« Oui, mes Joueurs étaient des médiums», Colette Fellous redistribuant les cartes de Cézanne : de l’ex-position au legs

La présence d’images dans les récits autobiographiques de Colette Fellous se trans-forme en critère qualifiant l’écriture de soi. Dans ses romans, notamment dans Plein été, l’autrice fait place aussi bien par les mots que par les images aux Joueurs de cartes de Cézanne au point d’en façonner un leitmotiv structurant son écriture autobiographique.



25 Septembre à l’Université Lyon 2: Rencontre avec Medrar Sallem Âati (UniversitéJean Monnet Saint-Étienne et Université de Tunis, ECLLA (ED 3LA 484) & Intersignes (LR14ES01) dans le cadre du séminaire “Récits hors cadres”

La présence d’images dans les récits autobiographiques de Colette Fellous se trans-forme en critère qualifiant l’écriture de soi. Dans ses romans, notamment dans Plein été, l’autrice fait place aussi bien par les mots que par les images aux Joueurs de cartes de Cézanne au point d’en façonner un leitmotiv structurant son écriture autobiographique.

La lecture et l’étude de cette interaction entre lisible et visible s’inscrit dans le champ des « Récits hors cadres » autour de l’autofiction et en rapport avec l’intermédialité.

Touriya Fili-Tullon (Université Lyon 2) invite Medrar Sallem-Âati à partager le regard qu’elle porte sur le corpus de Colette Fellous à travers l’examen et le questionnement des coordonnées qu’attribue l’autrice aux Joueurs de Cézanne dans Plein été.

Cette intervention permettra d’expliciter comment Colette Fellous, à l’image d’Ariane, brode son œuvre autobiographique. L’idée est de montrer comment, dans les nœuds du tissu autobiographique, elle emprunte les fils de Cézanne en les faisant siens pour découdre le tracé du dessin autobiographique classique et le trans-figurer par des points d’été suivant le tracé d’autres médiums.

Medrar Sallem-Âati

Notice bio-bibliographique

Medrar Sallem Âati étudie, depuis 2014, les textes de C. Fellous, autrice tunisienne et française de culture juive. Ses mémoires de Masters en Lettres[1], en Genre[2] et en Traduction[3] ont respectivement porté sur Plein été, Avenue de France et Le petit Foulard de Marguerite D. Elle prépare, sous la codirection d’Anolga Rodionoff et Samia Kassab-Charfi, une thèse en recherche-création intitulée Exploration de l’écriture au prisme des arts dans les récits autobiographiques de Colette Fellous.

Publications :

Medrar Sallem Âati, « “I was a slave girl”, traversées et articulations : des lectures queerféministes au manifeste d’adelphités _ Rencontre avec Marie-Pierre Harder _ », 19 juillet 2022.

_ « Sur la lisibilité, lecture de l’article d’Aurore Turbiau ” Je dis d’ailleurs que j’ai des cellules amazoniennes. Le patriarcat est une science-fiction”, Michèle Causse », Hypotheses, 19 juillet 2022.

_ « Écrire au lieu du peintre : Poétique de la parenthèse picturale chez Colette Fellous » article paru in Numéro spécial Colette Fellous (Dir. Samia Kassab-Charfi) XLIII, 1 (2018) d’ŒUVRES & CRITIQUES, Revue internationale d’étude de la réception critique des œuvres littéraires de langue française.

_ articles parus in Bulletins journaliers de la 18ème édition du festival « Cinéma de la Paix ? » du 13 au 18 mars 2018.

_ « Et pourtant ça tourne… Et que le débat continue… » in Bulletin de la 32ème édition du FIFAK, 19 août 2017.

Communications :

Nabil Djedouani et Medrar Sallem Âati, « Quelle(s) destinée(s) numérique(s) pour les archives du cinéma algérien ? » 19ème édition du festival « Cinéma de la Paix ? », Cinéma Théâtre Le Rio, 13 mars 2019.

Nora Hamdi et Medrar Sallem Âati, « Comment faire des voies narratives, à travers les adaptations cinématographiques, des échos des voix des femmes ? », 20ème édition du festival « Cinéma de la Paix ? », Cinéma Théâtre Le Rio, 11 mars 2020.

Medrar Sallem Âati, « Colette Fellous : De la mémoire juive tunisienne à la diction française », in « Dictions et fictions de l’identité », journées doctorales, FSHST (28 et 29 avril 2015).

_ « Enquêtes sur la Tunisie/En-quête de soi : Images investigatrices du paysage tunisien signées Colette Fellous » in « Les dessous des cartes : citations et images-mondes », atelier Création & Critique, FSHST (19 mai 2016).


[1]Medrar Sallem Âati, « Lieux et topographies dans Plein été de Colette Fellous », mémoire de Master en Lettres et Civilisation Françaises Modernes dirigé par Pr. Samia Kassab-Charfi à la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis, Université de Tunis, juin 2014.

[2]Medrar Sallem Âati, « Rendre le monde : écrire le désir d’écrire dans Avenue de France de Colette Fellous », mémoire de Master en Études sur le genre (Genre, Littératures, Cultures) dirigé par Marie-Jeanne Zenetti, Université Lumière Lyon 2, juin 2022.

