Informer dans le Maroc contemporain (recension d’un chapitre d’ouvrage par Hubert Tullon)


Abdelfettah Benchenna et Dominique Marchetti, « Une offre sous conditions. Les logiques contemporaines du champ du pouvoir marocain pour contrôler la presse nationale », in Yauheni Kryzhanouski, Dominique Marchetti et Bella Ostromooukhova (dir.), L’Invisibilisation de la censure. Nouveaux modes de contrôle des productions culturelles (Bélarus, France, Maroc et Russie), Paris, Eur’ORBEM, coll. « Études et travaux », 2020, p. 157-190.


L’objet de l’étude est celui des organes marocains d’information générale, non spécialisés (à l’exclusion, donc, de la presse féminine, des magazines culturels, etc.) et non partisans, quel qu’en soit le support, papier et (ou) électronique, au tournant des années 2015 à 2017. Le contexte est celui d’un régime politique qui, d’un point de vue occidental, serait volontiers qualifié d’hybride ou de semi-autoritaire.


Brève histoire de l’information au Maroc depuis l’indépendance

Entre l’indépendance en 1956 et le début des années 1990, la presse d’information dépendait presque entièrement d’instances politiques dûment identifiées : soit directement de l’État organisé par et pour la monarchie (agence Maghreb arabe presse [MAP], radio et télévision publiques, quotidiens Le Matin et son pendant arabophone), soit de quelques partis politiques adoubés par le pouvoir au titre de leur participation au Mouvement national, c’est-à-dire à la lutte pour l’indépendance. Les rares tentatives d’expression critique ou, en tout cas, autonome, dans des revues intellectuelles (Souffles, 1966-1971 ; Kalima, 1986-1989, etc.), dans une presse aspirant à une vocation économique (Maroc informations, 1960-1966) ou dans les rubriques « Culture » ou « Société » de la presse partisane, se soldaient prestement par une censure énergique (destruction des exemplaires incriminés, condamnation des journalistes ou des éditeurs à de lourdes peines). La presse étrangère (francophone initialement, également arabophone à partir des années 80) n’était guère mieux lotie, sauf à ce que les journalistes et les éditeurs étaient à l’abri des mesures de rétorsion. Cette restriction de l’offre d’information était sensiblement aggravée par le double monopole étatique sur la formation des journalistes et sur la distribution parcimonieuse des cartes professionnelles de presse. En outre, la lenteur du recul de l’analphabétisme (encore 32 % en 2014, contre 18,8 % en Tunisie et 15 % en Algérie) ne favorisait guère la presse écrite, – au profit de la radio et de la télévision d’État.
À la fin des années 80, différents facteurs du contexte international plaident en faveur d’une libéralisation économique alliée à une ouverture politique au Maghreb comme en Afrique de l’Ouest. L’attention portée aux droits humains et notamment à la liberté de la presse devient un élément de la « vitrine démocratique » du pays et un argument de nature à attirer tant les investissements directs étrangers (IDE) que les touristes internationaux. La conversion du pouvoir marocain à cette nouvelle doxa est d’autant plus aisée qu’elle tombe à point pour échapper à la crise ouverte entre la monarchie et une part importante de son opinion publique en raison de l’approbation donnée par le souverain à l’intervention armée de la première guerre du Golfe. Ainsi débute l’efflorescence d’une presse privée réputée indépendante, par opposition à celle inféodée à l’État ou aux partis qui avait cours jusque-là. Parmi les titres-phares de cette époque, on retiendra La Vie économique, hebdomadaire à l’histoire déjà ancienne, mais repris et dirigé entre 1994 et 19971 par Jean-Louis Servan-Schreiber qui, fort de ses succès français à la tête de L’Express puis de L’Expansion, en fera une pépinière de jeunes journalistes essaimant ensuite dans les organes de presse fondés à l’aube des années 2000 : Le Journal (1997), As-Sahifa (2000), TelQuel (2001) etc., toute « une presse mettant en cause le jeu politique institutionnel et la monarchie ». La conjonction de ce phénomène avec l’alternance inédite ayant mené au pouvoir un gouvernement à direction socialiste (1998-2002) détermine une multiplication des titres, hebdomadaires comme quotidiens, principalement arabophones.
Cette dynamique, illustrée par le quasi triplement de la diffusion payée de la presse quotidienne entre 2004 et 2008 (de 115 000 à plus de 300 000 exemplaires), va être démultipliée au début des années 2010 par le couplage de deux phénomènes : les soulèvements des Printemps arabes (soit le mouvement du 20 février [2011] dans le cas du Maroc) et le développement accéléré de l’accès à l’internet, essentiellement via les téléphones mobiles (taux de pénétration de 56,8 % en 2014). Mais, si, contrecoup du mouvement du 20 février, 2011 voit la promulgation d’une nouvelle constitution contenant quelques avancées démocratiques, il n’en va pas moins que, dans les mois qui suivent, c’est un parti islamo-conservateur qui accède au gouvernement2 . Parallèlement, l’offre d’information papier ou en ligne, écrite ou en vidéos, a de son côté explosé : en 2014, le ministère de la Communication recense près de 500 titres de presse et plus de 500 sites web d’information. Il ne fait guère de doute qu’un grand nombre de ces structures est (était) fragile sur le plan économique.


