Meursault, contre-enquête, Kamel Daoud

Par Julie Borge (université Lyon 2)

En proposant un roman intitulé Meursault, contre-enquête, Kamel Daoud place son œuvre en opposition, par son titre, à celle de Camus. Mais en interférant avec un succès majeur de la littérature française se pose le problème pour Kamel Daoud de donner une légitimité à son écriture pour à la fois s’inscrire dans le champ littéraire français des publications contemporaines et se détacher du canon en proposant un message novateur. Ainsi, quels procédés Kamel Daoud emploie-t-il pour légitimer sa réécriture de l’Etranger d’Albert Camus et dépasser l’œuvre en l’enrichissant de nouveaux enjeux et questionnements ? Nous verrons par quels moyens cette réécriture cherche à s’affirmer face à l’œuvre majeure que constitue l’Etranger, mais aussi que le roman de Kamel Daoud n’a pas pour enjeu de discréditer ou de rompre avec l’œuvre de Camus ; il l’utilise plutôt pour l’enrichir de nouveaux enjeux propres à une réflexion postcoloniale.


En effet, en employant le terme de « contre-enquête » au sujet du roman de Camus, Kamel Daoud fait face à la nécessité de légitimer ses propos. Cette réécriture n’est toutefois pas un rejet de l’œuvre de Camus, elle se présente davantage comme une réponse voire un hommage.

Son roman peut être considéré comme une transduction, au sens où l’envisage Yves Citton, c’est-à-dire le transfert d’une histoire dans un autre contexte. Cette transduction adapte non seulement l’Etranger mais aussi La Chute, autre roman de Camus, en se construisant sur le même modèle. Kamel Daoud reprend le format de conversation, cette fois dans un bar d’Oran, entre deux personnages et, dans ce dialogue, Haroun fait figure de juge-pénitent, qui confesse ses propres fautes mais tente aussi de purger les fautes de chacun. La transduction s’effectue également sur le récit du meurtre de « l’Arabe » : Kamel Daoud écrit le meurtre du Français par Haroun de manière parallèle au meurtre de Moussa par Meursault. On trouve ainsi de nombreuses références précises à la description de Camus : « C’est alors que le Français a bougé -ou peut-être ne l’a-t-il même pas fait-, il s’est replié dans l’ombre vers le coin le plus replié du hangar. […] Parce qu’il avait reculé, l’obscurité dévora ce qui restait de son humanité […] »[1]. Cette manière de réécrire permet à l’auteur de légitimer son écriture par la démonstration d’une connaissance précise des œuvres de Camus, et ainsi de leur rendre hommage d’une part, et de les utiliser pour proposer un discours alternatif.

Kamel Daoud emprunte aussi à Camus ses théories philosophiques, ce qui démontre une affinité avec l’auteur et ses idées. Le roman réfléchit à l’absurde et reprend en outre l’idée de justice, convoquée par le modèle de La Chute, pour l’appliquer au meurtre de Moussa, à qui Haroun souhaite rendre justice. Le personnage déclare ainsi au sujet du crime qu’il commet à l’encontre du Français : « Ce n’était pas un assassinat mais une restitution »[2]. Le roman apparaît donc à la fois comme une réplique à l’histoire de Camus et comme la marque d’une entente entre les deux auteurs.

Ainsi, la connaissance de l’œuvre de Camus dont fait preuve l’auteur lui permet de légitimer sa prise de position face à celle-ci : il reconnaît sa valeur en reprenant sa structure, son contenu narratif et les idées qui y sont développées afin de lui répondre par une thèse qui lui est propre.


Plutôt que de défaire le roman de Camus, Kamel Daoud s’en sert comme fondement pour explorer son sens et chercher à le dépasser.

La lecture que l’on peut faire d’une œuvre est en perpétuel renouvellement en ce que chaque lecture peut ouvrir à une nouvelle interprétation. C’est l’idée que développe Edmond Amran El-Maleh par l’expression de « lecture en chaîne »[3]. Kamel Daoud, par cette réécriture, relit l’Etranger sous un nouvel angle interprétatif et perpétue sa lecture. Il a donc non seulement une posture d’écrivain, mais aussi une posture de lecteur qui donne un sens nouveau à l’œuvre. C’est une manière de la sauver en assurant la poursuite de sa lecture et en développant une nouvelle conjecture à son interprétation.

L’auteur propose dans sa réécriture une exégèse de l’Etranger qui l’enrichit en répondant aux blancs laissés par l’histoire. A travers la volonté de donner à « l’Arabe » une identité romanesque, l’auteur poursuit l’écriture commencée par Camus. Cette réécriture par la forme romanesque est donc une critique littéraire, au sens où l’entend Gérard Genette, qui reconnaît à l’œuvre de Camus une valeur, tout en étendant ses enjeux à travers le développement d’une nouvelle interprétation de son histoire. Cette relecture explore ce qui est passé sous silence par Camus : le personnage d’Haroun dit « être revendeur d’un silence de coulisses alors que la salle se vide »[4]. Il s’agit alors de « parler à la place [du] mort »[5] qui est privé de toute forme d’existence dans l’œuvre de Camus. Kamel Daoud prolonge ainsi le roman de Camus en lui annexant l’histoire parallèle de « l’Arabe », qui y est seulement évoqué.

