Rencontre avec Gaëtan Viaris, photographe et poète.

Autour de ses “Fragments nomades” et de son projet photographique à partir du film “143 rue du Désert” (de Hassen Farhani)

Gaëtan VIARIS est artiste photographe et membre de la Cicilm, nous l’avions rencontré au Salon de la Revue, à Paris, en octobre 2019, où il nous avait présenté son album photolittéraire “Fragments nomades”(2005-2009) en maquette papier constituée d’un ensemble de dix-neuf textes traduits en arabe littéral (fusha)et accompagnés de photographies prises lors de ses séjours dans les déserts d’Algérie, du Mali et de Sinaï .

Dans la cadre des ses études sur l’image (résidences de création et installations artistiques) Gaëtan Viaris s’est intéressé à la représentation photographique en noir et blanc en dialogue avec des œuvres des XVIe et XIXe siècles dont il propose une réinterprétation visuelle sur un “triptyque”. Avec son appareil argentique, il fait redécouvrir au public l’œuvre travaillée autrement.

À la suite de deux heures de visioconférence, Gaëtan nous a entretenu essentiellement de son inédit : Fragments  nomades, écrit en français et traduit en arabe par Abdecelem Ikhlef (Université Mentouri de Constantine). Les poèmes transposent la tradition du haïku à une expérience physique et sensuelle du désert exprimée en deux langues française et arabe.

Une lecture croisée de quelques fragments a permis de porter l’attention sur la sonorité de la graphie dans “Pierres” et “Marche”. L’esthétique de la graphie s’avère mouvante, résonnante, et répétitive. Elle suscite l’ouïe et l’œil du lecteur. trcie-regardeur.euse) comme dans un tableau d’art, en rapport à la technique que l’artiste applique en photographie sur le poème (le procédé argentique et la forme tryptique).

Après cette mise en bouche des poèmes, le problème de la traduction des métaphores dans la langue arabe littéraire dans les deux fragments a été abordé, notamment pour souligner l’importance du geste traductif en langue arabe et de la collaboration avec Abdecelem Ikhlef.

Pierres (fragment choisi)
Pierresen arabe, traduction Abdeclem Ikhlef 

Pierres pierreuses et montagnes pierreuses

sentiers périlleux et torrents pierreux

murs de pierres  et champs de pierres et tombeaux de pierres

sarcophages de pierres

tablettes de pierres

pierres millénaires

pierres vénérables

pierres vulnérables

pierres sonores

labyrinthes de pierres

sentinelles de pierres

pierres levées ou orthostates

devant toi<des pierres

derrière toi<des pierres

sous tes pas encore

d’autres pierres

pierres anonymes

pierres brûlantes du midi

pierres glacées de la nuit

pierres grisâtres ou pierres jaunâtres

pierres précipitées

pierres brisées

qui se dérobent sous toi

dans un entrechoquement pierreux

déséquilibrant ta marche à chaque pas

pierres pointues  râpeuses et raboteuses

qui deviennent autant d’arêtes coupantes

de poignards aiguisés

elles usent tes bottes tes brodequins et tes naïls jusqu’à l’usure

Fatale !

Visuel  extrait du film « 143 rue du désert » de Hassen Ferhani   photographié selon ma méthode habituelle à partir de la bande annonce  du film présenté en triptyque  que l’artiste-photographe associé  visuellement avec le texte ‘tempêtes’ extrait  de l’album ‘fragments nomades ».
Visuel en noir et blanc pour accentuer  l’impression de tempête en écho à son texte  “tempête” présenté ici en français et en arabe.

Gaëtan Viaris a évoqué, lors de cet entretien, l’intérêt qu’il porte au cinéma dans le cadre de ses recherches esthétiques, d’où son projet sur l’un des films du cinéaste Hassen Ferhani, 143 rue du désert, (sorti en salle en 2019).