[3]Medrar Sallem Âati, « Traduire « dans les régions claires de l’écriture » : Le petit foulard de Marguerite D.de Colette Fellous » mémoire de Master en Traduction et Édition Littéraires dirigé par Touriya Fili-Tullon, Université Lumière Lyon 2, septembre 2023.

Traduction d’extraits du récit de Fawzia Zouari (prologue),  Le Corps de ma mère, Gallimard, 2016.

Une traduction de Francesca Furini et Silvia La Bruna

« Ce bruit, dehors ! Et au-dedans de moi, ce silence que creuse sa mort, cette main fébrile qui vide mes jours de leur substance pour les remplir de sa vie, dense et secrète. Dans une cache à double fond, j’ai entassé nos souvenirs à toutes les deux. J’ai sous la main les récits glanés sur elle et je veux partager mon butin avec un lecteur. Seulement voilà. Chaque fois que je m’installe devant mon bureau, une torpeur bizarre, comme un demi-sommeil, m’engourdit l’esprit et ma mémoire se fait cambrioler. Je me lève, me dirige vers la fenêtre et me laisse distraire par le spectacle de la rue. Soudain, son corps étendu sur une civière passe juste en dessous de chez-moi et je vois les mots fondre sur lui comme des charognards. Je recule, effrayée.»

Che chiasso, là fuori! E dentro di me, questo silenzio che scava la sua morte, quella mano febbrile che svuota i giorni della loro linfa per riempirli con la sua vita, densa e nascosta. In un nascondiglio a doppio fondo, ho accumulato i ricordi che ci accomunano. Ho sotto gli occhi i racconti racimolati su di lei e voglio condividere il mio bottino con un lettore. Ecco tutto. Ogni volta che mi sistemo alla scrivania, un torpore bizzarro, come in un dormiveglia, mi anestetizza lo spirito e la mia memoria viene derubata. Mi alzo, mi dirigo verso la finestra e mi lascio distrarre dallo spettacolo della strada. D’improvviso, il suo corpo disteso su una barella passa giusto sotto casa e vedo le parole assalirlo come avvoltoi. Indietreggio, spaventata.

La couverture du récit de Fawzia Zouari, Losfeld (Joëlle) 2016.

« Et comment oser intenter un procès à celle qui m’a mise au monde, comme le font certains écrivains. Maman me battait quand j’étais petite, c’est vrai. Elle a failli me priver d’études et me vouer à la réclusion. Elle m’a greffé la culpabilité dans la peau pour être partie à l’étranger alors que les femmes de mon pays ne traversaient pas la frontière. Et quand je touche mon corps, je le découvre encore cousu de ses peurs. Mais je ne peux pas lui en vouloir. Comme s’il y avait une fatalité chez les Arabes à absoudre les mères. Bref, je me dis ceci : « Maman n’existe dans aucun livre, personne n’a vécu ce que j’ai vécu, personne ne porte comme moi l’essence de cet être pétri de toutes les époques. Personne ne me lira. À quoi bon écrire sur elle ? ». Parfois, je me demande si la difficulté ne vient pas d’un problème de langue. Peut-on vraiment mettre le français au service d’une bédouine tatouée qui n’a jamais frayé avec la « tribu » gauloise ?Et restituer une rythmique de vie arabe sur une partition latine ? Suis-je autorisée à raconter ma mère autrement que par ses propres mots ? Forcer son secret autrement que par le sésame du verbe coranique ? Ne serait-ce pas exhiber deux fois sa vie que de la donner à lire dans la langue des « Infidèles », pour recourir à ses propres termes ? »

E come osare intentare un processo contro colei che mi ha generato, come fanno molti scrittori. Mamma mi picchiava da piccola, è vero. Mi ha quasi impedito di studiare e condannato alla reclusione. Mi ha inciso il senso di colpa nella pelle per essere andata all’estero, laddove le donne del mio paese non attraversano nemmeno la frontiera. E quando tocco il mio corpo, lo ritrovo ancora intessuto delle sue paure. Ma non riesco ad avercela con lei. Come se, tra gli arabi, fossimo destinati inevitabilmente a perdonare le nostre madri. Ad ogni modo, mi dico: “Mamma non esiste in nessun libro, nessuno ha passato quello che ho passato io, nessuno racchiude in sé come me questa essenza intrisa di ogni epoca. Nessuno mi leggerà. A che pro scrivere di lei?”. A volte, mi domando se questa difficoltà non nasca che da problema linguistico. Si può davvero mettere il francese al servizio di una beduina tatuata che non si è mai aperta con la “tribù” gallica? E restituire un ritmo di vita araba su una partitura latina? Sono autorizzata a raccontare di mia madre non utilizzando le sue parole? Far breccia tra i suoi segreti non utilizzando come chiave il verbo coranico? Non si tratterebbe di esibire due volte la sua vita rendendola leggibile nella lingua degli “Infedeli”, per citare le sue stesse parole?

