« Oui, mes Joueurs étaient des médiums», Colette Fellous redistribuant les cartes de Cézanne : de l’ex-position au legs

La présence d’images dans les récits autobiographiques de Colette Fellous se trans-forme en critère qualifiant l’écriture de soi. Dans ses romans, notamment dans Plein été, l’autrice fait place aussi bien par les mots que par les images aux Joueurs de cartes de Cézanne au point d’en façonner un leitmotiv structurant son écriture autobiographique.



25 Septembre à l’Université Lyon 2: Rencontre avec Medrar Sallem Âati (UniversitéJean Monnet Saint-Étienne et Université de Tunis, ECLLA (ED 3LA 484) & Intersignes (LR14ES01) dans le cadre du séminaire “Récits hors cadres”

La présence d’images dans les récits autobiographiques de Colette Fellous se trans-forme en critère qualifiant l’écriture de soi. Dans ses romans, notamment dans Plein été, l’autrice fait place aussi bien par les mots que par les images aux Joueurs de cartes de Cézanne au point d’en façonner un leitmotiv structurant son écriture autobiographique.

La lecture et l’étude de cette interaction entre lisible et visible s’inscrit dans le champ des « Récits hors cadres » autour de l’autofiction et en rapport avec l’intermédialité.

Touriya Fili-Tullon (Université Lyon 2) invite Medrar Sallem-Âati à partager le regard qu’elle porte sur le corpus de Colette Fellous à travers l’examen et le questionnement des coordonnées qu’attribue l’autrice aux Joueurs de Cézanne dans Plein été.

Cette intervention permettra d’expliciter comment Colette Fellous, à l’image d’Ariane, brode son œuvre autobiographique. L’idée est de montrer comment, dans les nœuds du tissu autobiographique, elle emprunte les fils de Cézanne en les faisant siens pour découdre le tracé du dessin autobiographique classique et le trans-figurer par des points d’été suivant le tracé d’autres médiums.

Medrar Sallem-Âati

Notice bio-bibliographique

Medrar Sallem Âati étudie, depuis 2014, les textes de C. Fellous, autrice tunisienne et française de culture juive. Ses mémoires de Masters en Lettres[1], en Genre[2] et en Traduction[3] ont respectivement porté sur Plein été, Avenue de France et Le petit Foulard de Marguerite D. Elle prépare, sous la codirection d’Anolga Rodionoff et Samia Kassab-Charfi, une thèse en recherche-création intitulée Exploration de l’écriture au prisme des arts dans les récits autobiographiques de Colette Fellous.

Publications :

Medrar Sallem Âati, « “I was a slave girl”, traversées et articulations : des lectures queerféministes au manifeste d’adelphités _ Rencontre avec Marie-Pierre Harder _ », 19 juillet 2022.

_ « Sur la lisibilité, lecture de l’article d’Aurore Turbiau ” Je dis d’ailleurs que j’ai des cellules amazoniennes. Le patriarcat est une science-fiction”, Michèle Causse », Hypotheses, 19 juillet 2022.

_ « Écrire au lieu du peintre : Poétique de la parenthèse picturale chez Colette Fellous » article paru in Numéro spécial Colette Fellous (Dir. Samia Kassab-Charfi) XLIII, 1 (2018) d’ŒUVRES & CRITIQUES, Revue internationale d’étude de la réception critique des œuvres littéraires de langue française.

_ articles parus in Bulletins journaliers de la 18ème édition du festival « Cinéma de la Paix ? » du 13 au 18 mars 2018.

_ « Et pourtant ça tourne… Et que le débat continue… » in Bulletin de la 32ème édition du FIFAK, 19 août 2017.

Communications :

Nabil Djedouani et Medrar Sallem Âati, « Quelle(s) destinée(s) numérique(s) pour les archives du cinéma algérien ? » 19ème édition du festival « Cinéma de la Paix ? », Cinéma Théâtre Le Rio, 13 mars 2019.

Nora Hamdi et Medrar Sallem Âati, « Comment faire des voies narratives, à travers les adaptations cinématographiques, des échos des voix des femmes ? », 20ème édition du festival « Cinéma de la Paix ? », Cinéma Théâtre Le Rio, 11 mars 2020.

Medrar Sallem Âati, « Colette Fellous : De la mémoire juive tunisienne à la diction française », in « Dictions et fictions de l’identité », journées doctorales, FSHST (28 et 29 avril 2015).

_ « Enquêtes sur la Tunisie/En-quête de soi : Images investigatrices du paysage tunisien signées Colette Fellous » in « Les dessous des cartes : citations et images-mondes », atelier Création & Critique, FSHST (19 mai 2016).


[1]Medrar Sallem Âati, « Lieux et topographies dans Plein été de Colette Fellous », mémoire de Master en Lettres et Civilisation Françaises Modernes dirigé par Pr. Samia Kassab-Charfi à la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis, Université de Tunis, juin 2014.

[2]Medrar Sallem Âati, « Rendre le monde : écrire le désir d’écrire dans Avenue de France de Colette Fellous », mémoire de Master en Études sur le genre (Genre, Littératures, Cultures) dirigé par Marie-Jeanne Zenetti, Université Lumière Lyon 2, juin 2022.

[3]Medrar Sallem Âati, « Traduire « dans les régions claires de l’écriture » : Le petit foulard de Marguerite D.de Colette Fellous » mémoire de Master en Traduction et Édition Littéraires dirigé par Touriya Fili-Tullon, Université Lumière Lyon 2, septembre 2023.



Citer ce billet
Touriya Fili-Tullon (2023, 23 septembre). « Oui, mes Joueurs étaient des médiums», Colette Fellous redistribuant les cartes de Cézanne : de l’ex-position au legs. CICLIM. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ms33

Auteur/autrice : Touriya Fili-Tullon

Maîtresse de conférences en littératures francophones et comparées (Mondes arabes), Passages XX-XXI, Université Lumière Lyon 2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search