COMPTE RENDU DU SALON DU LIVRE DU MAGHREB ORIENT

De Jacopo Caccin et Elena Donati

La collaboration entre l’association Coup de Soleil, dirigée par Georges Morin, et iReMMO (Institut de Recherche sur la Méditerranée et le Moyen-Orient), dont le président est Jean-Paul Chagnollaud, donne naissance au Maghreb Orient des Livres, qui, depuis trois ans, accueille et promeut la production artistique du Maghreb et du Moyen Orient.
Le but ultime de ce binôme ne se limite pas à la diffusion des littératures de ces régions ; il jette aussi un éclairage critique sur leur histoire contemporaine.
Cette année, la manifestation a eu lieu de vendredi 7 à dimanche 9 février, à l’Hôtel de Ville de Paris, et a compté la présence d’environ 150 auteur.e.s participant aux débats, aux présentations des livres, aux dédicaces et aux entretiens. En outre, un vaste public et un grand nombre de médias concernés, tels que Télérama, France 24, l’Institut Français, Beur FM ont activement pris part à la couverture de l’événement. 

Immagine che contiene interni, armadietto, frigorifero

Descrizione generata automaticamente

Le site de la mairie a été organisé de façon à permettre le déroulement de plusieurs activités simultanées et à les maintenir bien distinctes logistiquement : au premier étage, deux salles principales, l’une accueillant la section librairie, dédicaces et entretiens, et l’autre rassemblant l’espace des médias, la librairie arabophone et la librairie Jeunesse, ainsi qu’un salon de restauration. En descendant au sous-sol, on accédait à l’auditorium et à la Salle Lacoste où se tenaient les tables rondes, les rencontres et les projections des films. Le programme de la manifestation, bien structuré et organisé, offrait aux visiteurs une grande variété de conférences. Chaque journée tournait autour d’une ou deux thématiques : la première était consacrée aux rapports entre les pays du Maghreb et du Moyen Orient avec la France et à la question de la langue arabe, tandis que la deuxième et la troisième abordaient des thématiques plus transversales.

 En effet, même s’il s’agit d’une manifestation dont la nature est fortement littéraire, l’attention aux enjeux socio-politiques est bien soutenue, aussi bien dans le choix des conférences que dans celui concernant les narrations et les voix auxquelles donner de l’espace. Cette inclination a été un véritable catalyseur de l’intérêt public, comme nous l’a montré, par exemple, l’incroyable participation à « Vents de révolte : Algérie, Liban, Irak » présidée par le journaliste algérien Mustapha Benfodil, la journaliste et écrivaine libanaise Joumana Haddad et Charles Thepaut, diplomate français expert de l’Irak. Lors d’une table ronde, les trois ont discuté des différentes formes de mobilisations populaires nées dans ces pays à la suite d’une insatisfaction générale porteuse de la volonté de construire des nations plus égalitaires.

Immagine che contiene parete, persona, sedendo, pavimento

Descrizione generata automaticamente

« Ces représentations constituent un portrait qui permet de développer et d’approfondir la connaissance des situations qui touchent des communautés perçues comme distantes, mais qui en fait sont toujours en communion avec nous, immigrés de deuxième et troisième génération. A l’aube du 2020, une multitude de pays est loin de se voir libre : en parler signifie ne pas en oublier l’existence » commente Fatima, une parmi les nombreux visiteurs qui chaque année prennent part à la manifestation.

Le public, également, se compose de personnes provenant du monde entier. Un coup d’œil suffit pour y reconnaitre le trait fondamental de la manifestation : il s’agit d’un vrai carrefour, d’un espace libre et ouvert où la pluralité stimule et enrichit la confrontation entre les experts et les visiteurs qui, de leur côté, ont la possibilité de participer aux débats finaux et de vivre ainsi une expérience édifiante.

Les raisons qui les y amènent ainsi que les parcours sont très variés. De son coté, Louise, qui travaille à l’Institut de langue arabe nous confie : « Je participe de manière particulièrement active aux débats, mais la raison principale qui m’attire est la possibilité d’écouter les entretiens des auteur.e.s, de connaitre de près les processus d’écriture, de découvrir ce qui les a secoués et qui leur a permis de nous secouer à notre tour […] La richesse de la programmation, la capacité de recueillir dans un seul endroit un grand nombre d’écrivain.ne.s, d’historien.nes et de spécialistes est la force de cet événement, dont la résonance est à grande échelle ». De plus, on remarque que le salon garantissait aussi une parité de genre parmi les invité.e.s, élément d’intérêt particulier aussi bien pour Coup de Soleil que pour iReMMo, les deux entes organisateurs.