Le cadre que l’artiste propose de ce désert qu’il nous donne à regarder et à écouter est un triptyque (cliché répétitif présentant le même angle de la photographie travaillé sur un extrait de la bande annonce du film avec trois points de vue différents), argentique (en noir et blanc) et asymétrique faisant écho à “tempêtes”, présenté ci-dessus de manière graphique en trois tableaux, nous conviant ainsi à une expérience sensorielle bouleversante et dynamique du monde encore infranchi dont on ne connaît que quelques fragments mouvants.

L’artiste a nombre de publications  sur le cinéma d’Alfred Hitchcock (études publiées dans la revue TK-21), ainsi que des travaux et collections  photographiques (personnels et collectifs sur divers sujets) exposés dans des lieux publics et des musées algériens, américains et européens dont Anamorphose d’un regard ( Centre culturel d’Alger,2008), Villes et valises (Université Mendès de Strasbourg, 2000), Entre-actes (Ecole des beaux-arts de Châtellerault, 1997), L’angle donne corps (Médiathèque André Malraux Tourcoing, 1997), Saisie du corps, saisie du geste (Galerie de l’ISEA Paris, 1993), La peinture française dans les musées américains (Centre culturel de l’Ambassade de France, 1990).

Nadjat Laïb

L’entretien avec G. Viaris a été réalisé durant ma résidence doctorale au Laboratoire Legs-Université Paris 8 (dans le Bâtiment de Recherche au Campus Condorcet) dans le cadre de ma recherche sur la pratique de l’espace chez Tahar Djaout depuis sa poésie. Mes travaux s’inscrivent dans le champ des études de l’espace alliant à la perspective géopoétique, l’analyse culturelle et géopolitique (des constellations) et de la figure de genre chez Sarah Haider (dans la littérature algérienne de l’extrême contemporain). Nous nous étions revu.e.s, avec G. Viaris, lors du MODEL ( Maghreb orient des livres) de Paris en février 2020) puis en visioconférence le 3 Juillet 2020 à l’issue du cycle de rencontres organisées par la CICLIM et Coup de soleil.

Charles BONN: Littérature algérienne.Itinéraire d’un lecteur. Entretiens avec Amel MAAFA

Posface de Naget KHADDA. El Kalima Editions 2019. Publié en partenariat avec le Réseau Mixte LAFAF et l’Université Rennes 2.

Recension de Jeanne FOUET-FAUVERNIER

            Il s’agit d’un ouvrage tout à la fois austère et passionnant, mêlant des réflexions méthodologiques complexes à des analyses politiques et à des portraits incisifs.

            Charles Bonn, qui a tant œuvré au cours de sa vie pour la reconnaissance de la littérature francophone maghrébine, y est finement interrogé par Amel Maafa, universitaire algérienne qui enseigne à Guelma, puis commenté en postface par Naget Khadda. Le livre présente le bilan intellectuel et humain de ce parcours en six chapitres obéissant à une chronologie temporelle rigoureuse mais qui n’exclut pas les analepses narratives,  ou les retours sur l’élaboration d’une réflexion critique au fil des décennies.

            Tout est lié, affirme l’auteur : la découverte d’un corpus littéraire ignoré a lieu par le hasard d’une mutation à Constantine, où le jeune professeur de Lettres qu’est alors Charles Bonn arrive muni d’un bagage idéologique militant hérité de Mai 1968 et de la représentation idyllique d’une Algérie récemment indépendante, qui serait le laboratoire d’un modèle de société socialiste, libre, assoiffée de justice et de création artistique sans contraintes. Les enseignants français nommés en Algérie croient aux vertus des peuples libérés de la colonisation et se mettent au travail avec enthousiasme. Il leur faut vite déchanter, devant « l’arrogance avec laquelle certains responsables administratifs compensaient leur incompétence » (page 38). Double sidération : devant celle du carcan du discours idéologique dominant qui empêche la pensée, et devant celle de l’écriture éclatée de Kateb Yacine qui empêche la lecture fluide et bloque la saisie du sens de l’œuvre.