Autres sentiments de la langue

A propos de: Martine Mathieu-Job, Y a-t-il une langue maternelle ? Ce que disent les écritures francophones, Paris, Hermann, coll. Savoir Lettres, 2022., 238 pages, EAN: 9791037020123

On connaît le mot de Jacques Derrida : « Je n’ai qu’une langue et ce n’est pas la mienne »[1]. Dans son dernier ouvrage Y a-t-il une langue maternelle ? Ce que disent les écritures francophones, paru chez Hermann, Martine Mathieu-Job reprend ce questionnement ontologique[2] sur la langue comme paradigme identificatoire dans une étude stimulante qui parie sur ce que la littérature nous donne à penser à propos du « sentiment de la langue ». Cette expression, employée d’abord par Kafka (cité p. 103), est surtout un détournement du titre de Richard Millet. Dans son essai Le Sentiment de la langue, Millet[3] s’est fait remarquer par un « nationalisme linguistique » qui voit dans la langue un héritage transgénérationnel et quasiment naturel justifiant la passion exclusive qu’il lui porte et sa nostalgie d’une « grandeur de la langue » qui serait aujourd’hui menacée (voir p. 99).

C’est tout le contraire que démontre le livre de Martine Mathieu-Job. 

Le bénéfice de l’approche par « le sensible » qu’elle propose n’est pas de gommer l’importance du culturel, mais de le subordonner à la « nature littéraire des œuvres ».  Ce postulat de la qualité « littéraire » se base sur la reconnaissance par les instances de légitimation, même si, M. Mathieu-Job ne l’ignore pas, cette reconnaissance « charrie son lot d’ambiguïtés ». Diverses appellations (« francophones », « (post)coloniales ») sont discutées, mises en perspective dans les nombreux débats[4] que soulève l’appréhension de ce corpus. Des notions comme celles de « surconscience linguistique » (Lise Gauvin) ou de « littérature-monde en français » sont également débattues. L’intérêt d’aborder ces écritures par le plan du sensible, selon M. Mathieu-Job, est que celui-ci induirait moins des « interprétations rationnelles ou idéologiques du monde que des perceptions ressenties par un sujet ; en ce qu’il présuppose ou suscite des représentations forgées à partir d’impressions et d’affects ; en ce qu’il dévoile des dynamiques d’adaptation au mouvement permanent des représentations individuelles » (p. 16). L’ancrage épistémologique d’une telle vision s’inscrit évidemment dans la psychanalyse et la philosophie des affects. Plus généralement, par son horizon anthropologique, cette étude rejoint certains travaux sur la littérature qui se sont intéressés à ce qui va au-delà des déterminismes historiques, idéologiques ou économiques. Je pense notamment à l’ouvrage de Philippe Jousset qui considère le style comme un geste de prédation[5], ou encore au travail de John E. Jackson[6] qui a essayé de penser ce qui se noue dès l’enfance dans le choix de la langue d’écriture.

Pour sa part, Martine Mathieu-Job mène, depuis plusieurs années, une véritable enquête à partir de textes francophones et non francophones et de discours d’auteurs et d’autrices sur leur rapport à la langue d’écriture. Si la question rhétorique du titre de cet ouvrage écorne une « fausse évidence » comme le souligne aussi la première partie, un retour sur des déclarations sur le rapport à la langue d’écrivain·es de différents pays permet de prendre conscience de l’hétérogénéité des situations, des paysages linguistiques et des représentations qui leur sont plus ou moins associées. Or l’on découvre que ces représentations diffèrent non seulement en fonction du rapport historique à la langue (héritage colonial ou choix individuel), mais que les valeurs projetées sur la langue sont aussi des faits / effets de parcours singuliers.

La seconde partie s’attarde sur « les mythes linguistiques et le sentiment de la langue » en s’intéressant par exemple aux utopies linguistiques ou encore aux valeurs positives attribuées à la langue française qui permettrait une plus grande liberté ou un heureux déplacement. La troisième partie quant à elle, interroge sur nouveaux frais la question des appropriations d’une langue. Ainsi, nous rappelle l’autrice, « l’usage d’une seconde langue a[-t-il] permis à nombre d’écrivains l’exploration de zones sensibles, ou de parts obscures du moi impossibles à pénétrer sans cette sorte de dédoublement psychique » (p. 130)

La variété des extraits cités et des cas envisagés est difficile à résumer, la pensée qui la sous-tend semblant avancer dialectiquement et neutraliser ainsi toute simplification binaire. Un Index nominum des auteur·trices cité·es permet de circuler facilement dans l’ouvrage qui constituera, à n’en pas douter, une excellente référence pour un public avisé ou plus large. Les extraits retenus sont passionnants, certaines anecdotes sont précieuses et rares. On peut regretter l’omission de certains noms d’auteurs qui ont fait de la réflexion sur la langue d’écriture un axe important de leur poétique et qui rejoignent par bien des points l’argument de l’ouvrage : Edmond Amran El Maleh qui a construit toute son œuvre contre la pensée conceptuelle, dans la foi en ce que les mots « cultivés » de toutes les langues peuvent révéler d’inouï ; ou encore Rachid Boudjedra dont l’écriture n’a eu de cesse d’interroger le plurilinguisme, la tentation de traduction interne qui en résulte, mais aussi la productivité des intraduisibles. Au reste, l’exhaustivité n’était pas envisagée, ni envisageable, dans un ouvrage qui propose surtout une démarche un peu mise de côté aujourd’hui où les approches culturelles (postcoloniales, décoloniales, etc.) semblent vouloir occuper tout le(s) terrain(s), dit-on. Surtout quand ces approches sont caricaturées au point de perdre de vue l’essentiel, la création littéraire et sa polysémie fondamentale, et d’assécher l’outil heuristique qui devrait permettre d’éviter un métadiscours hors sol.