Pourtant, le salon n’est pas seulement un canal de transmission pour l’ouvrage d’un.e auteur.e ou l’histoire d’un pays, mais il est porteur lui-même d’une tradition, d’un héritage partagé. A cet égard Sophie affirme – « Je crois cependant que la présence d’une zone de restauration et de petits concerts, très souvent sous-estimée, contribue à l’immersion dans la culture » – comme, d’après nous, le font aussi les ateliers en langue arabe et la lecture des contes pour les enfants.

Immagine che contiene interni

Descrizione generata automaticamente
Immagine che contiene pavimento, interni, tavolo, parete

Descrizione generata automaticamente

De l’autre côté, en ce qui concerne notre expérience, nous avons participé au Maghreb et Orient des Livres en tant que bénévoles. Parmi nos taches, nous devions nous occuper de l’accueil du public, en le renseignant sur la manifestation et sur les associations qui l’organisaient. Nous devions aussi soigner la préparation des différentes salles des rencontres et des entretiens, à savoir : vérifier les affiches à la porte, positionner les chevalets et les gobelets avant les rencontres, veiller sur le bon déroulement des conférences, faire passer le microphone parmi le public lors des débats, compter et ensuite transmettre le nombre de participant.e.s. Puisque ces taches impliquaient notre participation, nous avons pu ainsi assister à de nombreuses rencontres. Parmi les plus intéressantes, le café littéraire « Un siècle au féminin » avec les écrivaines Carine Fernandez, Yasmine Klaht et Joumana Haddad, activiste et journaliste, qui ont raconté leur vie en rapport avec les événements historiques contemporains de leurs pays d’origine (dans l’ordre : Arabie-saoudite, Egypte et Liban) et la manière dont ces derniers ont influencé leur vocation d’écrivaines.
Des films aussi ont été projetés pendant les jours du salon pour dénoncer de façon visuelle la réalité contemporaine des pays du Maghreb et du Moyen-Orient et pour insuffler, même à travers le cinéma, un message d’espoir, comme dans le cas du métrage « UTILES – Joussour : des associations au service de la population » : le film, réalisé par Bahïa Bencheick-El-Fegoun en collaboration avec Joussour, un programme de coopération franco-algérienne au service de la jeunesse, montre le travail de sensibilisation et de soins médicaux chez les jeunes en Algérie de la part des médecins faisant partie du programme, avec une attention particulière aux femmes.  

Sur le plan personnel, notre avis sur cette manifestation ne pouvait être qu’enthousiaste. Le salon Maghreb-Orient des livres nous a donné l’accès à la découverte d’un monde inconnu : en Italie, d’où nous provenons et où nous étudions, la littérature française « de la Métropole » représente le véritable focus, alors que dès notre arrivée à l’université Lumière de Lyon grâce au programme Erasmus, nous avons découvert l’horizon des littératures dites francophones. Prendre part à la manifestation cette année a été une expérience d’enrichissement culturel et personnel incroyables, car pendant deux jours, nous avons pu nous plonger dans une ambiance riche de savoir et de connaissance. Faire connaitre la réalité des pays du Maghreb et du Moyen Orient au moyen d’un échange culturel et littéraire nous paraît un excellent moyen pour déconstruire des idées reçues. La participation aux conférences, que nous avons trouvées toutes très intéressantes, nous a permis de nous confronter à des thématiques très actuelles et qui restent souvent dans l’ombre par rapport aux phares des médias, comme d’ailleurs le sont les littératures de ces pays. Ce bouleversement de perspective nous a sensibilisé.e.s à la réalité de ces nations. De plus, la présence d’experts provenant de différentes disciplines, notamment des écrivain.e.s, des journalistes et des diplomates, souvent originaires des nations en question, maintenait le caractère sérieux de la manifestation sans pourtant effacer son côté intime et convivial que permettaient des interactions libres avec les spécialistes.