Le contrôle de l’information

Les « lignes rouges »
Celles-ci ne sont pas nouvelles, leur définition fût-elle extensive. Au nombre de trois en ce qui concerne la politique intérieure3 , elles interdisent toute mise en cause de la monarchie, de la religion musulmane et de l’intégrité territoriale du pays. La première de ces lignes rouges protège non seulement la personne du roi et sa famille, mais également la magistrature, les forces armées et celles de sécurité, ainsi que toutes les autorités constituées jusqu’au moindre de leurs agents, en tant que tout ce beau monde représente l’État (monarchique, forcément). La seconde est en lien avec la Commanderie des croyants assumée par le monarque au titre de son ascendance prophétique. La troisième scelle l’annexion en 1975 de la majeure partie du Sahara anciennement espagnol.
Mordre ces lignes rouges (ne parlons pas même de les franchir) expose à des sanctions sévères, inscrites dans le Code pénal ou dans la loi 88-13 sur l’édition et la presse. Prison ferme ou avec sursis, amendes, saisie et destruction préventives des exemplaires incriminés, blocage de sites, les exemples sont légion de tribunaux sans état d’âme : tel organe a fait mine de s’interroger sur la santé du roi, tel autre recense en darija (arabe dialectal) les blagues que les Marocains se racontent tous les jours sur la religion, un autre encore prétendait publier une interview du dirigeant du Front Polisario qui lutte pour l’indépendance du Sahara… Mal leur en a pris !

La fragilité financière des organes d’information
La plupart des jeunes organes d’information ont une structure capitalistique fragile. La saisie d’un numéro ou une forte amende judiciaire suffisent fréquemment à les mettre sous tension, sinon en danger.
Mais il n’est pas toujours nécessaire d’en arriver à pareille extrémité. Quand une publication déplaît, il suffit parfois, au royaume de l’informel, de lancer des vérifications administratives scrupuleuses : toutes les prescriptions du code du travail sont-elles exactement respectées ? dans les locaux, les extincteurs sont-ils en nombre suffisant et régulièrement entretenus? les journalistes sont-ils bien en possession de leur carte professionnelle ou de leur autorisation de tournage ? les contrats de travail des uns et des autres et leur rémunération sont-ils conformes à la réglementation ? les cotisations sociales sont-elles régulièrement versées ? la situation fiscale de l’entreprise est-elle apurée ?… À défaut, les amendes administratives pleuvent.
Par ailleurs, les sociétés de distribution de la presse papier, infiniment plus concentrées (elles ne sont que trois en 2018) que les organes qu’elles distribuent se prêtent à toutes sortes de manœuvres susceptibles de réduire, sinon de tarir les ventes de tel ou tel journal, de telle ou telle revue qui n’ont pas l’heur de plaire en haut lieu.
Enfin, la publicité constitue souvent un appoint de ressources non négligeable. Or les prescripteurs dans ce domaine sont généralement plus proches des représentants du pouvoir (quand ils ne se confondent pas avec eux) qu’ils ne partagent les aspirations de journalistes soucieux d’élucider des réalités qu’ils partagent avec leurs lecteurs.

