Après l’Orientalisme, l’occidentalisme?

Visioconférence de Maxime Del Fiol

Discussion animée par Camille Lotz et Touriya Fili-Tullon

jeudi 19novembre 2020 à 10H00 (Zoom)

M. Del Fiol, C.C. Mitatre (dir.), Les Occidents des mondes arabes et  musulmans. Afrique du Nord.
couverture d’ouvrage.

 Si le paradigme saïdien d’un orientalisme suspect continue de servir encore aujourd’hui de référence acquiescée, sa réception critique a particulièrement évolué au point de ré-envisager la « repolarisation sémantique positive » de la notion d’orientalisme(s), notion désormais envisagée au pluriel. En effet, il n’est plus question de jeter le bébé de l’orientalisme avec l’eau du bain impérialiste dès lors qu’il est considéré comme une attitude, une posture, y compris chez « l’oriental » lui-même (Pouillon et Vatin, 2011).

Dans une même volonté de sortir du clivage Orient / Occident et de le nuancer, la notion d’occidentalisme-s, non plus au sens de « haine contre l’Occident » (Buruma et Margalit), mais conçue comme l’envers symétrique de l’orientalisme, est interrogée à son tour depuis quelques années. Dans ce sens, Maxime Del Fiol emprunte la notion à Robbert Woltering et propose une «problématisation et une acclimatation du concept en critique littéraire ». Cette problématisation commence elle aussi par l’adoption du pluriel «occidentalismes » au lieu du singulier, considéré comme « réductionniste » et /ou « essentialiste ». L’intérêt de ce « paradigme » serait le renversement qu’il « opère par rapport à la perspective orientaliste dominante ».

Maxime Del Fiol (Université Montpelier 3)
Maxime Del Fiol, ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure de Fontenay Saint-Cloud, agrégé de lettres modernes et docteur ès lettres, est professeur de littératures francophones à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, où il est responsable du master d’Etudes culturelles. Il est également membre du laboratoire RIRRA 21 (EA 4209), dont il dirige le programme « Francophonies et mondialisation des littératures ». Ses travaux portent sur la poésie française contemporaine, les littératures francophones postcoloniales, la mondialisation des littératures et l’Islam arabe. Il a dirigé plusieurs volumes collectifs, notamment Les Occidents des mondes arabes et musulmans. Afrique du Nord, XIXe-XXIe siècles (en collaboration avec Claire Cécile Mitatre, Paris, Geuthner, 2018) et il a publié deux ouvrages personnels : Salah Stétié. Figures et infigurable (Paris, Alain Baudry et Compagnie, 2009) et Lorand Gaspar. Approches de l’immanence (Paris, Hermann, 2013). Son prochain livre, De la littérature française à la littérature mondiale en français. Pour une relecture francophone de l’histoire littéraire française (Paris, Classiques Garnier, à paraître en 2020 ou 2021), consacré aux littératures francophones, est également une contribution à l’élaboration d’une histoire littéraire transnationale des littératures de langue française.

Documentation


Auteur/autrice : Touriya Fili-Tullon

Maîtresse de conférences en littératures francophones et comparées (Mondes arabes), Passages XX-XXI, Université Lumière Lyon 2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.