La manifestation a été aussi un lieu de travail merveilleux où on pouvait respirer un fort air de collaboration et de chaleur presque familiale parmi les organisateur.ice.s. Dès la première journée de bénévolat, nous avons été accueilli.e.s et guidé.e.s avec beaucoup de bienveillance  par les organisateur.ice.s, ce qui a rendu l’expérience du bénévolat fortement agréable. Malgré nos connaissances limitées dans le champ des « littératures francophones », ce premier pas a stimulé aussi bien une prise de conscience qu’un intérêt accru pour ces régions et leurs productions littéraires et artistiques. Mettre en lumière et promouvoir un champ encore marginalisé, le plus souvent par ignorance, nous paraît être l’une des fonctions les plus remarquables de ce genre de manifestations. En cela, le Maghreb-Orient du livre remplit pleinement son rôle.

De quelques revues francophones: instances de légitimation et renouvellement de la critique.

Il s’agira de sensibiliser les jeunes chercheur.e.s la manière dont une revue se transforme en organe de légitimation: sélection des thèmes et des corpus, choix des présupposés épistémologiques, constitution des comités scientifiques, lecture en double “aveugle”, etc. Symétriquement, on apprendra aussi comment une revue acquiert elle-même cette légitimité : classement international, autorité, diffusion, réseaux.

Journée d’études du 23 mars 2020, à l’Université Lyon 2

Axe de recherche du laboratoire Arts et Littératures : XX-XXI: Enjeux contemporains de la critique et de la théorie.

Les difficultés réelles auxquelles sont confrontées les revues n’ont d’égal que la détermination de celles et ceux qui persistent à y croire.  Ces difficultés se multiplient lorsqu’il s’agit de faire vivre une revue de type académique, qui vise un public forcément confidentiel. De plus, comme pour l’ensemble des publications en papier, les revues ont, elles aussi, été affectées par les nouveaux usages induits par les technologies numériques. Celles-ci ont même fait partie des premiers supports à être mis en ligne. Cette nouvelle façon de diffuser les contenus scientifiques a obligé les maisons d’édition, les rédacteur.ice.s en chef ainsi que les auteur.e.s, à repenser leur pratique éditoriale et à s’adapter à un nouvel environnement numérique : de nouveaux modèles économiques ont vu le jour et de nouveaux canaux de transmission ont émergé. Ces nouvelles technologies numériques ont-elles été bénéfiques aux revues ou au contraire leur ont-elles nui en les diluant dans une immense offre numérique mondiale, où seules les puissantes structures, surtout anglophones, occupent les premières places ? Comment les éditeur.ice.s de revues francophones (en particulier celles spécialisées dans les sciences humaines et sociales) se sont-illes organisé.e.s pour donner plus de visibilité à leurs publications ? Comment les auteur.e.s, qui ont vu se multiplier les offres de publication en ligne, ont-illes réagi aux nouveaux enjeux éditoriaux ? Et Enfin comment les structures éditoriales publiant des revues se sont-elles organisées pour faire face à cette nouvelle réalité?

L’intérêt de proposer une journée d’étude autour des revues académiques est double: d’abord, présenter aux étudiant.e.s l’occasion de discuter avec des responsables de publications qui peuvent rendre compte des coulisses d’un numéro de revue; ensuite réfléchir à l’importance des revues dans la structuration d’un champ littéraire, notamment quand il s’agit d’un champ aux contours aussi instables que celui de la francophonie littéraire.  

Il s’agira aussi de sensibiliser les jeunes chercheur.e.s la manière dont une revue se transforme en organe de légitimation: sélection des thèmes et des corpus, choix des présupposés épistémologiques, constitution des comités scientifiques, lecture en double “aveugle”, etc. Symétriquement, on apprendra aussi comment une revue acquiert elle-même cette légitimité : classement international, autorité, diffusion, réseaux.

Les stratégies et les procédures de reconnaissance sont multiples dans le champ littéraire «francophone » et la critique académique en représente une instance singulière: établissement d’un corpus, rapport au canon (même en adoptant parfois la posture de la marginalité).

Quels critères de légitimation sont à l’œuvre dans la critique/recherche académique ? selon quelles modalités énonciatives et théoriques aussi (chaque approche entraînant une nouvelle forme de normativité scientifique) un discours a pu se constituer comme « savoir » légitime sur cette littérature qui ne cesse pourtant de s’interroger sur la cohérence de son champ?

Par ailleurs, comment les revues se transforment également en instance médiatique? S’agit-il d’une fabrique de l’écrivain.e ? avec quelles stratégies de patrimonialisation ? quels espaces sont préservés pour accueillir l’innovation? 