            Face à ces opacités, Charles Bonn choisit de créer une discipline dans les deux sens du terme : une discipline universitaire, bien sûr, mais aussi une discipline personnelle nourrie de son propre rapport à la marginalité linguistique, issu de son enfance alsacienne et du partage forcé entre langue maternelle et langue officielle, entre alsacien et français, dans une contrée âprement disputée par des locuteurs tantôt germanophones, tantôt francophones. Cette expérience structure sa fascination pour la littérature francophone algérienne –et à un moindre degré marocaine-, littérature écrite dans la langue de l’oppresseur,  vécue comme un butin de guerre, mais dont le désir propre n’est pas celui de la reproduction de modèles classiques. Kateb Yacine, Nabile Farès, Mohammed Dib surtout, font l’objet d’analyses fouillées.

            Qu’est ce qui définit la littérarité de ces textes ? Qu’est-ce au juste que la francophonie ? Que signifie le comparatisme ? Autant de questions fondamentales pour le chercheur qui remet bien des fois en cause ses outils de lecture, privilégiant d’abord le rôle de la  spatialité à ses débuts, pour proposer lors des dernières années la réinvention du tragique comme clé d’interprétation. Il s’agit toujours d’arracher l’œuvre romanesque au cliché documentaire ou à la simplification idéologique dans laquelle, par exemple, la doxa du pouvoir algérien souhaitait enfermer la création esthétique en lui assignant des thématiques (la guerre glorieuse, la ruralité éternelle) dont Charles Bonn apprend très vite, par le biais d’une enquête de lecture menée auprès de ses étudiants de Constantine, à quel point elles sont rejetées par la jeunesse. Bien au contraire, ce sont l’ambigüité et l’intertextualité qu’il convient de mettre en relief ! Quant à la francophonie, machinerie officielle adoubant des serviteurs de la diplomatie internationale, elle est entièrement à repenser « comme un espace de diversité qui permet la rencontre entre cultures » (page 153), rencontre où les littératures dites francophones jouent un rôle majeur. Il est alors évident que le comparatisme s’impose comme une discipline universitaire à revivifier, loin des conservatismes qui selon l’auteur figent la recherche dans l’étude des thématiques, puisqu’en France on compare des textes traduits à des textes rédigés en français…

            Cet ouvrage exigeant est par ailleurs écrit sur un mode alerte, parfois polémique, et certaines anecdotes de la vie professionnelle de l’auteur ne manquent pas d’alacrité. La peinture de l’institution universitaire française s’avère sans complaisance. Le lecteur se trouve ainsi averti de ce qui l’attend, surtout s’il est étudiant et souhaite intégrer un jour cette institution : concurrences féroces pour les postes, plans de carrière tortueux, nominations et invitations par copinage, désintérêt fréquent pour l’enseignement et les étudiants, pauvreté scientifique de certains travaux cependant acceptés pour les motifs précédents,  le tableau est sombre…et sanglant si on y ajoute les violences exercées par les groupes d’extrême-droite à Lyon III ! Reste l’hommage rendu, à de multiples reprises, à des collègues travailleurs et bienveillants devenus des amis, et qui ont illuminé une vie de chercheur parfois rude dans ses déconvenues.

            La littérature francophone maghrébine existe, création multiforme et rigoureux objet d’étude, c’est l’essentiel. Cette discipline doit beaucoup à Charles Bonn, dont Naget Khadda souligne la qualité d’une expertise fondée sur la rencontre entre « humanisme universaliste » et « intérêt pour les marges et les minorités » (page 256). Rien n’est jamais joué d’avance, les mouvements populaires actuels le montrent à l’envie. En dépit de la bêtise ou de la terreur, l’écriture comme aspiration à exprimer l’indicible perdurera.