On retiendra par ailleurs que n’allant pas sur le terrain des études culturelles, Martine Mathieu-Job ne s’interdit pas pour autant de convoquer, et parfois, de dialoguer avec des théoriciens comme Homi K. Bhabha, Jean-Marc Mourra, ou Stuart Hall. N’oublions pas de rappeler aussi qu’elle fait partie des médiateurices des approches postcoloniales puisqu’elle a co-traduit avec Jean-Yves Serra, L’Empire vous répond. Théorie et pratique des littératures post-coloniales[7].

Si l’ouvrage donne parfois l’impression de se constituer en « défense et illustration de la langue française », il fait toutefois place à une réflexion « multisite » car plurilingue que le recours à de nombreux exemples de textes et d’auteur·trices non francophones conforte largement. C’est même là le point fort de ce livre qui rétablit la littérature dans sa dimension artistique, ce que certaines approches quantitatives omettent parfois au point de tarir l’interprétation.

L’approche par les textes et le recentrement sur ce qui rassemble plutôt que sur ce qui sépare est une idée généreuse et d’une subversion hors de soupçon : « […] il me semble qu’il ne faut placer les écritures francophones dans aucun purgatoire transculturel ou (post)colonial en attente d’on ne sait quelle autre forme d’accomplissement. L’intérêt que j’éprouve pour elles n’est pas le signe d’un désamour ni une tentative de discrédit de la littérature française. Je ne les considère pas les unes par rapport à l’autre, et trouve désuètes les confrontations en fonction de couples binaires du type domination / émancipation ; acculturation / résistance ; aliénation / subversion. Si l’on s’arrête à cette modalité d’appréhension, ces caractérisations dualistes ne peuvent que receler des relents de ressentiment ou d’antagonismes ressassés emprisonnant les représentations alors que les écrivains francophones œuvrent à renouveler le prisme des perceptions. Ils plongent dans les abysses de la langue pour mieux l’ouvrir au grand large » (p. 200).

On ne peut qu’adhérer à ce principe qui neutralise la hiérarchisation induite par le couple « littérature française / littératures francophones ». Parviendra-t-on en revanche à faire oublier les frontières spatiales ou symboliques qui en modèlent la réception ?


[1] Jacques Derrida, Le Monolinguisme de l’autre, Paris, Galilée, 1996.

[2] Martine Mathieu-Job revient sur l’ouvrage de Derrida et rappelle le contexte qui a donné lieu à sa réflexion (cf. p. 55-58).

[3] Publié en 1986 par Champ Vallon.

[4] Cf. Dominique Combe, Questions, débats et polémiques, Presses Universitaires de France, 2019. 

[5] Philippe Jousset, Anthropologie du style. Propositions, Presses universitaires de Bordeaux, Pessac, 2008.

[6] John E. Jackson dans Passions du sujet. Essais sur les rapports entre psychanalyse et littérature, Paris, Mercure de France, 1990.

[7] ASHCROFT (Bill), GRIFFITHS (Gareth) & TIFFIN (Helen), L’Empire vous répond. Théorie et pratique des littératures post-coloniales. Traduction de Jean-Yves Serra et Martine Mathieu-Job. Pessac : Presses universitaires de Bordeaux, 2012.

visuel-de-couverture

L’afrofuturisme: présentation d’un projet de thèse doctorale par Mélissa Buecher-Nelson

Séance 1 des rencontres doctoriales à l’université Lyon 2.

Mélissa Buecher-Nelson

Mélissa Buecher-Nelson est doctorante chargée d’enseignement à l’université Johannes Gutenberg depuis avril 2021. Elle a débuté une thèse débutée en septembre 2021, sous la direction de Véronique Porra (Université de Mayence, Allemagne) sous le titre : Esthétique décoloniale et afrofuturisme dans la littérature francophone africaine de l’extrême contemporain.

Voici l’enregistrement de la présentation de son projet à l’université Lyon 2 en mars 2022.

Rencontre doctoriale

En présence et à distance sur inscription.

Le vendredi 04 mars, de 14h à 16h, en salle BEL. 211, l’association Traboules XX-XXI des doctorant.es de Lyon 2, accueille Mélissa Buecher-Nelson, doctorante à l’université de Mayence en Allemagne, pour présenter son projet de thèse débuté en septembre 2021: Esthétique décoloniale et afrofuturisme dans la littérature francophone africaine de l’extrême contemporain, sous la direction de Mme Véronique Porra.