Donner une identité au personnage de « l’Arabe » a évidemment une valeur symbolique et permet d’appuyer le message que souhaite diffuser l’auteur. La forme romanesque et la fiction apparaissent donc comme des moyens de transmettre ce point de vue sur le réel de manière accessible. Cela passe par exemple par l’emploi d’une langue qui utilise des phrases simples, mais la fiction permet aussi de créer des personnages. Ces personnages appuient le développement d’une protestation. En effet, le terme de « contre-enquête », qui figure dans le titre du roman, est relatif au domaine judiciaire et désigne une procédure dans laquelle la partie adverse est autorisée à donner la parole à d’autres témoins. Ici, le fait de donner un entourage au personnage de Moussa lui accorde une défense –au sens juridique, qui est d’autant plus persuasive qu’elle met en avant les émotions de ces personnages. En l’occurrence, la colère évoquée et transmise par le narrateur permet de toucher à la sensibilité du lecteur et de le rendre plus réceptif au message transmis dans le roman. La réécriture de Kamel Daoud fonctionne par sa forme romanesque : c’est la subjectivité du narrateur qui permet le renversement de la focale et l’établissement d’une nouvelle lecture du roman de Camus. Cette forme romanesque permet également à Kamel Daoud d’acquérir une légitimité auprès des éditeurs français : elle s’inscrit ainsi dans la tradition contemporaine du roman et donc dans le champ d’intérêt des éditeurs.

L’usage de la forme romanesque ainsi que la reprise d’une œuvre majeure du canon littéraire français relèvent donc d’une stratégie d’autolégitimation de la part de Kamel Daoud. Ces choix narratifs lui permettent d’affirmer son statut d’écrivain d’une part, mais aussi de légitimer sa prise de parole en actualisant l’œuvre de Camus par l’apport d’une dimension postcoloniale.


En effet, Kamel Daoud exprime des enjeux qui sont propres à son statut d’écrivain de littératures francophones, mais aussi à son identité d’Algérien et à son statut d’habitant d’un pays anciennement colonisé.

Le roman de Kamel Daoud questionne d’abord le sens et l’utilisation du mot « arabe » et la stigmatisation du peuple dit « arabe ». Le mot « arabe » renvoie en effet à une catégorie ethnique coloniale, Camus fait donc de ce terme un emploi problématique. Même si cette utilisation du mot et son interprétation ont évolué depuis le moment de la publication de l’Etranger, le terme d’« arabe » a une valeur particulière selon par qui il est employé et a une tournure potentiellement péjorative lorsqu’il est employé par un français non-racisé en position de colonisateur. La réécriture des événements survenus dans l’Etranger permet à Kamel Daoud de mettre en avant l’absence de justice faite au peuple algérien colonisé, son narrateur pose la question : « Que faire d’un homme que vous rencontrez sur une île déserte et qui vous dit qu’il a tué, la veille, un Vendredi ? »[6]. Le personnage de « l’Arabe » reçoit une identité qui lui avait jusque-là été refusée, et qui est refusée également au personnage de Vendredi du roman de Daniel Defoe –ce personnage type du « sauvage », nommé à partir d’une anecdote et que Robinson forge selon sa propre culture et ses convictions religieuses. Ce prolongement romanesque relève donc de la volonté de questionner le traitement réservé aux Algériens arabes, plus largement aux peuples colonisés, et la stigmatisation dont ils sont victimes pendant la période coloniale.

D’autre part, le roman de Kamel Daoud soulève la question du choix de la langue française pour les auteurs de littératures francophones. Dans Meursault, contre-enquête, le choix du français permet de continuer l’histoire dans un cadre linguistique qui s’inscrit dans la continuité de Camus. Toutefois, choisir d’écrire en Français est aussi une stratégie d’affirmation : Kamel Daoud explique dans une interview[7] qu’il n’a pas avec le Français « un rapport de soumission, de décolonisé, mais un rapport d’amant vis-à-vis de cette langue ». Il démontre en effet son appropriation de la langue. En choisissant un style simple, marqué par l’oralité et constitué de phrases brèves, il semble éviter sciemment toute prétention à rivaliser avec la langue de Camus, tout en s’affirmant en tant qu’auteur francophone, à qui la langue française appartient autant qu’elle appartenait aux colons. L’usage du Français dans le roman convoque une idée d’égalité entre les deux écrivains, idée qui permet en outre de rétablir une égalité symbolique entre le Français et l’Arabe, mais aussi entre les peuples divisés d’Algérie. Le choix de la langue française a donc à la fois un effet de légitimation, et un effet dialogique : c’est la langue, autour de la publication de littératures francophones, qui rétablit une communication entre les pays anciennement colonisateurs et les pays nouvellement indépendants.

