pas qui a en a eu l’idée ». Cette phrase porteuse d’une modalisation épistémique forte encadre le discours sur l’hymne national « kassaman », comme on peut le voir dans la reproduction de l’incipit original.

version originale de l’Incipit du roman Bleu, blanc, vert.

Les modalisateurs « Je ne sais plus/je ne sais pas » interrogent l’origine de l’instrumentalisation des mots et des symboles nationalistes et posent la voix singulière du personnage (Ali)et sa subjectivité comme le pendant symétrique (et critique) du discours officiel et de l’autorité du/des maître(s).

Cette dissonance est totalement effacée et produit un contresens total de l’écriture de Maïssa Bey. Toute forme de distance, ironique ou énonciative est gommée, et pour le dire clairement, censurée. Ce que l’on enseigne aux jeunes collégien.ne.s, c’est l’obéissance et non pas le questionnement. Dans les programmes scolaires, le texte littéraire de Bey n’est pas patrimonialisé. Il est sournoisement détourné et, à nouveau, les ciseaux de la censure ont réussi à réduire les voix du roman au silence.

La conférencière: Houda Hamdi.

Houda HAMDI est maîtresse de conférences à l’Université 8 Mai 1945 Guelma, Algérie. Elle s’intéresse, entre autres, à la littérature  algérienne, notamment en rapport avec les études de genre et aux théories postcoloniales. Dans ce cadre, elle a participé à de nombreuses conférences et a publié plusieurs articles. Elle a récemment été Fulbright Visiting Scholar à l’American University, Washington DC. Elle a dirigé un ouvrage collectif: Maïssa Bey: deux décennies de créativité, Paris, l’Harmattan, 2019.