Son travail de recherche étudie l’ambition commune de l’afrofuturisme et de la théorie de la décolonialité qui visent à déconstruire les concepts eurocentriques qui découlent d’un passé violent et d’une philosophie occidentale faussement “civilisatrice”. Ces deux approches critiques s’enracinent dans une pensée décoloniale et entendent reprendre possession de l’histoire et de l’imaginaire des afro-descendants. Elles cherchent également à réconcilier des interactions autrefois construites sur des rapports de forces en la conception d’un nouveau mode d’existence au monde et de production des savoirs.

Apparu en 1994, sous la plume de l’universitaire Mark Dery, dans l’essai Black to the Future, l’afrofuturisme désigne une contre-culture noire qui se dessine depuis les années 1960.Ce concept s’applique aux récits de l’imaginaire qui explorent, à travers la technologie, l’identité et le devenir noirs. La théorie émergente de la décolonialité, issue de l’espace latino-américain, amorce, quant à elle, un changement de paradigme dans la recherche en sciences humaines, notamment au sein d’un collectif de pensée : « modernidad/colonialidad », défini à partir des travaux de Quijano, Mignolo et de Dussel.

La présentation du travail de Mélissa sera suivie d’un temps d’échanges. Si vous le souhaitez, vous pouvez également intervenir à travers le chat puisque la journée sera également transmise via Zoom (lien transmis à la demande).

Commentaire du poème “Rêves” de Abdellatif Laâbi par Mathilde Autié

Commentaire du poème “Rêves” de Abdellatif Laâbi par Mathilde Autié

Rêves

Dans mon réduit

je me suis amusé à ranger

mes idées

à faire le tri dans mes rêves

En voici quelques uns

que j’ai d’abord hésité à garder :

Jouer à la roulette russe en compagnie de Dostoïevski

Aimer sans que le désir y soit pour quelque chose

Me réveiller un jour parlant toutes les langues du monde

Avoir des ailes, pas pour voler, juste comme parure…

Voir G.W. Bush traduit devant un tribunal international de justice

Libérer les arbres de leur immobilité…

Ecrire un premier livre

Acquérir une toque d’invisibilité

Faire une apparition au mariage de mon arrière-arrière-petite-fille ou petit-fils

Découvrir la source du mal

Jouer à la perfection de la cithare…

Rester assis seul dans le désert sept jours et sept nuits durant

Boire ce qui s’appelle boire, sans fumer

Serrer la main de Nazim Hikmet

Pêcher à la ligne les poèmes des peuples disparus…

Faire pousser un magnolia dans le jardin de la maison que je n’ai pas eus

Attendre à la porte de l’école la dernière de mes filles nées et la raccompagner à la maison

Traduire Dieu et moi de Jacqueline Harpman et en faire un best-seller dans le monde musulman

Dire à ma mère, de son vivant: Je t’aime

Extraire les balles qui ont troué le corps de Che Guevara, refermer ses blessures, lui caresser le front et lui murmurer en toute confiance: Lève-toi et marche!

Persuader Sisyphe qu’il a été victime d’une erreur judiciaire

Faire aboyer le mot chien (n’en déplaise au poète ami)

(extrait de L’arbre à poèmes. ANthologie personnelle 1992-2012, Poésie-Gallimard, 2016, p. 194-196)

Lire un Commentaire

Lawrence Venuti, The Translator’s Invisibility, Londres et New York, Routledge, coll. « Translation Studies », 1995 ; Taylor & Francis e-Library 2004.

Traduction française du premier chapitre de l’ouvrage, p. 1-42 : « Invisibility », par Louise Rendu, étudiante en master 2 de traduction. Relectrices : Nadjat Laib et Touriya Fili-Tullon. Traduction révisée par Hubert Tullon.

Chapitre premier – L’invisibilité

Je conçois la traduction comme la tentative de rédiger un texte si limpide qu’il ne semble pas avoir été traduit. Une bonne traduction est comme une vitre ; on ne la remarque que si elle a de petites imperfections comme des rayures ou des bulles d’air. Dans l’idéal, il ne devrait pas y en avoir. Elle ne devrait jamais attirer l’attention sur elle-même.

Norman Shapiro

I.

L’« invisibilité » est le terme que j’emploierai pour définir le statut et la fonction du traducteur ou de la traductrice dans la culture anglo-américaine contemporaine. Il se réfère à deux phénomènes interdépendants : le premier résulte de l’illusion engendrée par la rhétorique, par le maniement de l’anglais que fait la personne qui traduit ; le second est la pratique de lecture et d’appréciation des traductions qui domine depuis longtemps au Royaume-Uni et aux États-Unis, comme dans d’autres cultures, à la fois en anglais et dans d’autres langues. Un texte traduit – qu’il soit en prose ou en vers, de fiction ou non – est considéré comme acceptable par la plupart des éditeurs et éditrices, des critiques et des lecteurs et lectrices, quand il se lit sans effort et que l’absence de toute anomalie linguistique ou stylistique le rend évident, ce qui donne l’impression qu’il reflète la personnalité ou la pensée de l’écrivain·e étranger·ère ou l’idée principale du texte étranger. En d’autres termes, l’impression que le texte traduit n’est pas en réalité une traduction, mais le texte « original ». Cette impression d’évidence provient d’une langue fluide et de l’effort du traducteur / de la traductrice en vue de garantir une lecture aisée par le respect de l’usage courant de la langue, sans bousculer la syntaxe, mais en assurant une signification claire.Ce qui mérite d’être noté ici, c’est que cet effet trompeur masque les nombreuses conditions qui pèsent sur la réalisation de la traduction, à commencer par l’intrusiondécisive du traducteur dans le texte étranger. Plus la traduction est fluide, plus le traducteur ou la traductrice est invisible et plus l’auteur / autrice ou le sens du texte étranger sont réputés manifestes.