Ainsi, la réécriture de Kamel Daoud génère de nouveaux enjeux dans l’histoire commencée par Albert Camus. Le récit, centré cette fois sur la famille de « l’Arabe » dans les décennies qui ont suivi le meurtre, fait naître une réflexion sur les séquelles laissées par la colonisation. Le roman s’ouvre sur une épigraphe reprenant un extrait des Syllogismes de l’amertume de Cioran. Ce premier recueil regroupe des aphorismes, dont celui utilisé par l’auteur : « L’heure du crime ne sonne pas en même temps pour tous les peuples. Ainsi s’explique la permanence de l’histoire ». Cette épigraphe permet d’éclairer le contenu de l’œuvre, en évoquant un sentiment d’amertume, que ressent le narrateur. Surtout, l’idée de permanence de l’histoire fait référence au succès de L’Etranger qui rend la mort de Moussa permanente car sans cesse réactualisée. Mais l’on peut également comprendre la notion de permanence de l’histoire comme la répétition de phénomènes postcoloniaux. L’idée de la mort permanente de Moussa illustre la manière dont la colonisation continue d’avoir un impact, longtemps après l’émancipation d’un pays. Parmi les traces laissées par les colons en Algérie, Kamel Daoud mentionne à plusieurs reprises dans son roman la langue, ainsi Haroun déclare : « Quand les colons s’enfuient, ils nous laissent souvent trois choses : des os, des routes et des mots – ou des morts »[8]. Lorsqu’il évoque le roman de Camus, Kamel Daoud présente les mots et la langue comme des outils de dévalorisation des Algériens arabes, qui ont « pour toute langue un son de flûte »[9]. Mais ce qui précise surtout la vision colonialiste que Kamel Daoud décèle et critique dans l’Etranger, c’est l’anonymisation de « l’Arabe ». Le priver d’identité revient à créer un mutisme autour du personnage et, symboliquement, autour de l’ensemble des personnes regroupées sous l’appellation d’ « Arabe » ; c’est finalement créer un mutisme qui convoque l’histoire de tout un pays. Ainsi, s’il ne remet en aucun cas en question la valeur littéraire de l’œuvre de Camus, Kamel Daoud questionne ses enjeux politiques et les conséquences qu’a eu et a encore cette fiction sur la représentation du réel de ses lecteurs. Car le récit, puisque présenté comme fictionnel, fait perdre de l’importance au meurtre de « l’Arabe », le banalise, c’est pourquoi Haroun pose la question suivante : « Que voulez-vous que je vous dise, monsieur l’enquêteur, sur un crime commis dans un livre ? »[10]. Pourtant, chaque lecteur de Camus est exposé au risque de ne pas questionner ce qui n’est pas souligné dans l’Etranger : l’absence de justice pour « l’Arabe » assassiné. Le roman de Kamel Daoud met en exergue cette lacune du roman de Camus, et incite donc les lecteurs, en particulier le lectorat français métropolitain, à développer un regard critique sur la vision du réel que crée la fiction d’Albert Camus.

Par conséquent, à partir d’une critique de l’anonymisation de « l’Arabe » chez Camus, Kamel Daoud propose une lecture postcoloniale de l’Etranger, qui permet de questionner la place donnée à la parole des populations confrontées au colonialisme, et, plus largement, la place attribuée aujourd’hui aux auteurs des pays anciennement colonisés.


Ainsi, Kamel Daoud suscite l’intérêt du milieu éditorial et se voit attribuer une légitimité en proposant une réécriture de Camus qui, tout en rendant hommage à son œuvre, utilise l’accessibilité et la visibilité de la forme romanesque pour lui apporter un éclairage moderne, sensible aux réflexions postcoloniales, et inscrit dès lors l’œuvre dans un topos des littératures francophones. Ce positionnement permet à Kamel Daoud de s’affirmer en tant qu’auteur, en se joignant à la démarche d’autonomisation des littératures francophones face au champ littéraire français.


[1] Kamel DAOUD, Meursault, contre-enquête, p. 94

[2] Ibid, p. 85

[3] Edmond Amran EL-MALEH, Jean Genet, le captif amoureux et autres essais, La Pensée sauvage, 1988

[4] Kamel DAOUD, Meursault, contre-enquête , p. 11

[5] Ibid, p.12

[6] Ibid, p.59

[7] Librairie Mollat, Kamel Daoud – Meursault, contre-enquête [vidéo en ligne], 16 oct. 2014, Youtube

[8] Kamel DAOUD, Meursault, contre-enquête, p.42

[9] Ibid, p.13

[10] Ibid, p.27

Bibliographie

  • Supports imprimés :
    • CAMUS Albert, L’Etranger, Gallimard, 1942, collection Blanche, 159 pages
    • CAMUS Albert, La Chute, Gallimard,1956
    • Edmond Amran EL-MALEH, Jean Genet, le captif amoureux et autres essais, La Pensée sauvage, 1988
    • DAOUD, Kamel. Meursault contre-enquête. Éditions Barzakh et Actes Sud, 2014, 160 pages
  • Documents internet :
    • Librairie Mollat, Kamel Daoud – Meursault, contre-enquête [vidéo en ligne], 16 oct. 2014, Youtube

Auteur/autrice : Julie Borge

Etudiante en lettres modernes à l'Université Lyon 2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.