En quoi est-ce que la théorie y rejoint-elle la critique ? s’agit-il d’une critique de la critique (métacritique) ? Quelles images de la francophonie littéraire ? quels rôles : transmission, médiation, déconstruction ? Se pose aussi la question de la portée internationale des revues et, de fait, des différentes postures critiques caractéristiques de chaque tradition critique dans chaque langue et contexte national au sein duquel une revue intervient. On ne juge pas de la même manière et par le truchement des mêmes expert.e.s un article provenant du monde universitaire postcolonialiste américain rédigé en anglais et un article en français. L’internationalisation de la recherche et des lectorats induit une pluralisation des approches critiques au sein de l’appareil évaluatif des revues. 

Les revues académiques qui seront présentées pendant cette journée sont: Horizons/théâtre (PUB), Expressions maghrébines (CICLIM et Université de Tulane) et Francofonia (Université de Bologne), La Vie des idées (Collège de France), L’Insensé (site collectif).

En jetant un éclairage latéral sur le fonctionnement des revues académiques, c’est aussi un retour sur la constitution des savoirs et de leur transmission qui est visé. (Le mot savoir est entendu en tant qu’ensemble de discours dont il n’est pas question de juger du fondement de manière normative). En outre, la question du discours sera articulée à celle des réseaux et à leur rôle dans l’élaboration de poétiques partagées.  

Enfin, d’autres revues non académiques seront présentées par des chercheur.e.s et des étudiant.e.s. Cette journée, qui articule recherche et formation, implique également des étudiant.e.s ERASMUS en échange à l’U. Lyon 2 dans le cadre de la convention de la collaboration avec l’U. de Bologne. Un atelier de formation animé par les participant.e.s permettra de répondre aux questions sur la rédaction d’un article de revue.

Bibliographie indicative

Aron, Paul, « Les revues littéraires, média privilégié de l’identité culturelle ? », dans L’Identité culturelle de la Belgique et de la Suisse francophones. Actes du colloque international de Soleure (juin 1993), sous la direction de Paul Gorceix, Paris, Champion, 1997, pp. 108-120.

Bourdieu, Pierre, Les règles de l’art. Structure et genèse du champ littéraire. Paris : Seuil, 1992.

Bureau, Sylvain, Petite revue sur la revue de littérature à l’usage des candides. Le Libellio d’AEGIS, 2011, 7 (4 – Hiver), pp.65-73.

Maingueneau, Dominique, Trouver sa place dans le champ littéraire. Paratopie et création, Louvain-la-Neuve, Academia-L’Harmattan, « Au cœur des textes », 2016.

Vuelta, Nieves Ibeas et Gaspar Galán, Antonio, « Discours et légitimation », Carnets [En ligne], Deuxième série – 9 | 2017, mis en ligne le 31 janvier 2017, consulté le 21 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org.acces.bibliotheque-diderot.fr/carnets/2063


Organisateurices 

-Equipe Passages Arts et littératures : XX-XXI.

-Equipe CICLIM (Coordination internationales des chercheur.e.s sur les littératures maghrébines)

-De l’Université Lyon 2 :

Sarah Al Matary (MCF U. Lyon 2)

Touriya Fili-Tullon (MCF U. Lyon 2)

Marie-Jeanne Zenetti (MCF U. Lyon 2)

Valérie Orlando (professeure Littératures francophones)

Elena Donati (étudiante U. Lyon2/ U. Bologne)

Jacopo Caccin (étudiant U. Lyon2/ U. Bologne)

Lyna Drici (étudiante U. Lyon2)

-De l’ENS de Lyon : Noémie Cadeau (étudiante ENS Lyon)

invité.e.s: 

Maria Chiara Gnocchi <mariachiara.gnocchi@unibo.it> 

Edwige Tamalet : etamalet@tulane.edu

Omar Fetat: Omar.Fertat@univ-bordeaux.fr 

Jérémie Majorel Jeremie.Majorel@univ-lyon2.fr

Sarah Almatary Sarah.Almatary@univ-lyon2.fr

Najet Laïb: laib.najet@gmail.com

Livraison Revues (Catherine Goffaux)

Partenaires

Université Lyon

Université Bordeaux

Université de Grenoble

Coup de soleil  

Contact: ciclim.info@gmail.com

Modalités de participation: 

Frais de participation: 20 euros pour couvrir les frais du repas de midi. 

Gratuité pour les adhérent.e.s de la CICLIM. 

Transport et frais de séjour à la charge des participant.e.s.