Lire la suite:

Rencontre avec Salim Jay écrivain, critique littéraire et fin gourmet

“[…] tout homme mangeant à sa faim m’apparaissait comme suspect d’exercer sur les autres vertébrés un abus de position dominante.” Salim Jay, L’oiseau vit de sa plume (Belfond, 1969)

Lundi 12 avril à 10h00 en visioconférence sur Zoom (lien envoyé à la demande) Répondantes: Emilie Mollaret, Jiang Tingting et Senay Kantaroglu

(étudiantes à l’université Lyon2)

Dans cette rencontre avec l’auteur, il sera question des mots et des mets, de littérature et de nourriture. C’est pour cela que la discussion portera sur la relation complexe entre littérature et lecture et la manière dont l’une se “nourrit” de l’autre. Mais il y sera aussi question d’un sujet abordé avec humour par l’auteur: celui du statut de l’écrivain et de la dimension “alimentaire” du métier d’écrivant.e.

Master Class de Ghassan Lutfi Jeudi 4 mars (10h00-12h00) en visioconférence dans le cadre du séminaire d’Histoire des théories et des pratiques de la traduction du master TLEC (Traduction littéraire et édition critique) de l’Université Lyon 2.

Gahssan Lutfi, L’éthique du traduire selon Antoine Berman

Ghassan Lutfi, maître de conférences au département de traduction de l’université de Constantine, Algérie. Il y enseigne notamment la traduction, l’histoire de la traduction, et la critique des traductions. Sa thèse de doctorat, dont une partie a donné le livre “L’absolu critique”, porte sur les traductions françaises de Naguib Mahfouz à travers le prisme de l’analytique bermanienne. Son principal domaine de recherche est la relation entre traduction et littérature (dans le sens large du terme, qui englobe aussi le texte religieux) sous ses différents aspects: critique des traductions; traducteur/rice fictionnel(le); les métaphores de la traduction et la traduction en tant que métaphore; éthique, poétique et politique du traduire. Il est aussi traducteur littéraire, principalement de l’anglais et du français vers l’arabe (Pierre Bayard, Pierre Lemaitre, Josh Malermann, Mohammed Dib).

Participation sur inscription par mail: ciclim.info@gmail.com

“Lectures féministes et postcoloniales”. Rencontre en visioconférence avec Hourya Bentouhami-Molino dans le cadre de l’atelier Recherche appliquée du master Genre, Littératures, Cultures (Université Lyon 2)

Hourya Bentouhami est maîtresse de conférences en philosophie à l’Université de Toulouse Jean Jaurès. Ses recherches portent sur la non-violence et la désobéissance civile dans une perspective féministe et postcoloniale.  Elle abordera pendant la rencontre du 5 mars (10H00 à12h00) la question de ce que l’approche féministe et postcoloniale change à nos lectures, à notre corpus et à nos manières de (re)lire. 

Pour assister à la conférence en direct, suivre le lien Zoom. L’accès est gratuit et ouvert à toutes et à tous mais la condition est de s’inscrire avec Nom et Prénom.

Touriya Tullon vous invite à une réunion Zoom planifiée.

Sujet : Conférence de Hourya Bentouhami-Molino
Heure : 5 mars 2021 10:00 Paris

Participer à la réunion Zoom
https://zoom.us/j/93139394008?pwd=RFhlYkFqWFN1eWhGU3lWYmJOL3JLZz09

ID de réunion : 931 3939 4008
Code secret : 0shL7K

À l’écoute des écrivain.e.s marocain.e.s avec Fouad Mehdi

Comment partager une sensibilité de lecteur sans verser dans l’académisme élitiste et autosuffisant ?

C’est le défi relevé par Fouad Mehdi dans de courts essais sur des auteurs et des autrices francophones du Maroc, rassemblés dans un même ouvrage et publiés aux éditions Virgule en 2018, sous le titre À l’écoute des écrivains marocains. L’ouvrage s’adresse aussi bien à un public large qui souhaiterait découvrir cette littérature contemporaine qu’à des connaisseurs plus affirmés de ce corpus. En effet, et comme le fait remarquer le très juste avant-propos de Fouad Laroui à cet ouvrage, cette « méthode […] permet de porter un regard neuf sur des œuvres connues et cent fois analysées ». Pas toutes cependant, car s’il est vrai que La Boîte à merveilles de Sefrioui a fait couler beaucoup d’encre (de toutes les couleurs, pourrait-on dire), l’ouvrage de Fouad Mehdi permet aussi de découvrir de nouvelles voix moins diffusées dans les mondes francophones. La lecture est donc promise comme une écoute, c’est-à-dire comme mise en résonance en soi et autour de soi de cette constellation littéraire dont l’hétérogénéité préfigure la singularité de chaque écrivain ou écrivaine. Aucun dispositif de classement, aucune grille de lecture jargonnante ou tonitruante ; sous des titres efficaces et sans fioritures, il n’y a rien qui pose ou qui pèse.  