Nouveaux angles d’attaque
Plus récemment est apparu un nouveau genre d’attaques judiciaires visant les journalistes indociles. Hors de toute considération professionnelle, les incriminations concernent désormais leur vie privée et, inévitablement, font penser aux kompromat de l’URSS, auxquels la Russie contemporaine n’a pas renoncé. Tel chargé de projet sur le journalisme d’investigation se voit condamné à quelques mois de prison ferme pour « adultère », tel caricaturiste connaît le même sort pour « ébriété sur la voie publique ».
Mais l’affaire la plus emblématique est certainement celle ayant visé Taoufik Bouachrine. Rédacteur en chef de Al-Jarida al-oukhra (« L’autre journal ») en 2005, il voit cet hebdomadaire interdit dès 2006. L’année suivante, le voici incriminé dans une obscure affaire de fraude fiscale en lien avec l’achat d’une maison pour son propre compte, mais il bénéficie d’un non-lieu. Après un passage au quotidien arabophone Al-Massae (« Le soir »), il fonde en 2009 et assume la direction d’un autre quotidien (Akhbar al-yaum, «Les nouvelles du jour»), couplé à un site internet, l’un et l’autre au ton ouvertement incisif à l’égard du pouvoir ; le quotidien devient rapidement le premier tirage de la presse marocaine. Au printemps 2018, la police perquisitionne soudain les locaux du journal et son directeur est toutes affaires cessantes inculpé de « traite d’êtres humains, abus de faiblesse, viol et harcèlement sexuel ». Excusez du peu4 !

Les initiatives du champ politique
Néanmoins, la répression n’est pas la seule voie de contrôle de l’information. Depuis 2005, le Maroc s’est ainsi doté, un peu sur le modèle français, d’une instance destinée à soutenir les éditeurs de presse. Les subventions distribuées ne sont pas négligeables, mais les conditions d’éligibilité, relativement drastiques, laissent beaucoup d’entreprises sur le côté. D’où des débats récurrents.
De surcroît, la multiplication rapide de sites web d’information au tournant des années 2010 a persuadé le pouvoir ou certains de ses représentants de développer une offre concurrente avec la création de sites de nature à diffuser des messages proches de leurs positions – à l’image, encore, de ce qui s’est fait dans la Russie de Vladimir Poutine. Bien entendu, les auteurs de ces initiatives restent dans l’ombre, si leurs sites sont reconnaissables aux messages diffusés comme aux libertés prises, sans autre conséquence judiciaire, avec la législation (notamment, concernant des opposants déclarés, avec les lois protégeant le respect de l’intimité de la vie privée ou le secret de l’instruction, celles destinées à réprimer la diffamation, etc.).

Colophon

En 2008, le Maroc était classé 122e sur 180 pays dans l’indice de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières ; en 2013, 136e et en 2018, 135e ; en 2023, 144e.



Citer ce billet
kalt (2023, 20 juillet). Informer dans le Maroc contemporain (recension d’un chapitre d’ouvrage par Hubert Tullon). CICLIM. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ms32

  1. La Vie économique est depuis lors détenue par la holding AKWA dont l’actuel (2023) premier ministre, Aziz Akhannouch, est l’un des principaux actionnaires. []
  2. Il s’y maintiendra dix ans. []
  3. On laisse de côté les articles du Code pénal réprimant les atteintes aux chefs d’État étrangers et à leurs représentants accrédités auprès du souverain. []
  4. Rappelons tout de même pour la bonne bouche comment l’affaire se conclura: au terme d’un procès à huis-clos, le journaliste sera condamné, outre les amendes, à 12 ans de prison en première instance (2018), peine portée à 15 ans en appel (2019), sentence confirmée en cassation (2021). Selon la défense du journaliste, les vidéos produites à charge auraient été manipulées et elles ne permettent jamais de reconnaître le journaliste. D’autre part, plusieurs des femmes appelées à témoigner contre lui se sont esquivées ; l’une d’entre elles a dans la foulée été condamnée à six mois de prison pour fausse déclaration après s’être plainte que le procès-verbal de son audition ait été falsifié par la police. La dénonciation des nombreuses irrégularités et opacités ayant entaché la procédure par l’Association marocaine des droits de l’homme (AMDH) et de nombreuses ONG internationales est restée sans effet. Le quotidien, privé de recettes publicitaires et de subventions publiques, cesse son activité au printemps 2023. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search