C’est autour de cette approche « subjective » des textes que se déroulera la prochaine visioconférence avec Fouad Mehdi, le vendredi 29 janvier à 19H00 (le lien Zoom sera communiqué ultérieurement). Il y sera question de Laâbi, Mernissi, Sefrioui, Leftah, El Maleh, Nedali, Bouignane, Tbeur, Tizilkad et Ammi.

Fouad Mehdi est agrégé de français. Ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Fontenay Saint-Cloud, il a été formateur au Centre de préparation à l’agrégation de l’ENS de Meknès.
Depuis 2013, il est enseignant-chercheur à la faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Meknès où il enseigne notamment la littérature marocaine.

Enfances d’ici et d’ailleurs

Rencontre avec Hicham Houdaïfa, auteur de Enfance au Maroc: une précarité aux multiples visages, (En Toutes Lettres, 2020), et de Kenza Sefrioui en tant que co-éditrice, jeudi 3 décembre à 16H00. La rencontre est animée par les étudiant.e.s du parcours Lettres appliquées de l’Université Lyon 2.

Enfance au Maroc

L’auteur .

Hicham Houdaïfa

Hicham Houdaïfa est né à Casablanca en 1969. Journaliste depuis 1996, il a travaillé pour plusieurs organes de presse, notamment Al Bayane, où il a tenu la rubrique Société. Entre 1999 et 2002, il a été correspondant d’Afrique Magazine à New York. Il s’est aussi occupé des pages Société du Journal hebdomadaire, d’octobre 2004 à la fermeture du magazine en janvier 2010. Il collabore aujourd’hui régulièrement à l’hebdomadaire La Vie économique.

Durant son parcours, Hicham Houdaïfa a essentiellement travaillé sur des sujets sociétaux : liberté de culte, droits des femmes, situation des migrants subsahariens… Il est cofondateur avec la journaliste Kenza Sefrioui d’EN TOUTES LETTRES, maison d’édition spécialisée dans l’essai journalistique, où il dirige la collection Enquêtes.

BIBLIOGRAPHIE

Dos de femme, dos de mulet, les oubliées du Maroc profond, En toutes lettres, Coll. Enquêtes (Casablanca), 2015, finaliste du Prix Grand Atlas 2015

Extrémisme religieux, plongée dans les milieux radicaux du MarocEn toutes lettres, Coll. Enquêtes (Casablanca), 2017, prix spécial du jury du Prix Grand Atlas 2017.

Migrations au Maroc: l’impasse, collectif, En toutes lettres, Coll. Enquêtes (Casablanca), 2019

Enfance au Maroc, une précarité aux multiples visagesEn toutes lettres, Coll. Enquêtes (Casablanca), 2020

Après l’Orientalisme, l’occidentalisme?

Visioconférence de Maxime Del Fiol

Discussion animée par Camille Lotz et Touriya Fili-Tullon

jeudi 19novembre 2020 à 10H00 (Zoom)

M. Del Fiol, C.C. Mitatre (dir.), Les Occidents des mondes arabes et  musulmans. Afrique du Nord.
couverture d’ouvrage.

 Si le paradigme saïdien d’un orientalisme suspect continue de servir encore aujourd’hui de référence acquiescée, sa réception critique a particulièrement évolué au point de ré-envisager la « repolarisation sémantique positive » de la notion d’orientalisme(s), notion désormais envisagée au pluriel. En effet, il n’est plus question de jeter le bébé de l’orientalisme avec l’eau du bain impérialiste dès lors qu’il est considéré comme une attitude, une posture, y compris chez « l’oriental » lui-même (Pouillon et Vatin, 2011).

Dans une même volonté de sortir du clivage Orient / Occident et de le nuancer, la notion d’occidentalisme-s, non plus au sens de « haine contre l’Occident » (Buruma et Margalit), mais conçue comme l’envers symétrique de l’orientalisme, est interrogée à son tour depuis quelques années. Dans ce sens, Maxime Del Fiol emprunte la notion à Robbert Woltering et propose une «problématisation et une acclimatation du concept en critique littéraire ». Cette problématisation commence elle aussi par l’adoption du pluriel «occidentalismes » au lieu du singulier, considéré comme « réductionniste » et /ou « essentialiste ». L’intérêt de ce « paradigme » serait le renversement qu’il « opère par rapport à la perspective orientaliste dominante ».

Maxime Del Fiol (Université Montpelier 3)
Maxime Del Fiol, ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure de Fontenay Saint-Cloud, agrégé de lettres modernes et docteur ès lettres, est professeur de littératures francophones à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, où il est responsable du master d’Etudes culturelles. Il est également membre du laboratoire RIRRA 21 (EA 4209), dont il dirige le programme « Francophonies et mondialisation des littératures ». Ses travaux portent sur la poésie française contemporaine, les littératures francophones postcoloniales, la mondialisation des littératures et l’Islam arabe. Il a dirigé plusieurs volumes collectifs, notamment Les Occidents des mondes arabes et musulmans. Afrique du Nord, XIXe-XXIe siècles (en collaboration avec Claire Cécile Mitatre, Paris, Geuthner, 2018) et il a publié deux ouvrages personnels : Salah Stétié. Figures et infigurable (Paris, Alain Baudry et Compagnie, 2009) et Lorand Gaspar. Approches de l’immanence (Paris, Hermann, 2013). Son prochain livre, De la littérature française à la littérature mondiale en français. Pour une relecture francophone de l’histoire littéraire française (Paris, Classiques Garnier, à paraître en 2020 ou 2021), consacré aux littératures francophones, est également une contribution à l’élaboration d’une histoire littéraire transnationale des littératures de langue française.

Documentation

L’orientalisme à la polonaise

La nouvelle étape dans les relations algéro-polonaises s’est ouverte au lendemain de l’indépendance d’Algérie. La République populaire de Pologne a noué des relations diplomatiques avec le Gouvernement provisoire de la République algérienne même avant la proclamation de la république indépendante.

 Conférence de Jędrzej Pawlicki (Université Adam Mickiewicz Poznań)/ webinaire le jeudi 29 octobre 2020 de 19H00 à 20H00 (Heure de Paris)

J. Pawlicki

Les relations entre la Pologne et l’Afrique du Nord datent du XIXe siècle. Suite à la défaite de l’insurrection polonaise contre l’occupant russe en 1831, les anciens soldats se sont réfugiés en France. Leur arrivée s’est heurtée à l’accueil mitigé de la part des autorités françaises. Le gouvernement de la Monarchie de Juillet cherchait à l’époque à mieux asseoir son pouvoir face aux puissances européennes dont la Russie et à maintenir le calme dans le pays tandis que les immigrés polonais étaient considérés comme des trublions et des révolutionnaires-nés dans une Europe secouée par des vagues de révolte successives. Créée en mars 1831, la Légion étrangère est vite devenue un moyen de garder les anciens insurgés polonais en dehors de l’Europe. Compte tenu du fait que Louis-Philippe a gagné sa couronne grâce à une révolution, le nouveau roi n’a pas renoncé à la conquête de l’Algérie, entamée déjà sous la Restauration, pour souligner ses ambitions impériales et confirmer son autorité. C’est ainsi que l’idée d’employer les soldats polonais à la guerre coloniale est née.

La nouvelle étape dans les relations algéro-polonaises s’est ouverte au lendemain de l’indépendance d’Algérie. La République populaire de Pologne a noué des relations diplomatiques avec le Gouvernement provisoire de la République algérienne même avant la proclamation de la république indépendante. Le partenariat des deux pays s’est fait dans le cadre de coopération économique, scientifique et commerciale qui a permis aux employés polonais – ingénieurs, enseignants, médecins – de partir en Algérie. À partir des années 1970 l’entreprise polonaise « Polservice » a envoyé en Algérie environ 1500 coopérants qui s’y sont installés avec leurs familles en créant toute une diaspora polonaise en Afrique du Nord. Le symbole de la coopération algéro-polonaise se trouve au centre même d’Alger : le fameux Maqam El Chahid, mémorial du Martyr, a été dessiné, entre autres, par l’artiste polonais Marian Konieczny qui a sculpté trois figures montant la garde à la base du monument (un moudjahid de l’armée de l’intérieur, un soldat de l’armée des frontières et un soldat de l’armée indépendante actuelle). Les coopérants ont quitté l’Algérie à la veille de la décennie noire qui a brusquement mis fin aux échanges entre les deux pays.

Le retour des coopérants en Pologne, la distance géographique et temporelle, ainsi que leurs départs à la retraite ont poussé maints employés à rédiger des souvenirs. Je vous propose la lecture d’un récit publié en 2007 par Michał Christian qui a travaillé à Annaba et Alger en tant qu’ingénieur et mécanicien dans les années 1986-1990. Il est parti en Algérie pour rejoindre sa femme, historienne polonaise qui a travaillé sur l’Afrique du Nord. L’analyse de son livre Les musulmans, l’islam et moi. Souvenirs d’un coopérant (1986-1990) (publié en polonais) permet de dégager des éléments du discours islamophobe contemporain, influencé surtout par les idées d’Oriana Fallaci. Ledit discours s’appuie sur la peur des populations occidentales après le 11 Septembre et véhicule une vision monolithique de la culture arabo-musulmane.


Jędrzej Pawlicki – maître de conférences à l’Institut de philologie romane à l’Université Adam Mickiewicz à Poznań. Il a travaillé, entre autres, sur Yasmina Khadra, Boualem Sansal, Assia Djebar et Driss Chraïbi. Il s’intéresse à l’histoire d’Algérie et aux motifs religieux dans les littératures maghrébines.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search